Antoine Poussin

Cette utilisateur n'a partagé aucune information biographique

Acccueil: http://www.rugby365.fr


Article par Antoine Poussin

Le message émouvant de Sonny Bill Williams après l’attentat de Christchurch [VIDÉO]

Le Rugbynistere

Ce vendredi 15 mars, des fusillades ont éclaté dans deux mosquées néo-zélandaises. Un acte terroriste d’extrême droite, qui aurait fait à l’heure actuelle 49 morts et 50 blessés. Très touché par cette nouvelle déchirante, le trois-quarts centre international All Blacks Sonny Bill Williams s’est exprimé en vidéo : « Je viens d’apprendre la nouvelle. Je ne pourrais pas décrire avec des mots ce que je ressens en ce moment », exprime plein de tristesse le joueur converti à l’Islam en 2008. « Inch’allah, tous ceux qui ont été tués aujourd’hui, vous êtes tous au paradis. » Avant d’inscrire dans son tweet : « Mon cœur est meurtri. » Sur les réseaux sociaux, de nombreux All Blacks et autres acteurs du rugby ont également apporté leur soutien aux familles des victimes de cette tragédie : Sending love to everyone in Christchurch right now ? — Dan Carter (@DanCarter) 15 mars 2019 How can people be so Evil — Cory Jane (@CoryJane1080) 15 mars 2019 ?? for the people affected in our beautiful country. ?? #ChristchurchAttack — jimmy gopperth (@jimmygopps) 15 mars 2019 My prayers, thoughts and love goes out to all those victims and families affected by the Christchurch shooting today. Absolutely heartbroken to hear something like this happen in our beautiful Aotearoa ? #AllahAkbar — Julian Savea (@juliansavea7) 15 mars 2019 Prayers up for Christchurch, New Zealand Some of the worst news I’ve woken up to ? — Roi Hansell-Pune (@roihansellpune) 15 mars 2019 My heart breaks for the Muslim community and those families who lost loved ones today in Christchurch. My love goes out to you all ❤. Sad sad day in NZ — Lima Sopoaga (@LimaSopoaga) 15 mars 2019 Sending love to everyone in Christchurch right now ? — Dan Carter (@DanCarter) 15 mars 2019 Christchurch, we stand with you during this time. Our thoughts and sympathies are with everyone affected by today’s tragedy. Stay strong. Kia Kaha. ? — All Blacks (@AllBlacks) 15 mars 2019 Heart goes out to our Christchurch community. Absolutely devastated ? sad sad day — Steven Luatua (@StevenLuatua) 15 mars 2019 So so so sad.. thoughts & prayers with everyone affected by this heartless act in Christchurch ? ❤️ — Matt Giteau ?? (@giteau_rugby) 15 mars 2019 My deepest thoughts goes to the victims, familys and friends of the #Christchurch attack and to all the people of New Zealand.@AllBlacks @NZRugby — agustin pichot (@AP9_) 15 mars 2019 Our thoughts go out to everyone in New Zealand following the attacks in Christchurch. — World Rugby (@WorldRugby) 15 mars 2019 This morning, our deepest thoughts goes to the victims, familys and friends of the #Christchurch attack and to all the people of New Zealand. We stand with you.@AllBlacks @NZRugby — Fédération Française de Rugby (@FFRugby) 15 mars 2019 Deeply saddened to hear of the tragic events in Christchurch. Our thoughts are with everyone in the city & NZ rugby community at this very difficult time — Sir Bill Beaumont (@BillBeaumont) 15 mars 2019 Thoughts and prayers to Christchurch ? — Szarzewski Dimitri (@SzarzewskiDim2) 15 mars 2019 Our thoughts and sympathies are with everyone affected by the tragedy in New Zealand today. — England Rugby (@EnglandRugby) 15 mars 2019 All my prayers for Christchurch ?? sad day today ? — Fred Michalak (@michalakfred) 15 mars 2019 Thoughts and prayers to all affected by this horror in Christchurch this morning ..so so sad ? — Steffon Armitage (@Magicsteffo7) 15 mars 2019 Our thoughts and sympathies to everyone in Christchurch. — Werner Kok (@wernerkok1) 15 mars 2019 Le Rugbynistère tient à témoigner ses plus sincères condoléances aux familles des victimes.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

