Antoine Poussin

Cette utilisateur n'a partagé aucune information biographique

Acccueil: http://www.rugby365.fr


Article par Antoine Poussin

Top 14 – Quels sont les plus beaux essais de la saison 2018-2019 ? [VIDÉO]

Le Rugbynistere

10. Jonathan Bousquet : Perpignan 22-16 Grenoble (J20) On commence ce top avec Perpignan. Car oui, si les Catalans ont été dans le dur toute la saison, ils ont tout de même réalisé de belles choses. À l’image de cette combinaison en sortie de mêlée face à Grenoble qui a marché comme sur des roulettes pour reprendre cette expression phare aux entraîneurs. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. 9. Benito Masilevu : Perpignan 13-20 Agen (J17) Agen aussi n’a pas vécu une saison complètement rose, mais les Agenais ont fait preuve de beaucoup de courage pour se maintenir. La force du SUA ? Son collectif, comme le prouve cette splendide action réalisée contre Perpignan pour une conclusion signée Benito Masilevu. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. 8. Yoann Huget : Lyon 16-16 Toulouse (J1) Ces 10 fois où Cheslin Kolbe a humilié la défense avec des skills incroyables [VIDÉO]Cheslin Kolbe nous en aura fait voir de toutes les couleurs cette saison. Et ça n’a pas traîné, puisque dès la première journée, l’ailier sud-africain du Stade Toulousain a déjà fait parler la poudre. Une superbe remontée de balle, de la vitesse, des appuis exceptionnels, la palette complète pour servir un caviar à Iosefa Tekori qui n’aura plus qu’à prolonger jusqu’à Yoann Huget pour l’essai. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. 7. Hans Nkinsi : Bordeaux-Bègles 47-31 Grenoble (J17) On retrouve le même style d’action ci-dessous cette fois-ci avec les Grenoblois. Dans le rôle de Kolbe, Gervais Cordin, la jeune pépite du FCG, futur joueur de Toulon, qui avait déjà parler de lui en Pro D2 la saison passée. VIDEO. Pro D2 – FCG. Lancé comme un frelon, Gervais Cordin pose son adversaire sur les fesses pour l’essai Festival d’appuis, cinq défenseurs éliminés et une offrande pour son partenaire Hans Nkinsi, qui avait bien suivi. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. 6. Hugo Bonneval : Bordeaux-Bègles 36-25 Toulon (J10) Peu utilisé par le staff toulonnais cette saison, Hugo Bonneval a néanmoins montré dans ses apparitions qu’il pouvait être décisif. La preuve ? Cet exploit personnel réalisé contre l’UBB lors de la dixième journée. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. 5. Timoci Nagusa : Montpellier 41-13 Pau (J13) On reste dans le registre des exploits personnels avec sûrement le plus beau de cette saison. Il est signé Timoci Nagusa face à Pau. Une action qui va bien au Fidjien avec du jeu dans le désordre. Ballon en main, ce dernier a complètement déchiré la défense paloise en éliminant au total quatre défenseurs. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. 4. Damian Penaud : Clermont 33-13 Lyon (Demi-finales) Des exploits personnels, on passe aux mouvements collectifs avec cet essai très bien amené par toute la ligne de trois-quarts clermontoise. Impossible à contrer pour des Lyonnais dépassés. À la conclusion sur son aile Damian Penaud, l’une des pièces maîtresses de l’effectif auvergnat cette saison. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. 3. Rudi Wulf : Montpellier 14-25 Lyon (J14) C’est le geste de l’année ! Une passe acrobatique signée Toby Arnorld, sur son propre coup de pied à suivre, pour Rudi Wulf lors de la rencontre opposant le LOU à Montpellier pour la quatorzième journée. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. 2. Cheslin Kolbe : Toulouse 39-0 Toulon (J13) Les Toulouse-Toulon ne sont plus ce qu’ils étaient. À en voir le résultat entre les deux équipes lors de la treizième journée (39-0), on comprend qu’il y ait aujourd’hui un monde d’écart. Toulouse a retrouvé son jeu et punit quiconque se dresse sur son passage. Cet essai en est la preuve avec au départ une pénalité dans les 22 jouée rapidement par Maxime Médard. On assiste ensuite à un festival de passes avant et après-contact pour finalement voir Cheslin Kolbe se débarrasser des derniers encombrants toulonnais pour plonger dans l’en-but. Du grand art ! Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. 1. Cheslin Kolbe : Toulouse 83-6 Pau (J23) Puisqu’on parle d’art, comme ne pas terminer ce top essais par cette somptueuse réalisation Stade Toulousain lors de la 23eme journée face à Pau ? Une sale après-midi pour les joueurs de la Section qui ont vu Cheslin Kolbe défiler dans leurs cauchemars pendant plusieurs jours après la rencontre. Outre son essai de 80 mètres, le Sud-Africain a également été à la conclusion d’un nouveau mouvement collectif made in Toulouse avec un ballon joué des 22, deux passes au pied, du jeu dans le mouvement pour finir sur une passe à l’aveugle signée Max Zavatta-Médard pour l’essai de Kolbe. Une classe qui mérite d’être récompensée avec cette première place. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Julian Savea plie face à Boudjellal et accepte de baisser son salaire

