Clement Suman

Cette utilisateur n'a partagé aucune information biographique

Acccueil: http://www.lerugbynistere.fr/rss.php


Article par Clement Suman

Danny Cipriani ou James Bond : que s’est-il passé ce week-end chez les Rosbifs ?

Le Rugbynistere

Sacrées grenouilles. Avec leur Top 14, elles croient vraiment regarder le #MeilleurChampionnatDuMonde chaque week-end. Mais au fond, ne vaut-il mieux pas regarder un épisode de Geordie Shore avec Charlotte Crosby, plutôt qu’Agen – Perpignan ? Chères grenouilles, arrêtez de vous mentir : le #MeilleurChampionnatDuMonde est en fait anglais. Il s’agit de la Premiership. Affalé dans mon canapé avec ma bière et mes chips (au vinaigre), j’en profite tous les week-ends, et j’ai décidé de vous faire partager ça en donnant des nouvelles d’Owen Farrell, Chris Ashton et Sami Mavinga tout au long de la saison. Sympa, n’est-il pas ? Allez, prenons une tasse de thé (avec un nuage de lait) et analysons cette première journée de Premiership ensemble. HOT Bristol Amis bordelais, vous voulez des nouvelles d’Ian Madigan ? Parti l’été dernier en seconde division anglaise, l’ouvreur irlandais joue toujours à Bristol. Mais entre-temps, l’équipe coachée par Pat Lam a changé de nom, est montée en Premiership et s’est payée quelques gros noms sur le marché des transferts, à l’image de Charles Piutau. Mais si le All Black est blessé, Madigan était titulaire lors de la victoire face à Bath, 17 à 10, avec un 4/5 au pied. Tranquille. Danny Cipriani Le n°10 anglais est l’archétype du branleur hyper talentueux. Être au-dessus du lot ballon en main, mais kiffer en soirée, c’est la vie qu’il a choisie. Passé des Wasps à Gloucester, l’international anglais a régalé d’une longue passe chirurgicale pour l’essai de Charlie Sharples. De quoi (déjà) rentabiliser l’investissement des Cherry & White. VIDÉO. Premiership – Danny Cipriani a illuminé le Kingsholm Stadium d’une passeOn ne sait pas si Eddie Jones va se décider à l’aligner à la place de George Ford en sélection, mais puisque Daniel Craig ne doit pas rempiler pour les prochains James Bond, pourquoi ne pas le remplacer par Cipriani ? Même la Reine Elisabeth doit en rêver secrètement. Les nouvelles têtes En Angleterre, c’est le football et la Premierleague qui ont l’habitude de faire la Une en matière de transferts. Mais cette saison, la Premiership n’a pas grand chose à envier à sa cousine pousse-citrouille : du retour d’Ashton au pays à l’arrivée du phénomène Naiyaravoro, en passant par celles des Kiwis Lima Sopoaga, Charles Piutau et Brad Shields, des Boks Franco Moster et Jaco Kriel ou du Gallois Biggar, le recrutement a fière allure. Les mouvements d’internationaux anglais (Haskell, Cipriani, Earle, mais aussi Cokanasiga et Lewington chez les jeunes), à un an de la Coupe du monde, sont également à suivre de près. Les Saracens Les Sarries, c’est un peu comme la comédie musicale du Roi Lion à Londres : les années passent, mais rien ne semble enrayer la hype. On aurait pu croire les Londoniens repus suite à leur festin de la saison dernière. Mais non : les champions d’Angleterre en titre sont toujours là. Demi-finaliste surprise l’an passé, Newcastle s’est fait balayer d’un coup de patte : 21-32, bonus offensif à la clé. Et ce duo Farrell – Lozowski… On n’avait plus vu une association aussi alléchante depuis Timon et Pumba. COLD Bath et Tom Homer Sur le papier, Bath est une machine de guerre. Seulement, sa rentrée a été plus que poussive. Et le raté de la semaine est pour Tom Homer. L’arrière de Bath a certes marqué un essai face à Bristol, bien servi dans l’intervalle par Rhys Priestland. Mais l’international gallois n’en était pas à sa première offrande pour son coéquipier : après un quart d’heure de jeu, il sert son n°15 sur un plateau plutôt que de marqueur seul. Mal lui en a pris, puisque Homer a laissé échapper la gonfle dans l’en-but. De quoi mal digérer son pudding. Ou plutôt son donut… (Vous l’avez?) On espère qu’Homer ne laisse pas échapper aussi facilement sa Duff. Where is Meghan ? Être roux et terminer avec l’une des plus belles femmes du monde, c’est un peu comme devenir astro-physicien alors que Mme Stewart (votre prof de SVT en 7ème année) vous avait promis de rater votre vie : une belle revanche ! L’an dernier, j’avais suivi avec passion le mariage du Prince Harry avec Meghan Markle. Las, cette dernière n’était pas présente pour donner un coup d’envoi ou encourager l’une des équipes. F*** ! Leicester Battus 40 à 6 sur le terrain d’une éuipe d’Exeter intouchable, les Tigers seraient-ils déjà en crise ? Toujours est-il que Matt O’Connor est déjà à la recherche d’un boulot : le coach de l’équipe s’est fait débarquer après une seule journée de championnat. C’est l’ancienne vedette du club Geordan Murphy qui le remplace. Pour rappel, O’Connor avait succédé à Aaron Mauger, Mauger remplaçant lui-même Richard Cockerill. Une valse des entraîneurs que n’aurait pas renié Mourad Boudjellal. Déjà absente des phases finales l’an dernier, l’équipe de Leicester va-t-elle à nouveau rentrer dans le rang ? Wayne Barnes Il n’est peut-être pas le meilleur, mais il a un avantage : il a déjà fait gagner la France lors d’un match international. Certes, c’était plus facile pour les Bleus de gagner avec l’équipe de 2007 que celle d’aujourd’hui, mais tout de même ! Ce ¼ de finale face aux Blacks aurait-il été l’une des plus belles pages du rugby tricolore sans cet en-avant de Michalak non sifflé sur l’essai de Jauzion ? La mauvaise nouvelle, c’est donc que Barnes a décidé de raccrocher son sifflet après le Mondial 2019. Qu’il vienne au moins fêter ça au Ministère. L’Ashtonomètre : Expulsé en amical face à Castres pour avoir chatouillé Rory Kockott, Chris Ashton est resté chez lui, évitant le naufrage de sa nouvelle équipe (Sale) sur le terrain des Harlequins. Manque de bol, on trouve forcément le temps plus long dans la banlieue de Manchester que dans le Var, et l’ancien Toulonnais a dû annuler sa sortie VTT à cause de la pluie. Cette suspension va-t-elle (encore) lui jouer des tours, alors qu’Eddie Jones vient de l’appeler pour le stage estival du XV de la Rose ? L’Ashtonomètre est à 0 cette semaine. Les plus beaux essais de la semaine : Crédit vidéo : Premiership Rugby Les résultats : Bristol vs Bath : 17-10 Harlequins vs Sale : 51-23 Worcester vs Wasps : 20-21 Gloucester vs Northampton : 27-16 Exeter vs Leicester : 40-6 Newcastle vs Saracens : 21-32