6 Nations 2019 – Fofana/Bastareaud : le jour de gloire va-t-il enfin arriver ?

Le Rugbynistere

6 Nations 2019 – La composition du XV de France pour s’imposer en ItalieJacques Brunel a procédé à du remue-ménage dans sa composition en vue du match contre l’Italie. Au centre, exit Gaël Fickou, c’est Wesley Fofana qui sera titulaire, comme lors du premier match face au Pays de Galles. Mais pour le coup, il sera associé cette fois-ci à Mathieu Bastareaud, avec qui il n’a plus évolué depuis la débâcle face à la Nouvelle-Zélande lors de la Coupe du monde 2015. Ce jour-là, Bastareaud était rentré à la place d’Alexandre Dumoulin à la 61e pour vivre l’un des revers les plus marquants de l’histoire du rugby français. Une défaite de plus pour la paire Fofana-Bastareaud, souvent adulée, mais qui n’a jamais véritablement confirmé. 43% Les chiffres sont là…43% de victoires pour la paire Fofana-Bastareaud, alignée d’entrée ou non. 10 victoires, 12 défaites et un match nul face à l’Irlande en 2013. À l’image d’un XV de France qui se cherche constamment depuis la Coupe du monde 2011, Fofana et Bastareaud ont eux aussi plus souvent regardé vers le sol que vers le ciel. Des défaites, ils en ont donc connues un certain nombre et pas des moindres. On peut notamment évoquer un 27 à 6 au Pays de Galles en 2014, un 39-13 en Australie lors de la tournée d’été cette même année ou encore le célèbre non-match du XV de France face à l’Irlande lors de la Coupe du monde 2015 (9-24). Bastareaud dans le rôle de l’impact player 13 Si on cherchait une excuse, ce serait peut-être celle-là. En effet, si cette paire n’a jamais réellement marché, c’est peut-être aussi parce qu’on ne lui a jamais laissé le temps de se rôder. En effet, sur les 23 matchs disputés au centre avec Fofana, Bastareaud n’a été titularisé qu’à 13 reprises. Dans les autres cas, il a toujours fait office d’impact player, un rôle qui lui a collé à la peau pendant de nombreuses années avec les Bleus. La cause étant la forte concurrence au poste de centre avec la présence des Lamerat, Fritz, Dumoulin, Mermoz ou encore Fickou. De son côté, Fofana a systématiquement été titularisé lorsqu’il a évolué avec le trois-quarts centre toulonnais. Il s’est notamment souvent illustré puisqu’il a inscrit 6 essais sous le maillot bleu en compagnie de Bastareaud. Dont cette action mythique face à l’Angleterre en 2013 : Crédit vidéo : Matthieu Première depuis 2015 C’est sûr qu’il y a mieux comme présage…Effectivement, Wesley Fofana et Mathieu Bastareaud n’ont plus été associés au centre depuis ce fameux quart de finale 2015. Un match où les Français furent complètement noyés par les Blacks, 62 à 13. Depuis, ils n’ont jamais été reconduits ensemble, en raison notamment des nombreuses blessures qu’a connues Fofana ces dernières années. Mais aujourd’hui, le centre auvergnat est en pleine bourre en Top 14 : 9 matchs, 4 essais et 10 franchissements ! XV de France – Wesley Fofana forfait pour la tournée de novembreBrunel a donc hâte de le voir à l’oeuvre avec son compère toulonnais, en difficulté cette saison avec son club, mais toujours bien présent pour porter le XV de France, grâce entre autre à sa combativité. Une association que tout le monde attend une nouvelle fois et qui devra montrer ce samedi le réel niveau qu’elle peut atteindre, en vue de s’imposer définitivement comme LA paire du XV de France pour la prochaine Coupe du monde. D’autant qu’il n’y aura plus d’autres occasions, puisque le centre de l’ASM a récemment annoncé qu’il mettrait un terme à sa carrière international après la Coupe du monde. XV de France : la retraite internationale pour Wesley Fofana après le Mondial 2019 6 Nations – XV de France. L’association Fofana/Bastareaud,  »on va la mettre à l’épreuve »