Le Rugbynistere

RCT : rhabillé pour l’hiver par Mourad Boudjellal, Julian Savea répond à son présidentFeuilleton du mois de février, la tension entre Julian Savea et Mourad Boudjellal semble aujourd’hui s’être dissipée. L’international All Blacks a en effet décidé de prolonger son contrat avec le RCT malgré de nombreuses propositions à travers le monde, acceptant par la même occasion les conditions imposées par le président toulonnais. [POINT TRANSFERT] Savea met les choses au clair, Tawalo à Béziers, un Australien à Colomiers ?Auteur d’une saison décevante par rapport aux attentes portées envers lui, l’ailier néo-zélandais souhaite aujourd’hui se racheter et a passé un deal avec Mourad Boudjellal et l’encadrement sportif : il doit réaliser une saison de haut niveau pour décrocher une prolongation de contrat. En attendant, son salaire a été fortement baissé pour la saison prochaine, comme l’annonce ce mardi le quotidien Var-Matin. Un accord ayant fait suite à une rencontre entre Mourad Boudjellal et Julian Savea, accompagné de sa femme, lors de laquelle le président de Toulon a effectué son mea-culpa sur la sortie qu’il avait eu en début d’année vis-à-vis de son joueur, comme il l’a expliqué à Rugbyrama. En conférence de presse, il aurait alors révélé qu’il attendait désormais de voir le Néo-Zélandais revenir à son meilleur niveau, en précisant que « son salaire sera indexé sur ses performances et sur sa motivation. » Patrice Collazo poursuivant : « Qu’il soit jugé sur le rugby ». Le système de primes et le RCT, une histoire de longue date : Top 14 – Le système de primes mis en place au RCT par Mourad Boudjellal menacé

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Les 5 meilleurs moments de la carrière de Mathieu Bastareaud avec le XV de France [VIDÉO]