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

TOP 14 – Grenoble : la commission de discipline rend son verdit pour Steven Setephano

Le Rugbynistere

Cette semaine, on a beaucoup parlé de la Commission de discipline. C’est le nom choisi pour la nouvelle émission de Mourad Boudjellal, le président du RCT prenant les habits d’animateur. Mais la vraie Commission, elle dit quoi ? Cette semaine, elle a rendu son verdict quant à la suspension de Steven Setephano, le 3ème-ligne du FC Grenoble. DISCIPLINE. Top 14 – Parisse convoqué en urgence, Setephano exclu après un ruckingExclu pour un rucking face au Stade Rochelais lors de la 1ère journée, Setephano connaît sa sanction : trois semaines de suspension ! Il a été reconnu responsable d’une « Brutalité » et plus particulièrement de « Piétiner ou marcher sur quelqu’un ». Dans son communiqué, la LNR précise :  C’est le degré « moyen» de l’échelle de gravité qui a été retenu, soit une suspension de 6 semaines. En l’absence de circonstances aggravantes, et du fait des circonstances atténuantes (reconnaissance de la culpabilité, expression de remords et conduite avant et pendant l’audience), la sanction a été réduite de 3 semaines. Setephano pourra rejouer à partir du 16 septembre. Enfin, pour une bagarre entre joueurs, les clubs de Soyaux-Angoulême et de Carcassonne ont été sanctionnés d’une amende de 5000€. VIDÉO. DISCIPLINE. Le Roux, Imhoff, Veau, Verhaeghe et Visinia attendus devant la commission