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Top 14 – Le « Classico » a-t-il perdu de sa superbe ?

Le Rugbynistere

Finale de la Coupe d’Europe 2005, demi-finale du championnat de France 2000, 2005, 2006 et 2008. L’affiche entre le Stade Français Paris et le Stade Toulousain a souvent fait l’objet de rencontres particulièrement alléchantes. Que ça soit en phases finales, ou en championnat. Mais aujourd’hui, l’essor d’autres noms dans le rugby français a quelque peu bousculé la tradition du « Classico », qui ne semble plus être aussi attendu auparavant. D’autant plus cette saison, à l’heure d’un Stade Toulousain (1er) qui pétille et d’un Stade Français (6eme) qui oscille. Top 14 – Hans-Peter Wild fait le point sur l’avenir du Stade Français et le sien [VIDÉO] Le poids des aînés Avant toute chose, il ne faut pas oublier que les deux clubs sont de véritables bastions du rugby français. Le Stade Français ayant été créé en 1892 et le Stade Toulousain en 1907. Dans les années 2000, Parisiens et Toulousains ont toujours joué les premiers rôles dans le rugby hexagonal. Et pour cause, ce sont les deux clubs français les plus titrés aujourd’hui. De 2000 à 2009, ils ont notamment raflé une grande partie des trophées nationaux et européens. Stade Français : Champion de France 2000, 2003, 2004 et 2007. Stade Toulousain : Champion de France 2001 et 2008, Champion d’Europe 2003, 2005 et 2010. Crédit vidéo : FloStrummer TV Si leurs équipes ont brillé, c’est surtout parce que les deux formations ont toujours produit une majorité de joueurs français qui ont alimenté les équipes de France pendant de nombreuses années. Et elles continuent de le faire aujourd’hui (même si le Stade Français ne compte actuellement que deux représentants avec le XV de France : Gaël Fickou et Paul Gabrillagues). XV de France : le groupe pour l’Irlande et l’Italie avec un seul changement De plus, du stade Ernest-Wallon en passant par le Stade de France et le stade Jean-Bouin, les confrontations entre ces deux clubs ont toujours été source de jeu, à en voir le 49-17 imposé par le Stade Français en play-off du Top 16 2003-2004, ou encore le 42-16 infligé par le Stade Toulousain en quart de finale de la Coupe d’Europe 2010. Alors pourquoi le « Classico » manque-t-il de saveur actuellement ? Avant 2009 : 11 Le nombre de victoires du Stade Français sur le Stade Toulousain de 2000 à 2009. Toulouse de son côté n’en compte que 10. Parmi les plus gros succès des Parisiens, on note le 30 à 13 en demi-finale du Championnat 1999-2000, le 32-18 en finale du Top 16 2002-2003 et le 49-17 en play-off du Top 16 2003-2004. Depuis 2010 : 3 Et oui trois. C’est le faible score des Parisiens face aux hommes du sud-ouest depuis 2010. Et parmi ces oppositions, deux victoires à l’arraché en 2012 (28-24) et 2016 (18-17). Le Stade Toulousain, lui, s’est imposé à 15 reprises lors des neufs dernières saisons ! Quasiment à chaque fois lors de la saison régulière, excepté le quart de finale de la Coupe d’Europe 2010, remporté 42 à 16 par les joueurs de Guy Novès à l’époque. De ce fait, la rivalité entre les deux équipes semble s’estomper aujourd’hui. La raison ? Un Stade Français sur courant alternatif depuis 2010. En effet, si l’on enlève le titre remporté contre tout attente en 2015, que reste-t-il ? Et bien, au mieux une septième place et au pire, une douzième place que le