BaptistePiquel

Cette utilisateur n'a partagé aucune information biographique

Acccueil: http://www.lerugbynistere.fr/rss.php


Article par BaptistePiquel

J’ai maté 10 heures de Top 14 ce week-end : le multiplex du Rugbynistère

Le Rugbynistere

Match 1 : UBB 23 – Clermont 19 A quelle heure j’ai vu le match ? En direct, samedi 14h45. État de forme ? Très bon. J’étais quand-même un peu septique étant donné que le dernier match de Bordeaux à domicile s’était conclu sur un 9-9 peu distrayant. Niveau d’attention : Optimal, je ne manque pas une seule miette du match. Il y a du suspense, du jeu et de l’intensité, ça me plaît beaucoup. La clé du match : La défense bordelaise. Quelle défense incroyable ! J’ai pris beaucoup de plaisir à voir cette défense œuvrer. L’UBB a défendu parfaitement pendant 80 minutes. Clermont n’a donc pas pu mettre son jeu en place. Le moment insolite : Blair Connor qui retourne tous les joueurs clermontois venu pour le mettre sur le cul. L’homme du match : Selon moi, l’homme du match est Baptiste Serin. Il a très bien mené le jeu bordelais, puis a été parfait lors des tirs au but. J’ai bien aimé aussi le match de Blair Connor, Cyril Cazeaux et d’Alexandre Roumat. Côté Clermont, Damian Penaud et Wesley Fofana se sont montrés à leur avantage. Classement provisoire des meilleurs joueurs de la journée : Serin Connor Roumat Match 2 : RCT 33 – Agen 3 A quelle heure j’ai vu le match ? En direct. Au stade à 18h. État de forme ? Très bon. J’avais hâte de pouvoir voir enfin le RCT envoyer du jeu. Niveau d’attention : Bon. J’ai quelques fois crié « Aux chiottes l’arbitre ! ». Mais mis à part ça je suis très concentré sur ma tâche. La clé du match : L’effectif toulonnais. Toulon n’a toujours pas un jeu très bien huilé, mais ça commence à prendre forme. Le RCT a réussi à faire la différence grâce à ses internationaux. Ça risque d’être plus compliqué le week-end prochain à Clermont. Le moment insolite : En plus d’avoir des nuages spéciaux, à Toulon, on a aussi vu la lune. Celle du jeune ouvreur agenais Léo Berdeu. Mourad ne s’arrête jamais, il a même fait venir Son Goku sur son nuage (Kinto’un) pour le match.L’homme du match : Selon moi, l’homme du match est Malakai Fekitoa. Le All Black a été très puissant, puis nous a gratifié de très beaux gestes techniques. Il a aussi été l’auteur du dernier essai toulonnais. J’ai bien aimé les performances des frères Taofifenua, de Liam Messam, de Julian Savea et d’Anthony Belleau. Puis côté agenais, le jeune ouvreur Léo Berdeu et le remplaçant Jake McIntre ont posé quelques soucis aux Toulonnais. Classement provisoire des meilleurs joueurs de la journée : Serin Fekitoa Connor Match 3 : La Rochelle 30 – Lyon 13 A quelle heure j’ai vu le match ? En différé. Samedi vers 22h. État de forme ? Plutôt bon, (comme le plat que je mangeais en même temps). J’étais un peu fatigué sur la fin, mais ça allait. Niveau d’attention : Le seul truc que je peux vous dire c’est que le Chili cone carne que je mange est très bon et que je vais en reprendre. Deux fois. Je rigole bien sûr. Une seule suffira. La clé du match : La vitesse rochelaise. La Rochelle a encore une fois fait preuve d’efficacité sur les contres. Chaque munition perdue par le LOU était transformée en une action d’essai. Les Rochelais ont aussi joué vite quelques pénalités, ce qui s’est révélé être le bon choix. Geoffrey Doumayrou joue vite une pénalité et marque un essai. Le moment insolite : Les buteurs des deux équipes ont manqué beaucoup de tirs au but. Souvent même dans des positions idéales. Une soirée cauchemardesque pour les buteurs. L’homme du match : Geoffrey Doumayrou est vraiment rentré dans sa saison. Efficace en défense et juste dans ses choix, il a été la rampe de lancement de l’attaque rochelaise. Arthur Retière et Alexi Balès ont aussi été très bons également. Côté lyonnais, Etienne Oosthuizen a encore été exemplaire dans son rôle de travailleur de l’ombre. Classement provisoire des meilleurs joueurs de la journée : Serin Fekitoa Doumayrou Match 4 : Grenoble 31 – Perpignan 22 A quelle heure j’ai vu le match ? En différé. Dimanche matin à 10h15. État de forme ? Plutôt bon malgré le fait de s’être levé très tôt (cinq minutes avant). Niveau d’attention : Optimal. Je viens de renverser du jus sur ma fiche de note mais sinon ça va. La clé du match : Gaëtan Germain. Malgré deux pénalité manquées, l’arrière grenoblois a été très bon. Il