Le Rugbynistere

XV de France : non sélectionné pour le Mondial 2019, Mathieu Bastareaud prend sa retraite internationale !Il l’a annoncé ce mercredi, suite à sa non-sélection avec le XV de France pour la Coupe du monde, Mathieu Bastareaud ne portera plus le maillot bleu. Une tunique qu’il a défendue pendant 10 ans (54 sélections) avec passion et sous laquelle il a réalisé plusieurs prouesses. Revenons sur les 5 meilleurs moments de sa carrière internationale. 1. Première sélection contre le Pays de Galles le 27 février 2009 Appelé une première fois par Bernard Laporte en 2007 pour la tournée estivale en Nouvelle-Zélande, alors qu’il n’a pas encore disputé un match en professionnel, Mathieu Bastareaud doit malheureusement déclarer forfait en raison d’une blessure au genou. Il attendra ensuite 2009 pour connaître sa première sélection et sa première titularisation avec les Bleus. Le vendredi 27 février 2009 contre le Pays de Galles lors de la troisième journée du Tournoi des Six Nations. Un moment fort pour lui puisqu’il évolue aux côtés de l’expérimenté Yannick Jauzion. Bastareaud s’illustre déjà par ses charges et sa défense intraitable. 2. Seule victoire face à la Nouvelle-Zélande le 13 juin 2009 Et oui, Mathieu Bastareaud fait aujourd’hui partie du peu d’internationaux Français à avoir battu les Blacks. C’est d’ailleurs la dernière victoire en date du XV de France face à la Nouvelle-Zélande. Titulaire une nouvelle fois en 13 avec Damien Traille en 12, il réalise ce jour-là une prestation de grande qualité et contribue à la victoire des Bleus à Dunedin (27-22). Malheureusement, ce voyage estival sera marqué par plusieurs complications pour lui. Crédit vidéo : junetours2009. 3. Doublé face à l’Écosse le 7 février 2010 La carrière internationale de Mathieu Bastareaud prend un coup d’arrêt après une histoire de fausse agression en Nouvelle-Zélande pendant la tournée d’été 2009. Ce qui va lui valoir 3 mois de suspension et 18 activités d’intérêt général. Sélectionné de nouveau pour le Tournoi des Six Nations 2010 par Marc Lièvremont, Bastareaud est bien décidé à faire taire les critiques. Titulaire lors du premier match face à l’Écosse à Murrayfield, le centre du Stade Français inscrit un doublé pour une victoire française 18 à 9. Une belle revanche pour lui et sûrement l’un des meilleurs souvenirs de sa carrière. 4. Première Coupe du monde en 2015 Après avoir manqué les éditions 2007 et 2011, Mathieu Bastareaud fait cette fois-ci partie de l’aventure. De nouveau sélectionné depuis 2013 par Philippe Saint-André et aligné régulièrement au centre avec Fofana, il est sélectionné pour la Coupe du monde 2015 en Angleterre. Une compétition qu’il aborde titulaire (3 matchs sur 4 en poules), mais pendant laquelle il se voit ensuite renvoyé sur le banc pour le quart de finale face à la Nouvelle-Zélande. Il rentrera 20 minutes pour subir comme ses coéquipiers, la déculottée infligée par les futurs champions du monde (62-13). Crédit vidéo : TheRugbyAmy. 5. Capitaine contre le Pays de Galles le 17 mars 2018 Mathieu Bastareaud est connu à Toulon pour ses qualités de leader naturel. Un joueur qui se démène sur le terrain et qui est capable d’amener tout un groupe derrière lui. C’est dans ce cadre-là que Jacques Brunel lui confie le capitanat du XV de France pendant le Tournoi des Six Nations 2018, face au Pays de Galles, suite à la blessure de Guilhem Guirado. Une fonction qu’il honorera avec grand plaisir, également pendant la tournée estivale en Nouvelle-Zélande. Malgré tout, la confiance de Jacques Brunel envers Mathieu Bastareaud semble aujourd’hui avoir disparu puisqu’il a décidé de ne pas l’appeler pour le voyage au Japon en septembre prochain.  Crédit vidéo : Guinness Six Nations.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Les ouvreurs tricolores ont-ils eu leur chance en Top 14 depuis 2015 ? [INFOGRAPHIE]

