Yann Beli

Cette utilisateur n'a partagé aucune information biographique

Acccueil: http://www.lerugbynistere.fr/rss.php


Article par Yann Beli

[FOCUS] Top 14 – Quel visage pour le Stade Toulousain en 2019/2020 ?

Le Rugbynistère

Présentation : Club le plus titré de France, d’Europe, du monde et de l’univers, le club occitan a une armoire à trophées carrément respectables : 20 championnats de France, 4 coupes d’Europe, 4 challenges Yves du Manoir, excusez du peu. Il fait partie des deux derniers clubs à n’avoir jamais connu la moindre descente, avec l’ASM. C’est LE club de tous les records, qui revient sur le devant de la scène comme un boulet de canon, après quelques années plus délicates. L’an passé : C’est simple : le Stade Toulousain a réalisé l’an dernier la meilleure saison d’un club depuis l’avènement du professionnalisme. Seulement 3 défaites en championnat, et 2 en Coupe d’Europe. Les rouge et noir terminent la saison régulière avec un record de 98 points, plus de 100 essais marqués, et un parcours sans faute en phases finales. Ils ont de plus établis un nouveau record d’invincibilité en championnat : 14 matches sans défaite, du 29 septembre 2018 au 6 avril 2019 ! Outre le Leinster, seules 3 équipes ont réussi à faire tomber les Hauts-Garonnais : Montpellier, Castres et Toulon. Seul le MHR s’est qualifié pour les phases finales, à un point près ; battre Toulouse porterait-il malheur ?Au niveau de l’effectif, Toulouse a pu compter sur deux atouts essentiels dans l’optique d’une saison réussie : très peu de blessures (hormi les titulaires Julien Marchand et Leonardo Ghiraldini, blessés lors du Tournoi), et l’éclosion de quelques jeunes pépites, telles que Peato Mauvaka, Selevasio Tolofua ou encore Mathis Lebel. Ces deux éléments combinés font que Toulouse a réussi à demeurer invaincu pendant le Tournoi des Six Nations, malgré de très nombreux internationaux en son sein. La marque des grands. Les matchs amicaux :Top 14/Pro D2 : Le programme des matchs amicaux de l’été 2019 Les transferts : Arrivées (au 6 juillet 2019) : Paul Mallez (ABCD XV, pilier) Rory Arnold (Brumbies, AUS, 2ème ligne) Bastien Chalureau (Nevers, 2ème ligne) Antoine Miquel (Agen, 3ème ligne) Werner Kok (Blitzboks, AFS, centre, joker CDM) Maxime Marty (Bayonne, ailier, retour de prêt) Départs (au 6 juillet 2019) : Lucas Pointud (Pau, pilier) Leonardo Ghiraldini (club inconnu, talonneur) Alexandre Manukala (Colomiers, 2ème ligne, prêt) Pierre Gayraud (Grenoble, 2ème ligne) Alexandre Loubière (Montauban, 3ème ligne) Piula Faasalele (Perpignan, 3ème ligne) Yohann Gbizie (Carcassonne, 3ème ligne, prêt) Jarrod Poi (Biarritz, centre, prêt) Jason Mafutuna (Aubenas, ailier) Le XV probable : 1. Baille2.Guillaume Marchand (Peato Mauvaka)3. Dorian Aldegheri4. Iosefa Tekori5. Richie Arnold6. Rynhardt Eldstadt7. François Cros8. Jérôme Kaino9. Antoine Dupont (Sébastien Bézy)10. Zack Holmes11. Maxime Médard12. Pita Akhi13. Sofiane Guitoune14. Yohann Huget15. Cheslin Kolbe Le ou les joueurs à suivre : Préparez-vous, il y en a un paquet ! Dans le pack, le capitaine Guillaume Marchand est de retour pour mobiliser ses hommes, mais la concurrence pousse derrière, avec son petit frère Julien et surtout Peato Mauvaka, la bonne surprise de la fin de saison ! La troisème ligne vaut également le détour, avec le taulier Kaino, encadré par le serial plaqueur Elstadt et le solide Cros. En demi, Antoine Dupont devrait encore nous régaler, lui qui peut également se décaler en 10 pour faire de la place à un Sébastien Bézy de retour au plus haut niveau. Au centre, Pita Akhi et Sofiane Guitoune sont prêts à affoler les défenses du championnat, que voudra achever Cheslin Kolbe, indifféremment depuis l’aile ou l’arrière du terrain. Parmi les nouveaux arrivants, Werner Kok devrait se montrer à son avantage pendant la Coupe du Monde ; mais à part lui, personne n’arrive en terrain conquis : on mise avant tout sur la force du collectif, côté toulousain. Le pronostic du rédacteur : Quand une équipe est sacrée avec un groupe aussi jeune, qu’elle conserve tous ses meilleurs éléments et se renforce aux postes stratégiques, à votre avis, peut-être éviter d’être favorite ? Je ne crois pas. Le Stade Toulousain est le grand favori à sa propre succession, et devra assumer son statut chez ses concurrents aux dents longues !Au niveau européen, les hommes d’Ugo Mola bénéficient d’une poule abordable, dans laquelle ils affronteront Montpellier, Gloucester et le Connacht. De quoi envisager un quart à domicile ? On l’espère pour eux ! Et mention spéciale si Montpellier se qualifie également.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Top 14 – Montpellier : les cinq étapes d’une remontée fantastique