a réussi neuf coups de pied et a été très présent dans le jeu grenoblois. Il est l’artisan de la victoire grenobloise. (On va pouvoir sauter la rubrique « homme du match ») Homme du match : (Et oui, mais moi il faut bien que j’écrive quelque chose…). L’homme du match est donc Gaëtan Germain. J’ai bien aimé le match de Taufa et de Rhule que j’ai trouvé tranchant sur chaque intervention. Côté catalan, Selala Lam nous a gratifié d’un très bel essai. Le moment insolite : David Mêlé qui gueule plus fort que tout le monde dans le stade. Classement provisoire des meilleurs joueurs de la journée : Serin Fekitoa Doumayrou Match 5 : Racing 92 27 – Castres 11 A quelle heure j’ai vu le match ? En différé. Dimanche après-midi à 14h45. État de forme ? Très bon. Je connaissais le résultat mais j’avais très envie de voir le contenu du match. Niveau d’attention : Très bon. Le match est captivant. La clé du match : Le réalisme. Le Racing a concrétisé chaque action, à l’inverse de Castres qui a dominé mais n’a pas su faire preuve de réalisme proche de l’en but adverse. Le moment insolite : Finn Russell qui nous montre dans le même match qu’il est capable du meilleur comme du pire. Lors des trente premières minutes, l’ouvreur écossais a été flamboyant. Il a percé la défense castraise, était juste dans ses choix, son jeu au pied et ses passes. Puis ces trente minutes passées, Finn Russell était méconnaissable. Il est retombé dans ses travers.L’homme du match : Simon Zebo a été excellent. J’ai pris beaucoup de plaisir à le voir jouer. Auteur de deux essais, serein dans les airs et tranchant dans les relances. L’Irlandais a presque fait le match parfait. Vakatawa, Chavancy, Ryan, Palu et Chauveau ont été très performants également. Côté Castres, Scott Spedding confirme son très bon début de saison, et Steve Mafi a été omniprésent sur le terrain. Classement provisoire des meilleurs joueurs de la journée : Zebo Serin Fekitoa Match 6 : Montpellier 66 – Toulouse 15 A quelle heure j’ai vu le match ? En direct. Dimanche à 16h45. Niveau d’attention : Excellent. Pour moi, c’est l’affiche du week-end. La clé du match : La composition toulousaine. Même si les jeunes alignés ont beaucoup de talent et d’envie. Il n’ont pas fait le poids contre un Montpellier révolté. L’écart était trop grand. Le moment insolite : L’arbitre vidéo (Momo) qui donne un avis opposé à celui d’Alexandre Ruiz. J’ai trouvé ça génial. C’est ce qui manque aux arbitres vidéo dans le rugby. À l’heure actuelle, « Momo » est le meilleur arbitre vidéo français. L’homme du match : Louis Picamoles a fait un match énorme. Aucun déchet, dur à l’impact et auteur d’un quadruplé, le Tricolore a été monstrueux. Nadolo, Goosen, Pienaar, Willemse, Giudicelli, Fall et Serfontein ont fait également un gros match. Côté Toulouse, le seul qui a été au niveau de Montpellier c’est Pita Ahki. J’ai pris beaucoup de plaisir à voir jouer ce joueur pour la première fois sur 80 minutes. Classement provisoire des meilleurs joueurs de la journée : Picamoles Zebo Nadolo Combat de coqs à Montpellier. Match 7 : Pau 13 – Stade Français 25 A quelle heure j’ai vu le match ? J’ai eu beaucoup de problèmes avec ce match. J’ai commencé à le regarder dimanche à 19h. Mais au bout de 20 minutes le match ne fonctionnait plus. J’ai essayé lundi mais ça ne fonctionnait pas non plus. Puis, j’ai enfin réussi à le regarder dans des conditions médiocres mardi à 13h. État de forme ? Bon, j’ai eu le temps de me reposer… Niveau d’attention : Je suis concentré. J’ai peur que qu’à un moment ça ne fonctionne plus. La clé du match : L’attaque parisienne. Le Stade Français a été très réaliste tout au long du match. Contrairement aux Palois qui faisaient beaucoup de fautes et d’en-avants près de la zone de marque. Le moment insolite : Aucun frère d’un joueur du Stade Français n’est rentré sur le terrain. L’homme du match : Gaël Fickou. Auteur d’un doublé pour la deuxième fois de suite le centre international français est dans la continuité des précédents matchs. Kylan Hamdaoui et Morné Steyn ont eux aussi réalisé un bon match. Côté Palois, Jesse Mogg et Thibault Daubagna ont été à leur avantage. J’ai aussi bien aimé la rentrée du jeune ouvreur de Pau : Hastoy. Il a posé beaucoup de problème aux Parisiens. Classement défintif des joueurs de la journée : Picamoles Zebo Nadolo Quel bel homme ce Vincent Clerc.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