Le Rugbynistere

Demi d’ouverture, un poste qui fait grincer des dents depuis plusieurs saisons en équipe de France. Philippe Saint-André avait soulevé le problème en 2015, mais en 2019, Jacques Brunel a effectué le même constat. Il l’a affirmé ce mardi en conférence de presse : les Français ne jouent pas dans leurs clubs à ce poste. Excepté Camille Lopez qu’il a retenu, le seul titulaire indiscutable pour reprendre ses mots. Alors Jacques Brunel a-t-il raison ? Où en sont les numéros dix français dans leurs clubs respectifs en Top 14 depuis 2015 ? Nous avons voulu en savoir plus… Agen 2015-2017 Titulaire : Burton Francis. Le Sud-Africain dispute plus de la moitié des rencontres en tant que titulaire (22 matchs sur 24 en 2015-2016 et 23 sur 28 en 2016-2017). Français le plus utilisé : François Bouvier. Seulement 7 titularisations en 17 matchs pour la première saison. Il passe ensuite troisième dans la hiérarchie et n’est plus titulaire. Il participe simplement à cinq matchs sur le banc. 2017-2019 Titulaire : Jake McIntyre a repris le flambeau depuis le départ de Francis. 18 titularisations sur 21 lors de l’échéance 2017-2018 et 15 sur 27 cette saison. Français le plus utilisé : Thomas Vincent dispute seulement une rencontre lors de la saison 2017-2018, mais depuis, Léo Berdeu est arrivé et se partage aujourd’hui le temps de jeu avec McIntyre (14/26). Bayonne 2016-2017  Titulaire : Willie Du Plessis (Afrique du Sud) est arrivé en cours de saison à l’Aviron Bayonnais en provenance de Montpellier et s’est imposé très rapidement avec son nouveau club en Top 14 (13/16). Malgré son arrivée, Bayonne descendera en Pro D2 à l’issue de la saison. Français le plus utilisé : Raphaël Lagarde qui dispute 10 matchs titulaires sur 19 sur l’ensemble de la saison. Sa place de numéro un est forcément remise en question suite à l’arrivée de Du Plessis. Bordeaux-Bègles 2015-2016 Titulaire : Pierre Bernard. 22 matchs, 12 titularisations. Une façon pour lui de terminer honorablement ses trois saisons à l’UBB avant de rejoindre Toulon. 2016-2017  Titulaire : Ian Madigan (Irlande) est le plus utilisé (20 matchs) mais c’est Simon Hickey (Nouvelle-Zélande) qui porte le plus souvent le numéro dix (13 fois en 17 matchs), alors qu’il arrive en cours de saison en provenance d’Auckland. Français le plus utilisé : Lionel Beauxis, mais il n’arrive qu’en numéro trois. 5 titularisations seulement en 16 matchs. Pas étonnant qu’il n’hésite pas à rejoindre le LOU avant la fin de la saison. 2017-2018 Titulaire : Une nouvelle fois Simon Hickey, 14 matchs 13 titularisations. Français le plus utilisé : Matthieu Jalibert. Véritable révélation à ce poste, il s’impose à seulement 19 ans et dispute 15 matchs pour 10 titularisations. Il voit ainsi logiquement les portes du XV de France s’ouvrir à lui. Malheureusement, une grave blessure viendra stopper sa progression. 2018-2019 Titulaire : Brock James (20/23). Naturalisé français, mais ne pouvant pas jouer avec le XV de France. L’ouvreur ayant évolué à l’époque avec les U19 et les U21 Australiens. Brive 2015-2018 Titulaire : Matthieu Ugalde. Pendant les trois saisons où Brive a évolué en Top 14, c’est lui qui a tenu les rênes du poste. 16 titularisations en 21 matchs pour la saison 2015-2016, puis 14/15 et 22/27. Castres 2015-2019 Titulaire : Benjamin Urdapilleta. L’Argentin possède des statistiques ahurissantes : 16 titularisations en 2015-2016 puis 22/30, 31/33 et 25/26. 31 31 titularisations à l’ouverture pour Urdapilleta lors de la saison 2017-2018. Un record sur ces quatre dernières années Français le plus utilisé : Julien Dumora le suplée de temps en temps, mais ce n’est aujourd’hui pas un véritable ouvreur (10 titularisations au poste de 10 en 2015-2016, puis 11, 0 et 4). Yohan Le Bourhis fait également quelques apparitions (3 titularisations en 8 matchs en 2017-2018, puis 2/5), mais il n’a pas aujourd’hui la pleine confiance du staff. Il a donc choisi logiquement de changer de club et rejoindra Oyonnax la saison prochaine. Clermont 2015-2019 Titulaire : Camille Lopez. Joueur français le plus régulier dans son club à ce poste. Pas étonnant que Jacques Brunel compte sur lui aujourd’hui. 21 titularisations en 26 matchs lors de la saison 2015-16, puis 20/25, 8/13 en raison de sa blessure la saison passée (période pendant laquelle Patricio Fernandez prendra quelques peu les devants) et 23/25 cette saison. Grenoble  2015-2017 Titulaire : Jonathan Wisniewski. L’homme fort du FCG. 21 titularisations sur 23 en 2015-2016, puis 15/21. 