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

TRANSFERTS : sans club depuis son départ de Toulon, Fabrice Landreau débarque… en 1ère Série !

Le Rugbynistere

Stade Français, Grenoble, Toulon… et maintenant, l’US Trembladaise ! Le club de 1ère Série (Poitou-Charentes) l’a révélé sur son compte Facebook : Fabrice Landreau est le nouvel entraîneur de l’équipe. La formation évoluera la saison prochaine à quelques sphères du Top 14, mais qu’importe : l’ancien talonneur international a décidé de relever le défi ! Pas encore présent aux entraînements – il devrait arriver avant le premier match de championnat – Landreau, originaire d’Angoulême, habite près de La Tremblade, et il aurait contacté le club pour venir donner un coup de main. L’histoire ne dit pas si les joueurs auront droit à ses pas de danse à la Benny B. Ni si Fabien Galthié viendra lui aussi aider la formation amateure !

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

TOP 14 : deux ans après son titre, comment l’ASM est-elle en train de rebondir ?

Le Rugbynistere

107 points inscrits, treize essais… Le tout en deux matchs : mais qu’il y-a-t-il dans ces bouteilles de Volvic, cuvée 2018/2019 ? Les eaux des volcans d’Auvergne seraient-elles devenues magiques durant l’intersaison ? Toujours est-il que le début de saison des Jaunards impressionne. Beaucoup l’avaient prédit, certes. Mais on ne va s’imposer sur la pelouse synthétique du Racing 92 sans que ça interpelle. L’ASM Clermont émerveille en ce début de saison. Et tant pis pour l’invincibilité des Franciliens depuis leur installation dans l’Arena 92… RÉSUMÉ VIDÉO. Top 14 : la bombe Samuel Ezeala en symbole d’une ASM retrouvée face à AgenBrillants la semaine passée, Samuel Ezeala et Alivereti Raka n’étaient même pas là. Mais Greig Laidlaw, si. Et l’Ecossais a brillé face aux perches, quand son coéquipier de la charnière Camille Lopez a lui aussi régalé dans le premier acte. Un drop, une passe au pied décisive pour Wesley Fofana, et l’ASM mène à la pause, 19 à 3. La suite ? Une réaction du Racing avec un essai de Vakatawa mais deux nouvelles réalisations signées Betham et Penaud qui feront gonfler le score jusqu’au coup de sifflet final (17-40). Le résumé vidéo : L’an II pour la résurrection ? La longue préparation de l’ASM – une première depuis des lustres – a fait du bien. Deux ans après son titre, Clermont a retrouvé des couleurs. Jusqu’où l’équipe peut-elle aller ? La saison post-titre est souvent difficile, et les hommes de Franck Azéma l’ont appris à leurs dépens. Quid de l’an II ? Un retour en arrière permet aux supporters d’être optimiste : Champion 2017 : ASM > En 2018 : 9ème > En 2019 : ? Champion 2016 : Racing 92 > En 2017 : 6ème + demi-finale > En 2018 : 2ème + demi-finaliste Champion 2015 : Stade Français Paris > En 2016 : 12ème > En 2017 : 7ème Champion 2014 : RCT > En 2015 : 1er + demi-finale > En 2016 : 2ème + finale Champion 2013 : Castres > En 2014 : 6ème + finale > En 2015 : 12ème Hormis le Stade Français Paris (qui ne s’est jamais vraiment relevé de son titre en 2015, et des difficultés castraises en 2015, deux ans après leur sacre au Stade de France face au RCT, on voit que la deuxième saison post-titre est généralement synonyme de réussite sportive. Ainsi, le RCT avait atteint la finale à Barcelone en 2016. Et si le Racing 92 s’est fait surprendre en demi-finale l’an passé, il avait terminé à une seconde place largement méritée, sans oublier le superbe parcours européen. A noter que Clermont est (avec le Stade Français Paris en 2016-2017) le seul tenant du titre à ne pas s’être qualifié pour la Champions Cup. De quoi s’éviter des gros matchs, et donc de pouvoir reposer les cadres de l’équipe. Ce qui avait largement fait défaut aux Asémistes l’an passé… Un effectif stable, des joueurs susceptibles d’être ménagé, des vacances et une longue préparation : en fait, la Volvic n’a pas besoin d’être si magique !