INTERVIEW. Castres – Baptiste Delaporte :  »On sait que Toulon est dans une mauvaise passe »

Le Rugbynistere

Pourquoi avoir prolongé à Castres ? Je suis du coin. J’ai commencé à Castres lorsque j’avais treize ans. Alors ça me paraît logique de signer mon contrat pro ici. Vous avez donc prolongé à Castres tout en sachant que votre manager serait Mauricio Reggiardo. Avez-vous eu une conversation avec lui avant de signer ? Non, pas spécialement. On savait depuis longtemps que Mauricio Reggiardo viendrait. Pour l’instant je n’ai pas eu de vraie conversation avec lui. Mais ça viendra.TRANSFERTS – Castres Olympique : c’est officiel, Mauricio Reggiardo va succéder à Christophe Urios Que retenez-vous du match contre Lyon ? C’était un match compliqué. On n’est pas bien entré dedans. On est malgré tout bien revenu en seconde période. On laisse quelques points au pied. Mais ce n’est pas important. On arrive finalement à gagner le match. On a été très solidaires. On a défendu nos terres, et on s’est battu pour nos supporters. C’est ça le point positif de la rencontre. Dans quel état d’esprit vous déplacez-vous à Toulon ? On aborde ce match comme les autres. On ne va pas changer d’attitude. On sait que Toulon est dans une mauvaise passe et le club a envie de se replacer dans le championnat. Alors, il y aura une grosse opposition. On ne va pas à Toulon pour perdre ! On n’est pas comme ça. On va jouer à fond. Il va y avoir du combat et de l’intensité, on le sait. Il y aura un gros combat. Toulon va sûrement se resserrer là-dessus. Personne ne connaît l’issue du match. Mais on est prêt à faire un gros match.Depuis quand le RCT n’a pas été dernier du Top 14 ? Toulon a montré des faiblesses en touche et dans les rucks. Allez-vous vous appuyer là-dessus ? Effectivement, le RCT n’a pas été à son avantage dans ces phases de jeu. Mais nous non plus n’avons pas été très réalistes en conquête. On va donc se concentrer sur nous, faire notre job et ne pas analyser le jeu de Toulon. Avec deux victoires sur deux matchs importants, avez-vous pris dans la confiance ? Forcément, mais ça ne fait que deux journées que l’on joue. Il ne faut pas s’emballer et rester concentré. Si on arrête de travailler, on peut très vite se retrouver à la place de Toulon aujourd’hui.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

INTERVIEW. Top 14 – LOU. Pierre Mignoni :  »on jouera les deux tableaux »