2018-2019 Titulaire : Franck Pourteau. Retour en Top 14 = complication pour Grenoble et un poste d’ouvreur difficile à combler. C’est malgré tout un Français, Franck Pourteau, déjà remarqué en Pro D2, qui dispute le plus de rencontres en 10 (9 sur 17). La Rochelle  2015-2016 Titulaire : Zack Holmes. L’Australien fait une arrivée très remarquée en France et son profil intéresse la Rochelle qui l’utilise à 22 reprises à l’ouverture sur 27 matchs. Français le plus utilisé : Fabien Fortassin, ancien du club ayant connu la Pro D2 et la montée en Top 14 (6/7). 2016-2017 Titulaire  : Brock James. Arrivé en provenance de l’ASM et titulaire au poste pendant deux saisons : 26/30 puis 10/21. 2018-2019 Titulaire : Ihaia West (Nouvelle-Zélande). Prometteur au pays des Kiwis, mais submergé par la concurrence, West décide de tenter l’aventure en France. La Rochelle récupère ses services et s’en sert énormément puisqu’il a disputé 29 matchs en 10 sur 32 cette saison. Français le plus utilisé : Jérémy Sinzelle. Le couteau-suisse de cette formation rochelaise. 4 titularisations à l’ouverture en 18 rencontres. Lyon 2016-2017  Titulaire : Mike Harris (Australie). Centre de formation, c’est en demi d’ouverture que Lyon l’utilise le plus (13/23). Français le plus utilisé : Frédéric Michalak. En fin de carrière, il n’est pas priorisé à ce poste. 5 fois titulaires seulement en 19 matchs. 2017-2018 Titulaire : Lionel Beauxis (16/19). Une belle saison qui lui ouvre de nouveau les portes du XV de France pendant le Tournoi des Six Nations 2018. 2018-2019  Titulaire : Jonathan Wisniewski. Grosse saison pour lui (18 matchs en 10 sur 21), arrivé de Toulon. Mais Wisniewski continue d’être boudé par les Bleus. 18 Malgré 18 titularisations, soit le deuxième meilleur score pour un Français cette saison, Jonathan Wisniewski n’est pas retenu par Jacques Brunel pour la Coupe du monde. Montpellier  2015-2016 Titulaire : Demetri Catrakilis (Afrique du Sud). Arrivé en cours de saison de la Western Province, il s’impose très rapidement comme le numéro un (20/24). Français le plus utilisé : François Trinh-Duc, mais troisième dans la hiérarchie (7/11). 2016-2017  Titulaire : Demetri Catrakilis une nouvelle fois. 12/18. Français le plus utilisé : Alexandre Dumoulin. À la grande surprise, le centre international (8 sélections) est en effet le seul à avoir évolué à ce poste contre le Stade Toulousain. Le 5eme choix dans la hiérarchie… 2017-2019 Titulaire : Aaron Cruden. Le Néo-Zélandais tient son rang comme prévu au sein du MHR. 24/24 en 2017-2018, puis 14/16 cette saison avec l’arrivée de Johan Goosen. Français le plus utilisé : Thomas Darmon. Le jeune ouvreur fait doucement ses premiers pas. 2/7 la saison dernière puis 5/8 cette saison. Oyonnax 2015-2016  Titulaire : Nicky Robinson (Pays de Galles). Largement priorisé pour son unique saison en France (19/21). Français le plus utilisé : Régis Lespinas. Seulement 5/22. 2017-2018  Titulaire : Ben Botica (Nouvelle-Zélande). Oyonnax tient là un sacré client, et l’USO ne s’en prive pas. 24/24 pour Botica, auteur d’une saison remarquable et élu meilleur joueur du Top 14. Français le plus utilisé : Anthony Fuertes, jeune joueur issu de la formation rochelaise, titularisé à 4 reprises à l’ouverture en Champions Cup sur 5 rencontres. Pau 2015-2019 Titulaire : Colin Slade. Le Néo-Zélandais est logiquement le choix numéro un, par son expérience : 14/15, 16/17, 17/24 et 18/23. Français le plus utilisé : Brandon Fajardo entre 2015 et 2018 (9/20, 8/16 et 4/7), mais depuis cette saison c’est Antoine Hastoy qui éclos au sein de la Section (13/26). Perpignan 2018-2019 Titulaire :  Paddy Jackson, même si l’Irlandais n’a pas pleinement satisfait (17/25). Français le plus utilisé : Enzo Selponi (11/28), très utilisé également en 15. Racing 92 2015-2017 Titulaire : Dan Carter. La star néo-zélandaise est forcément propulsée en haut de l’affiche. 