Le Rugbynistere

Un point. C’est la différence entre un échec retentissant et l’espoir de sauver une saison que l’on croyait terminée il y a à peine trois mois. Top 14 – Barrage. Qui est qualifié, qui est éliminé après la 26e journée ? Souvenez-vous : en février dernier, le MHR devenait la risée du championnat en concédant sa cinquième défaite à domicile, contre la lanterne rouge catalane. A cette époque, Benoît Paillaugue, visiblement bien emmerdé, annonce que le vice-champion de France regarde à présent vers le bas, et vise le maintien. Rétrospectivement, cela ressemblait beaucoup à de l’intox ! Malgré une nouvelle défaite la semaine d’après sur le terrain d’un Stade Toulousain qui marchait sur l’eau, les Cistes commençent alors une série impressionnante : huit victoires en neuf matchs ! Les hommes de Vern Cotter bénéficient de la meilleure dynamique parmi les qualifiés, et font figure d’épouvantail pour les phases finales. Comment le club a-t-il bien pu se redresser ? 16 février 2019 : l’humiliation Duel de moribonds au GGL Stadium : le MHR sort de deux défaites frustrantes, la première à domicile face au Lou, et la seconde de seulement deux points à La Rochelle. En face, l’USAP n’a toujours pas gagné dans cette édition, et traîne ses quinze défaites de rang comme un boulet. De quoi augurer d’une sacrée purge de rugby. En effet, les Cistes ne franchiront jamais l’en-but de la pire formation de l’histoire du Top 14, se voyant accorder quand même un essai de pénalité. En face, des Catalans opportunistes convertissent toutes leurs occasions en points pour décrocher leur première victoire en Top 14 depuis 2014, année de la descente. Les visages fermés des Montpelliérains sont éloquents : ils ont terminé leur saison, la suite ne sera plus qu’un long chemin de croix. Et ce n’est pas la journée suivante qui y changera quelque chose, puisqu’ils seront encore une fois battus, par le rival occitan cette fois-ci. Quatre défaites de rang, n’en jetez plus. 2 mars 2019 : les barouds d’honneur Montpellier affronte l’UBB, deux éuipes que tout oppose alors : les Bordelo-Béglais sont confortablement installés dans le wagon des qualifiés, alors que les Héraultais ne jouent plus que pour l’honneur. Ce sont pourtant ces derniers qui infligeront à Bordeaux une petite dérouillée : 37-10, 27 points d’écart ! Les Languedociens profiteront alors d’un calendrier plus favorable contre des équipes de bas de tableau (à Toulon et Pau, puis face à Agen) pour remonter la pente. Le MHR recommence à y croire en ce début de printemps, et doit maintenant se jauger face à de plus gros calibres. 14 avril 2019 : la frustration A la Paris La Défense Arena du Racing 92, Montpellier fait jeu égal, voire surpasse les hommes du duo Labit-Travers. Menés une partie du match, les coéquipiers de Benoît Paillaugue parviennent à marquer l’essai libérateur dans les dix dernières minutes et mènent de six points, alors que s’apprête à retentir la sirène. Las, des cafouillages de fin de match viennent briser la belle dynamique montpelliéraine, qui repart de la capitale avec plus que des regrets : de la frustration. A n’en pas douter, l’équipe s’en est abondamment nourrie et a appris à dire : « plus jamais ça ! » 4 mai 2019 : sweet, sweet revenge ! Inutile de le cacher : le contentieux entre Castres et Montpellier est fort. Depuis 2011, et le barrage remporté par les Cistes de François Trinh-Duc dans ce qui s’appelerait encore Pierre Antoine, et jusqu’à la dernier finale du Top 14, en ajoutant aussi la victoire tarnaise au GGL Stadium en ouverture du championnat, Castrais et Montpelliérains ne se quittent plus. Un jour, on les retrouvera dans la même poule de Champions Cup ou de Challenge Cup, pour le plus grand bonheur du club britannique qui y sera avec eux. Mais je m’égare, revenons à nos moutons : le CO reste sur une défaite à domicile face au voisin toulousain, et commence à être en dèche de points pour accueillir un barrage. En face, Montpellier joue son va-tout. Une bouillie de rugby plus tard, 9-12. Si Montpellier ne passe pas devant son adversaire du jour, l’écart se resserre : 5 points séparent les deux formations. Il reste cependant à Castres à affronter deux équipes de bas de tableau dont la saison est déjà terminée : Agen et Toulon. On connaît la suite… 25 mai 2019 : la délivrance ! Dernière journée de championnat, et cette fois-ci les jeux ne sont pas faits ! Fort de son excellente dynamique, Montpellier s’est donné les moyens d’y croire. Problème : il se rend au Michelin, pour affronter une montagne. Que dis-je, une montagne, c’est un volcan ! L’ASM est invaincue à la maison, et n’a concédé que deux matches nuls face à Toulouse et au Racing. Qu’à cela ne tienne : le Michelin, c’est un peu la résidence secondaire des Cistes. Le MHR s’y impose sans discontinuer depuis quatre saisons ! Encore une victoire et ils squatteront carrément la piscine de Morgan Parra. Quels sans-gêne ! Le MHR avait son destin en main, une victoire bonifiée les envoyait en phases finales ; pas besoin de bonus finalement, grâce à de gentils Toulonnais venus s’imposer à Pierre Fabre le même jour. Grâce à ses jeunes ayant hérité des clés du camion comme Ngandebe et Reilhac, et sans ses étrangers (J. Du Plessis, Steyn, Goosen, Pienaar ne jouent plus ou presque plus), le MHR a relevé la tête.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Top 14 – Quels sont les enjeux de la 23e journée ?