Le Rugbynistere

Quels sont les objectifs de Lyon cette saison ? De continuer à grandir. Tout faire pour être dans les six premier. Évoluer notre jeu et faire grandir notre équipe. L’un d’eux est-il de confirmer ce statut d’outsider ? Oui. On sait que ça va être compliqué. Mais avant de parler de titre ou de dernier carré, on veut bien démarrer notre saison. La course au titre va extrêmement difficile pour tout le monde. La qualification va se jouer dans les toutes dernières journées voire la dernière.RÉSUMÉ VIDÉO. Top 14 – Barrage. Lyon réalise le coup parfait à Toulon Quel est le bilan des premiers matchs amicaux ? C’est les premiers matchs avec contacts, les premiers plaquages, les rucks, les premières mêlées et les première touches en opposition. Nous sommes satisfaits sur l’envie, sur la dépense d’énergie. Après il y a des fautes de mains mais c’est classique sur les matchs amicaux. Il y a de belles intentions, des joueurs assez en forme. Il y a encore pas mal de choses à travailler. Mais on est sur la bonne voie. Le LOU jouera t-il les deux tableaux à fond cette saison ? Oui, on jouera les deux tableaux. On sait la dépense d’énergie que ça représente. Pour moi et mon staff, ça va être une autre gestion de l’effectif que les saison précédentes. Il faut qu’il beaucoup de rotation pour pouvoir être performant sur les deux tableau tout au long de la saison. Puis, il faudra croiser les doigts pour espérer ne pas avoir de blesser de longue durée. Si nous n’avons pas trop de blessés, je ne m’inquiète pas sur ce qui va se passer. La nouvelle gestion de l’effectif est-elle la raison de votre grosse activité sur le marché des transferts ? Grosse activité je ne sais pas. On a fait ce qu’on a pu faire. On avait besoin de recruter à des postes de se renforcer à d’autres pour palier à ça. On est très satisfait du recrutement. On a toujours envie de plus. Mais aujourd’hui on a un bel effectif.Top 14 – Présentation des clubs pour la saison 2018-2019 : Lyon

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

INTERVIEW. Top 14 – Pau. Thibault Daubagna :  »on veut jouer les deux tableaux à fond »

Le Rugbynistere

Quels sont les objectifs des matchs amicaux ? L’objectif, est de préparer la saison, retrouver les automatismes, de s’étalonner physiquement, prendre de la confiance et de préparer les premiers matchs du championnat des les meilleures conditions. Ce sont les premiers matchs où l’on joue ensemble. Puis il va falloir intégrer les recrues dans le groupe. Quel est le bilan du match amical contre Bayonne ? Malgré la défaite (21-14), on pris du rythme et des automatismes. Les détails seront important pour le prochain match amical contre Toulouse. Comment préparez-vous le match amical contre le Stade Toulousain ? Très sérieusement. C’est le dernier match de préparation avant la reprise du championnat, alors on va devoir s’appliquer. Quels sont les objectifs du club cette saison ? L’objectif, est de faire mieux que la saison passé. Notre but est de rentrer dans le top six. On sait qu’il y a beaucoup de concurrence, que ça va être difficile. Mais on va essayer. Et les vôtres personnellement ? Continuer à progresser, prendre plus d’ampleur dans le groupe. Essayer d’être un leader de groupe. Montrer l’exemple par le travail. Puis mieux conduire le jeu de la Section. Pau va-t-il comme la saison dernière jouer sur les deux tableaux ? Oui, on veut jouer les deux tableaux à fond. L’an passé, on fait une demi-finale de Challenge Cup, et on est passé pas loin des barrages. On a un effectif qui se renforce encore. Donc je pense que cette saison, on a une carte à jouer.INTERVIEW. Challenge Cup – Section Paloise. Daubagna :  »On ne peut pas se permettre d’avoir des trous d’air » La Section va-t-elle chercher à confirmer son statut de prétendant au top 6 cette saison ? Oui, bien sûr. On sait que maintenant, on va être plus attendu que les années précédentes. On va essayer de rentrer dans les six, on va tout faire et de mettre toutes les chances de notre côté pour y parvenir. Vous commencez fort la saison avec un déplacement à Bordeaux et la réception de Toulon. La saison peut elle varier selon les résultats de ces matchs ? Les saisons sont longues, alors je ne pense pas. Mais, on a deux gros tests d’entrée. Il faudra rapidement mettre les ingrédients nécessaires pour pouvoir faire de bons matchs et bien démarré la saison. Cette saison, l’équipe est-elle mieux armée pour prétendre à la qualification ? Oui. Lors de l’intersaison, l’équipe a fait un recrutement intelligent. L’effectif s’est étoffé malgré quelques départs. C’est un groupe uni et complet. On va rester dans la continuité. Je pense qu’on a les moyens de réussir sur les deux tableaux. Il faudra être régulier et appliqué tout au long de la saison. Vous insistez sur le fait d’être régulier tout au long de la saison. Vous pensez que c’est ça qui vous a manqué la saison dernière ? Oui, on a eu un début de saison assez compliqué. Puis tout s’est bien passé jusqu’à la fin où l’on a chuté. Donc oui ça nous a manqué, il faudra vraiment se concentrer là-dessus. Gagner tous les matchs à domicile, puis se battre pour aller chercher le plus de points possible à l’extérieur. Et ça commence dès la première journée à Bordeaux.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