Stade Français a tout de même atteint deux fois lors de ces quatre dernières années (saison 2015-16 et 2017-2018). Sans parler de la dixième place obtenue à l’issue de la saison 2012-2013, et de la onzième en 2010-2011. Toulouse de son côté n’a connu qu’une seule année difficile, lors de la deuxième saison d’Ugo Mola à la tête des Rouge et Noir. Les Toulousains ont toujours atteint les six premières places et ont su gérer l’émergence de nouvelles têtes en haut de l’affiche du rugby français comme Toulon, Montpellier ou le Racing 92. Et pour cause, ils sont aujourd’hui plus que jamais en course pour remporter leur vingtième titre de champion de France. Saison 2018-2019 : Avantage net pour Toulouse ! (Statistiques en Top 14) La situation actuelle des deux équipes confirme cet état de fait : 465 Le Stade Toulousain est actuellement la deuxième meilleure attaque du championnat avec 465 points marqués. Une équipe qui score beaucoup, que ça soit au pied avec Thomas Ramos (129 points) ou à la main avec des franchisseurs hors-pairs comme Cheslin Kolbe (19) et Sofiane Guitoune (17), et des finisseurs toujours présents comme Arthur Bonneval (7 essais) et Yoann Huget (6 essais). Le Stade Français n’est de son côté que la huitième attaque du championnat (380 points inscrits). 321 Toulouse est aussi une équipe qui défend. Seulement 321 points encaissés depuis le début de la saison, soit la troisième meilleure équipe du Top 14. De ce côté, le Stade Français a peut-être une chance de rivaliser puisque les Parisiens sont justes derrière avec 343 points pris. Toulouse : un ogre à l’extérieur 5 victoires (Grenoble, Perpignan, Agen, Pau, Racing 92) 2 matchs nuls (Lyon, Clermont) 1 défaite (Montpellier) Stade Français : un faible à domicile 4 victoires (Bordeaux-Bègles, Toulon, Montpellier, Grenoble) 3 défaites (Racing 92, La Rochelle, Lyon) Bilan : Le Stade Toulousain part évidemment grand favori pour ce match. Il reste sur six victoires d’affilée face au Stade Français et sa saison quasi-parfaite ne peut que jouer en sa faveur. Même sans les nombreux internationaux partis rejoindre les rangs du XV de France (Aldegheri, Dupont, Ntamack, Médard, Huget et Ramos), puisque les hommes d’Ugo Mola ont su démontré qu’ils pouvaient se passer de leurs cadres en battant successivement le Racing 92, puis Montpellier. Top 14 : sans ses internationaux, le Stade Toulousain assure le spectacle face au Racing 92En face, le Stade Français ne semble plus aussi conquérant qu’en début de saison. Il sera notamment privé de deux cadres majeurs dans son effectif : son meilleur marqueur Gaël Fickou (retenu avec l’équipe de France) et son capitaine Sergio Parisse (actuellement blessé). Malgré tout, la victoire à la Rochelle a redonné du baume au cœur à cette équipe qui restait sur deux revers consécutifs en championnat (Toulon et Lyon). Mais à l’heure d’affronter la bête noire toulousaine qui aura à cœur de « remettre le capitole dans la capitale », les Parisiens d’Heyneke Meyer auront-ils les épaules pour réduire l’écart qui sépare aujourd’hui les deux entités ? Réponse dimanche du côté du Stade Jean-Bouin. D’un tacle inspiré, Sanchez sauve la patrie et le Stade Français bat La Rochelle [VIDÉO]

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

FLASHBACK. 6 Nations 2012 : Quand Manu Tuilagi déposait toute la défense française à la course ! [VIDEO]