14 titularisations en 18 matchs la première saison puis 21/23 la suivante. Français le plus utilisé : Rémi Talès : 14 titularisations en 15 matchs en 2015-2016, 6/15 ensuite. 2017-2018  Titulaire : Rémi Talès qui profite des pépins physiques de Dan Carter pour prendre le poste de numéro 1. 16 titularisations en 22 matchs. 2018-2019 Titulaire : Finn Russell. L’Écossais a totalement pris le pouvoir cette saison. 22 titularisations en 23 matchs. Français le plus utilisé : Raphaël Lagarde, mais il arrive en troisième position derrière Ben Volavola. 4 titularisations en 6 matchs. L’année prochaine, il devrait avoir plus de temps de jeu à Agen. Stade Français 2015-2018 Titulaire : Cela peut surprendre, mais c’est bien Jules Plisson et non pas Morné Steyn qu’on retrouve en première position. 18/25, 23/27 et 20/27. 2018-2019 Titulaire : Nicolas Sanchez. L’arrivée de l’Argentin a bousculé la hiérarchie. 13 titularisations sur 16 matchs depuis son arrivée en automne. Français le plus utilisé : Jules Plisson, mais il est désormais deuxième dans le rang des ouvreurs. 10/20 cette saison, Morné Steyn ayant été obligé de remplacer Kylan Hamdaoui à l’arrière. Toulon 2015-2016  Titulaire : Matt Giteau. Centre de formation, il est très utilisé en 10 à Toulon suite au départ de Jonny Wilkinson (12/12). Français le plus utilisé : Frédéric Michalak. Une fois seulement en 10 matchs. 2016-2018 Titulaire : François Trinh-Duc dans un premier temps (16/18 en 2016-2017), mais il laisse ensuite sa place à Anthony Belleau (17/27 et 16/23 pour les deux dernières saisons). Toulouse 2015-2016 Titulaire : Luke McAlister. Le Néo-Zélandais est la sensation au poste de demi d’ouverture à Toulouse, alors qu’il évoluait plutôt en centre avec les All Blacks. 18 titularisations sur 28 matchs lors de cette saison. Français le plus utilisé : Jean-Marc Doussain, repositionné à l’ouverture pendant 10 matchs sur 30. 2016-2017 Titulaire : Jean-Marc Doussain. Inversion des rôles, le Français passe devant le Néo-Zélandais, qui évolue de nouveau majoritairement en centre. 19/22 contre 11/23. 2017-2019 Titulaire : Zack Holmes. Arrivé de la Rochelle, il s’est très vite fait sa place. 19/22 puis 22/25. Français le plus utilisé : Romain Ntamack la saison dernière (6/10), puis Thomas Ramos cette année (7/29).  4 Sélectionné en tant que numéro 10 pour la Coupe du monde, Romain Ntamack n’a débuté qu’à 4 reprises à ce poste cette saison. Bilan Ils sont 12 français au total à être parvenu à s’imposer au sein de leur club au terme d’une saison. Quand on sait qu’il peut avoir 56 possibilités (14 équipes sur 4 saisons, même si certains joueurs ont changé de clubs entre temps). Ce qui est en effet trop peu aujourd’hui. Camille Lopez a su être le plus régulier dans son club depuis 2015, Ugalde l’a également été, mais est aujourd’hui loin des tablettes du sélectionneur. Belleau commence tout juste à l’être depuis deux saisons, tout comme Matthieu Jalibert qui revient de blessure, mais ces jeunes doivent encore éclore. On pense également à Louis Carbonel qui se partage le temps de jeu à Toulon avec Belleau. Romain Ntamack a également prouvé en équipe de France qu’il pouvait apporter des satisfactions à ce poste, mais il n’est pas titularisé aujourd’hui en club (seulement 4 fois). Il faudra également surveiller Antoine Hastoy et Léo Berdeu, tous deux auteurs de prestations remarquables avec leurs clubs respectifs cette saison. D’ici 2023, il devrait donc y avoir plus de choix. En attendant, Brunel n’a aujourd’hui pas d’autre solution que de sélectionner un peu par défaut.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Top 14 – Ces 10 moments qui ont marqué la saison ! [VIDÉO]