INTERVIEW. Top 14 – Daniel Ikpefan :  »J’ai tout à apprendre au RCT »

Le Rugbynistere

Quel a été le bilan à la fin de la saison ? C’était une saison très dure. Il y eu un nouveau staff, un nouveau projet de jeu et il a fallu le temps que la mayonnaise prenne. Au milieu de la saison, nous avons bien appliqué le projet de jeu, ce qui nous a permis de revenir dans la course et faire des gros matchs. On a eu une belle fin de saison mis à part le match de barrage face à Grenoble. Mais c’est un bilan assez dur. Si vous deviez résumer votre saison en trois mots, lesquels choisiriez-vous ? Dommage, Expérience, Progrès. Plus tôt dans la saison, vous avez refusé de rejoindre le RCT pour prolonger à Oyonnax. Pourquoi avoir refusé dans un premier temps ? Ça a été compliqué, je n’ai pas refusé. Le RCT m’a appelé, je suis allé à Toulon quand il y avait Fabien Galthié en entraîneur. Le rendez-vous s’était très bien passé. Je devais signer à Toulon, j’attendais des nouvelles pendant trois semaines et il ne s’est rien passé. Ils attendaient un peu plus de moi, voir si j’étais prêt. Je n’avais aucune garantie d’aller à Toulon donc j’ai décidé de prolonger à Oyonnax. J’ai été contacté par Bordeaux qui est arrivé trop tard, et par Perpignan et Grenoble mais je n’avais pas envie d’attendre la fin de saison pour savoir où j’allais jouer. Puis Toulon est revenu vers moi il y a deux mois et j’ai expliqué que j’avais resigné à Oyonnax et qu’il faudrait voir ça avec les dirigeants. Pourquoi avoir rejoint Toulon ? Toulon est un grand club, j’ai tout à apprendre là-bas. Il y a de grandes stars à mon poste et je vais beaucoup apprendre d’eux. Puis, Patrice Collazo m’impressionne. C’est un grand entraîneur et si on est droit avec lui on peut beaucoup apprendre. C’est une expérience à faire, je suis jeune et c’était le moment de partir. J’ai passé du bon temps à Oyonnax et je n’exclus pas un retour. Mais je suis aussi parti pour des raisons personnelles. Quels sont vos objectifs au RCT ? Je veux prouver que je peux jouer dans un club de haut niveau. De faire ma place en tant qu’ailier ou arrière, je me fixe sept à dix matchs dans l’année c’est déjà pas mal en arrivant d’un petit club. Puis si je peux jouer plus, ce serait parfait. J’aimerais aussi montrer mes qualités puis les perfectionner. Et si j’arrive à faire tout ça, j’aurai peut-être l’honneur d’être sélectionné avec l’équipe de France. J’ai tout à apprendre au RCT. Qu’est-ce que ça fait d’évoluer avec des joueurs comme Julian Savea ou Josua Tuisova ? C’est un grand plaisir. Ce sont des joueurs compétiteurs mais qui restent dans le respect. On ne va pas se tirer dans les pattes et accepter les choix de l’entraîneur. Ils peuvent m’apprendre des détails qui m’échappaient. Puis ce n’est parce que ce sont de grands joueurs que je vais leur laisser la place. Ça va être difficile mais je n’ai pas peur. Dans quel état d’esprit vous rendez vous à Toulon ? J’appréhende un peu. J’ai toujours vécu dans la région Rhône-Alpes, partir loin des personnes que je connais ça va être un peu bizarre lors des premières semaines mais après ça va se dérouler tranquillement. Il n’y a pas de raisons pour que cela se passe mal. Question bonus, selon vous, qui va remporter la Coupe du Monde de foot ? Je suis originaire du Nigeria, j’ai donc pris du plaisir à les voir jouer. J’aimerais que la France gagne, avec l’effectif qu’on a ce serait vraiment dommage de passer à côté. Puis des grosses équipes ont perdu donc c’est une chance pour nous.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)