Le Rugbynistere

Qui a dit que le jeu de Manu Tuilagi était uniquement fait d’affrontement ? Car les Français présents en 2012 au Stade de France face à l’Angleterre pourront vous dire le contraire… Dans ce quatrième match du Tournoi des Six Nations, jusqu’alors dominé par les Gallois (3 victoires) et les Français (2 victoires, 1 nul), ces derniers accueillent le XV de la Rose à Saint-Denis pour un match crucial. Une équipe en quête de rachat après un revers à domicile subi deux semaines plus tôt face au Pays de Galles. Nous jouons alors la 12ème minute de jeu lorsque les Anglais tirent les premiers. Sur une passe hasardeuse de Dimitri Szarzewski, Owen Farrell se jette et récupère le ballon. Ce dernier rebondi ensuite jusqu’à Tuilagi qui dépose la défense française sur 50 mètres pour inscrire sûrement l’un des plus beaux essais de sa carrière. Un essai qui permettra notamment aux Anglais de l’emporter 24 à 22 ce jour-là. Crédit vidéo : RugbyForever. Son combat contre une « malédiction » Sa carrière, parlons-en. Cadet de la fratrie samoane Tuilagi dans laquelle on retrouve Henry (10 sélections), Alesana (37 sélections), Freddie (17 sélections), Anitelea (17 sélections) et Sanele Vavae (9 sélections), Manu décide lui de jouer pour l’Angleterre après des débuts en professionnel avec les Tigres de Leicester en 2010. Dès ses premières apparitions, l’entraîneur de Leicester à l’époque, Richard Cockerill, lui promet déjà un bel avenir avec l’Angleterre. C’est alors à l’issue de la saison 2010-2011 qu’il connaît sa première cape avec le XV de la Rose lors d’un match de préparation pour la Coupe du monde face au Pays de Galles. Il inscrit son premier essai chez les grands ce jour-là, et est conservé pour le voyage en Nouvelle-Zélande. Crédit vidéo : Steve Moss. Une compétition dans laquelle il saura se montrer décisif pour conserver une place de titulaire. L’aventure s’arrêtera malheureusement pour lui en quarts de finale face à la France. Tuilagi va ensuite enchaîner les performances en club et en sélection, malgré quelques premiers problèmes aux ischios-jambiers. Jusqu’à cette terrible année 2014. Sa blessure aux ischios s’aggrave, et Tuilagi va passer 15 mois en dehors des terrains. Il revient en plein milieu de la saison 2015-2016 avec les Tigers, mais va être victime par la suite de plusieurs soucis aux genoux. Touché une nouvelle fois à cette partie du corps lors du premier match de la saison 2017-2018, Tuilagi décide de prendre les choses en main et de mettre fin à cette « malédiction ». Il se rend alors chez lui, aux Samoa, pour rendre visite à une sorcière en novembre 2017. Il affirmait dans une interview donnée à INews récemment que les Samoans étaient très superstitieux. Cette dernière aurait alors éloigné de lui trois esprits féminins maléfiques en le massant deux heures par jour pendant quatre jours. Alors croyez-le ou non, mais depuis son retour avec Leicester en janvier 2018, Manu Tuilagi a disputé 26 matchs et a inscrit 10 essais toutes compétitions confondues. Il a même retrouvé le chemin du XV de la Rose, un atout majeur pour Eddie Jones à quelques mois de la Coupe du monde. De retour en puissance À l’instar de Jonny Wilkinson, son modèle, Manu Tuilagi s’est battu pour revenir au sommet de sa forme. Désormais, il l’est, et ce n’est pas une vraiment une bonne nouvelle pour le XV de France. Après seulement deux matchs en 2016, il est réapparu avec le XV de la Rose en novembre 2018 pour un match face à l’Australie où il n’a disputé que 12 minutes. Mais désormais, il est de retour en tant que titulaire avec les Anglais et a déjà été très en vue lors de ses 76 minutes disputées face à l’Irlande. 73% de plaquages réussis (8 sur 11), 8 ballons touchés, 19 mètres gagnés, 1 franchissement et 1 offload. Attention donc au renouveau de Manu Tuilagi qui aura à cœur de briller dimanche, dans son antre de Twickenham qui lui est si cher. VIDÉO. CHAMPIONS CUP. Manu Tuilagi (enfin) de retour en forme et décisif contre les Scarlets

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

XV de France – Sur quels buteurs Jacques Brunel peut-il compter ?