Le Rugbynistere

Ça y est, le Top 14, c’est fini pour cette saison… On a déjà hâte d’être à l’année prochaine ! Cette saison vous a marqués ? Nous, oui en tout cas… C’est pourquoi nous avons décidé de vous faire revivre 10 moments importants du Top 14 2018-2019 : Samedi 25 août 2018 : Toulon 9-25 Racing 92 (J1) Nous y sommes ! C’est la fin août et le Top 14 redémarre ! Enfin pas pour tout le monde. À voir le RCT s’incliner sur sa pelouse d’entrée face au Racing 92 (9-25), on s’est tous demandés si les Toulonnais n’étaient pas restés en vacances. Une première surprise dans ce championnat, qui en amènera d’autres.  Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. Dimanche 27 janvier 2019 : Toulon 33-30 Paris (J15) Scénario invraisemblable entre Toulon et le Stade Français ! Dans un match cadenassé, les Parisiens semblent faire le trou grâce à Hendré Stassen à dix minutes de la fin et mènent 27 à 20. Mais un carton jaune pour Jonathan Danty va venir compliquer les choses. 23-30 pour Paris à trois minutes de la fin, mais sur le renvoi qui suit le drop de Jules Plisson, Paul Gabrillagues commet l’en-avant. C’est récupéré par les Toulonnais et Louis Carbonel file marquer en coin ! Transformation manquée, 28 à 30. Sur le renvoi de Plisson le ballon tombe dans les mains du RCT, et vole jusqu’à Liam Messam qui sert Filipo Nakosi. Festival de l’ailier fidjien qui s’en va inscrire son deuxième essai de l’après-midi. Victoire 33 à 30 de Toulon ! Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. Samedi 16 février : Montpellier 10-28 Perpignan (J16) Ils l’ont fait ! Après 16 journées, les Catalans parviennent enfin à s’imposer dans ce Top 14 ! Et quelle victoire puisqu’elle a lieu à l’extérieur, face à leurs voisins montpelliérains ! Un MHR en perdition qui vient de subir sa troisième défaite d’affilée, la deuxième à domicile. Pour l’USAP, simple sursaut d’orgueil, les Perpignanais ne remportant que deux matchs au total cette saison. Le deuxième étant face à Grenoble à domicile (22-16).  Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. Dimanche 3 mars : Stade Français 9-28 Toulouse (J18) Tout va bien pour les Rouge et Noir. Les Toulousains viennent de battre le record d’invincibilité en Top 14 en enchaînant un douzième match sans défaite sur la pelouse du Stade Français. Victoire sans trembler 28 à 9, bonus offensif en poche grâce à un doublé de Lucas Tauzin et deux autres essais signés Gillian Galan et Piula Faasalele. Ils arriveront jusqu’à 14 rencontres sans défaite avant de tomber à Toulon (25-10) lors de la 21eme journée. Leur dernier revers en championnat. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. Dimanche 14 avril : Toulouse 47-44 Clermont (J22) C’est le plus beau match de la saison, sans contestation. Les deux bolides du championnat, le Stade Toulousain et l’ASM, ont rendez-vous au Stadium de Toulouse pour l’occasion. Un choc annoncé par tous, qui ne déçoit pas. Un ballet de jeu et d’essais qui ravit l’ensemble de passionnés de ce sport, scotchés devant leurs écrans ou au stade. Toulouse se fait peur, mais ne cède pas une nouvelle fois face à Clermont (20-20 à l’aller, 47-44 lors du match retour), grâce à un Sofiane Guitoune des grands soirs, auteur du dernier essai rouge et noir, le cinquième de la soirée pour les stadistes, contre 4 pour Clermont. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. Samedi 4 mai : Toulouse 83-6 Pau (J24) Plus large victoire en Top 14 cette saison. La deuxième de l’histoire. Ce samedi 4 mai, il ne fallait pas être supporter palois. Les joueurs de la Section se sont vus pulvériser au stade Ernest-Wallon. 