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

TRANSFERTS : après l’échec Fofana, le MHR se lance sur les dossiers de Guilhem Guirado et Maro Itoje

Le Rugbynistere

Déjà oubliée, cette défaite face à Castres ? Celle en finale du dernier Top 14 risque de continuer à laisser quelques traces dans le vestiaire montpelliérain. En revanche, celle de la première journée de championnat, pour l’ouverture de la saison 2018/2019 fait déjà figure d’histoire ancienne. Le MHR s’est totalement repris ce week-end. Pas de bonus offensif ? Non, mais une victoire convaincante face au Stade Rochelais, 36-14. De là à dire que les hommes de Vern Cotter sont désormais lancés… Vern Cotter, justement, est un homme heureux. Qui ne le serait pas, avec un tel effectif à disposition. Si on prend le poste de centre, le coach kiwi peut compter sur Dumoulin, Goosen, Steyn, Serfontein, voire Nagusa ou Martin. Mais face aux Maritimes, la lumière est venue d’Yvan Reilhac qui confirme à chaque sortie son statut de pépite. De là à ce que l’échec du recrutement de Wesley Fofana ne se fasse pas trop ressentir… Ce n’est un secret pour personne : le MHR voulait recruter le 3/4 centre international. Vern Cotter aurait alors retrouvé son ancien protégé du temps de l’ASM. Las, Fofana a décidé de prolonger son bail en Auvergne. Itoje et Guirado pour la saison prochaine ? Ne croyez pas pour autant que l’état-major montpelliérain se tourne les pouces et s’échange des cartes Pokémon à la machine à café. Si on en croit les révélations du Midi Olympique, le vice-champion 2018 aurait la volonté de faire signer Guilhem Guirado pour la rentrée 2019. Le capitaine du XV de France – formé à l’USAP – arrive en fin de contrat avec le RCT. Or, le journal explique que les discussions avec le talonneur n’ont pas abouti, quant à la prolongation de son contrat. Le MHR s’est renseigné, et « serait disposé à offrir un contrat à la hauteur du statut international du joueur. » Autre international ciblé, anglais cette fois-ci : Maro Itoje. Lui aussi arrive en fin de contrat, du côté des Saracens, en Angleterre. Sportsmail de citer Montpellier comme une équipe susceptible de l’accueillir suite aux déclarations de Mohed Altrad : « nous serions intéressés parce qu’il est un joueur de très haut niveau. » On a tout de même du mal à imaginer le 2ème-ligne sur le départ, lui qui semble promis au capitanat du XV de la Rose après la prochaine Coupe du monde. Itoje, lui, se voit continuer à Londres… Concurrence accrue S’il venait, Itoje aurait de la concurrence, mais Paul Willemse, Nicolaas Janse Van Rensburg et Jacques du Plessis arrivent tous en fin de contrat. Seraient-ils tous conservés ? Quid du salary cap ? Konstantin Mikautadze et Julien Ledevedec sont sous contrat jusqu’en 2020. Côté talonneur, Bismarck Du Plessis (2020) sera toujours là. Romain Ruffenach (2019) devra prolonger, surtout qu’il incarne l’avenir, à l’image de Vincent Giudicelli. Rappelons aussi que Guirado, comme Itoje, devraient disputer le prochain Mondial, et ne seront donc pas disponibles en début de saison.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)