Le Rugbynistere

 « Serin, il me semble, est le meilleur buteur du championnat… ». Le sentiment du sélectionneur des Bleus était bon ! Jacques Brunel a en effet expliqué ce matin en conférence de presse qu’il avait préféré Baptiste Serin à Antoine Dupont sur le banc, pour ses qualités de buteur, celui-ci étant, entre autres, le meilleur réalisateur du Top 14. Pourtant, il n’a pas retenu Thomas Ramos, qui est lui le deuxième meilleur réalisateur du championnat. Au final, quels choix sont à sa portée ? Les décisions de Jacques Brunel pour France-Pays de Galles Titulaires : - Morgan Parra (Clermont) : 63 points (14eme réalisateur du Top 14 cette saison) Le demi de mêlée clermontois sera à coup sûr le numéro un dans le rôle de buteur pour ce début de tournoi. S’il n’a marqué que 63 points cette saison, dû à son faible nombre de matchs (seulement 9) en raison de sa blessure, la précision au pied de Morgan Parra est toujours l’une de ses qualités majeures. Il est actuellement sur un 100 % de réussite sur les transformations (11/11). - Camille Lopez (Clermont) : 22 points (54eme) Camille Lopez ne devrait pas buter ce vendredi, dans la mesure où, si Morgan Parra devait sortir, se serait Baptiste Serin qui prendrait le but. Mais malgré tout, le demi d’ouverture de l’ASM peut s’employer dans ce rôle, comme il l’a fait avec les Bleus face à l’Afrique du Sud au mois de novembre. Un rôle qu’il endosse également de temps en temps avec son club en championnat, puisqu’il a réussi trois pénalités cette saison. - Romain Ntamack (Toulouse) : 30 points (33eme) Lui non plus ne devrait pas avoir à utiliser de tee face aux Gallois, mais, comme Lopez, Romain Ntamack peut buter si besoin. Avec le Stade Toulousain, il s’est déjà illustré dans cette position en inscrivant deux pénalités et deux transformations. Remplaçants : - Baptiste Serin (Bordeaux-Bègles) :  149 points (1er) Jacques Brunel a donc vu juste, Baptiste Serin est le meilleur réalisateur du Top 14 actuellement. Une qualité de buteur sur laquelle le sélectionneur compte évidemment bien s’appuyer, puisque Serin sera le numéro deux dans la hiérarchie pour ce premier match face aux Gallois. Ce qui joue des tours à Antoine Dupont qui, malgré ses performances étincelantes avec les Rouge et Noir (14 matchs, 7 essais), se retrouve hors-groupe. XV de France – Brunel :  »Je n’oublie pas qu’Antoine Dupont est quelqu’un d’hors-norme » - Gaël Fickou (Stade Français) : 35 points (26eme) Jacques Brunel garde toujours un œil sur le centre parisien en cas de pénalité longue distance. Cela a notamment été le cas lors du match face à l’Afrique du Sud en novembre, mais Gaël Fickou avait manqué la cible. Les joueurs hors-groupe : - Thomas Ramos (Toulouse) : 129 points (2eme) C’est peut-être le choix le plus surprenant de Jacques Brunel dans cette première composition. La présence de deux centres sur le banc, même si Gaël Fickou sera, on l’imagine, plutôt privilégié sur un poste d’ailier. Mais on aurait plus attendu parmi ces remplaçants la présence d’un Thomas Ramos, lui aussi buteur, permettant peut-être à Antoine Dupont d’intégrer le groupe finalement. L’arrière du Stade Toulousain est actuellement le deuxième meilleur réalisateur du championnat (129 points) et réalise des performances très régulières depuis le début de la saison avec son club. Mais son