83 à 6, 13 essais au total, une promenade de santé pour l’ogre toulousain. Côté palois, cette défaite vient assombrir quant à elle la belle victoire obtenue face au Racing 92 la semaine d’avant. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. Samedi 4 mai : Grenoble 11-29 Agen (J24) Quel coup réalisé par les Agenais ! En s’imposant au stade des Alpes et en ne laissant pas le moindre point à Grenoble, le SUA a fait le plus dur et a désormais quasiment sa place en Top 14 pour la saison prochaine. Une place qu’ils garderont par la suite, Grenoble n’ayant obtenu qu’un seul point lors des deux dernières journées. La descente aux enfers continuera pour les Grenoblois qui se verront plus tard rétrogradés en Pro D2 par Brive. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. Dimanche 19 mai : Union Bordeaux-Bègles 36-43 Stade Toulousain (J25) Dans les six de la 15eme à la 22eme journée, les Bordelo-Béglais ne verront malgré tout pas les quarts de finale. La faute à un Stade Toulousain à double-visage, revenu transformé des vestiaires. Menés 36 à 7, les Rouge et Noir ont en effet inscrit 5 essais, pour un 36-0 infligé en seconde période. Incroyable, mais vrai ! Un résultat négatif au final pour l’UBB qui doit dire adieu aux phases finales. Quatrième défaite d’affilée, puis cinquième une semaine plus tard sur la pelouse la Rochelle, une qui tape sur la tête : 81 à 12. Il était temps que la saison se termine… Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. Samedi 25 mai : Clermont 27-28 Montpellier (J26) Qui a dit qu’il ne fallait pas compter sur les Montpelliérains pour ces phases finales ? Tout le monde peut-être, mais pas eux. Déterminé, le MHR a arraché un précieux succès sur la pelouse de Clermont lors de la dernière journée (27-28), lui permettant d’accéder aux barrages de ce Top 14. À la place de Castres, qui voit les six premières places lui passer sous le nez, après sa mésaventure contre Toulon au stade Pierre-Fabre (16-25). Véritable coup de tambour ! Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. Vendredi 31 mai : Racing 92 13-19 La Rochelle (Barrages) Les barrages nous habituent souvent à des surprises. L’échéance 2018-2019 n’y échappera pas. Sorti prématurément par le Stade Toulousain dans son antre en Champions Cup, le Racing 92 souhaite se rabattre sur le championnat pour honorer sa saison. Manque de bol, il doit affronter la Rochelle, une équipe qui a démontré a plusieurs reprises qu’elle pouvait être totalement ingérable. Cette situation se reproduit une nouvelle fois puisque le Stade Rochelais fait le trou grâce à un essai d’Arthur Retière, bien servi par une passe au pied de Doumayrou (comme quoi), au retour des vestiaires. 19-3, il reste quinze minutes à jouer, les Racingmen commencent à douter pour leur retour à Yves-du-Manoir. C’est le moment que choisit Leone Nakarawa pour tenter de donner de l’élan à son équipe, mais ça sera ne suffira pas. Le Racing 92 s’incline 19 à 13 et peut déjà penser à préparer la saison prochaine. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel. Samedi 15 juin : Toulouse 24-18 Clermont (Finale) Tout le monde l’attendait, et elle a bien eu lieu. Cette finale entre les deux meilleures équipes de la saison : le Stade Toulousain et l’ASM Clermont. Moins impressionnante que la dernière confrontation entre les deux équipes, cette finale a malgré tout donné lieu à un beau spectacle, avec de l’intensité, une rencontre qui aurait pu basculer des deux côtés. Mais dans ce bras de fer, c’est Toulouse qui vient conclure de la plus belle des manières sa splendide saison (3 défaites seulement en Top 14). Un retour en haut de l’affiche logique aujourd’hui, et un effectif qui promet pour l’avenir. Crédit vidéo : TOP 14 – Officiel.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)