manque d’expérience avec l’équipe de France (0 sélection) explique peut-être la décision de Brunel, notamment sur le rôle de buteur, qui est très exposé. Pour ce qui est de la place de titulaire au poste d’arrière, l’expérience et les récentes performances de Maxime Médard avec les Bleus prennent elles clairement le dessus pour l’instant pour le sélectionneur. - Anthony Belleau (Toulon ) : 53 points (16eme) Pas de Belleau non plus dans cette liste. Même si le Toulonnais fait partie du Top 20 des réalisateurs cette saison. Paie-t-il alors, comme Mathieu Bastareaud, le mauvais début de saison de son club, ou est-ce simplement un choix stratégique de la part de Brunel ? Quoiqu’il en soit, lui aussi aurait pu être présent sur le banc, mais le staff français a préféré se passer d’un deuxième numéro dix, dans la mesure où, s’il devait arriver quelque chose à Lopez, ce serait Ntamack qui prendrait le poste comme l’a expliqué Brunel en conférence de presse. XV de France – Brunel :  »Bastareaud n’est pas écarté, c’est un choix ponctuel » Les autres joueurs non sélectionnés pour le Tournoi, mais présents parmi le Top 20 : - Gaëtan Germain (Grenoble) : 126 points (4eme) Depuis plusieurs saisons maintenant, Gaëtan Germain tape aux portes de l’équipe de France, mais n’a jamais été appelé. Il faut dire que la concurrence est rude au poste d’arrière (Médard, Ramos, Fall, Hamdaoui). Pourtant, année après année, il démontre qu’il est toujours un buteur hors-pair et Grenoble n’est pas mécontent de l’avoir récupéré. - Jonathan Wisniewski (Lyon) : 105 points (7eme) Depuis son départ du RCT, Jonathan Wisniewski est le buteur numéro un à Lyon. Septième réalisateur du championnat avec 105 points, le demi d’ouverture s’impose comme un patron dans l’exercice du but. Malheureusement pour lui, le choix semble déjà fait pour Jacques Brunel à ce poste. - François Trinh-Duc (Toulon) : 60 points (15eme) S’il apparaît juste devant son coéquipier en club Anthony Belleau, notamment car il a disputé plus de matchs, lui non plus ne fait plus vraiment partie des petits papiers du sélectionneur. À 32 ans, François Trinh-Duc semble avoir définitivement joué toutes ses cartes avec le XV de France. - Jules Plisson (Stade Français) : 49 points (18eme) Pour lui aussi la Coupe du monde semble s’éloigner à grand pas. S’il a malgré tout fait une courte apparition au mois de novembre dans le groupe des Bleus, sans être apparu sur une feuille de match, Jules Plisson ne devrait, sauf cas exceptionnel, pas être du voyage au Japon. - Thibault Daubagna (Pau) : 50 points (17eme) Grand espoir du rugby français au poste de demi de mêlée, Thibault Daubagna (24 ans) ne fait pour l’instant pas partie des solutions de Jacques Brunel. Mais il sera très certainement un joueur à suivre pour la Coupe du monde 2023. D’autant que c’est un joueur qui marque beaucoup d’essais (6), à l’image de Dupont (7), mais qui sait également buter (4 pénalités, 4 transformations). - Antoine Hastoy (Pau) : 46 points (19eme) Également une révélation de ce début de saison, tout comme son coéquipier Daubagna, le Palois Antoine Hastoy pourrait faire partie des concurrents au poste de demi d’ouverture en vue de la Coupe du monde 2023. Un numéro 10 très talentueux et qui botte (8 pénalités, 6 transformations).

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)