Le Rugbynistere

Maintien : Grenoble en danger Après leur victoire *in extremis* contre Toulon, les Isérois se retrouvent face à une montagne : le MHR, au GGL Stadium. Mission impossible ? C’est ce que disent les pronostics en tout cas : à l’heure où j’écris ces lignes, 100% des pronostics sont en faveur des hommes de Vern Cotter, leur cote est à 1,06. Et même s’il ne faut pas vendre la peau de l’ours (oyonnaxien) avant de l’avoir tué, les concurrents agenais et palois pensent sûrement à l’écart qu’ils pourraient creuser au classement : tous deux jouent à domicile ce week-end. Par contre, ce sera respectivement face à Lyon et au Racing 92… L’obtention d’un bonus défensif serait-elle une opération suffisante ? Barrages et demies : dernières cartouches pour Montpellier, Clermont regarde dans le rétro Deux tendances se distinguent dans cette rubrique : celle de la lutte pour la qualification, qui concerne Bordeaux, La Rochelle, le Stade Français et Montpellier ; et celle de la lutte pour un barrage à domicile (voire mieux), pour Lyon, le Racing 92 et Castres. Voire Clermont, dont la présence en demi-finale pourrait passer par la case barrage. Ces mêmes Clermontois jouent gros dimanche, avec l’affiche du week-end : Stade Français – ASM. Malheur au vaincu, qui soit laissera échapper les phases finales, soit vivra la fin de saison sous la menace d’un LOU qui dévore tout sur son passage (8 victoires en 10 matchs, notamment à Montpellier et Paris). L’écart au classement n’est que de sept points, et pourrait fondre à deux malheureux points en fonction du scénario du week-end. Dans la lutte pour la sixième place qualificative, Bordeaux et La Rochelle peuvent marquer des points : ces deux équipes se déplacent respectivement chez Toulon et Perpignan, qui ne jouent plus rien cette saison. En restant sérieux et appliqués, Bordelais et Rochelais seraient en mesure de conserver leurs chances. Qui remportera le derby ? Enfin, parlons un peu de Castres et de Toulouse. Ces formations rivales s’affrontent ce samedi, dans un contexte particulier : le Stade Toulousain sort tout juste d’une élimination en Champions Cup, alors que le champion de France, comme à chaque printemps, a pu se reposer et préparer ce match dans les meilleures conditions. Les joueurs de Christohe Urios restent sur cinq victoires consécutives face au voisin haut-garonnais, et demeurent aujourd’hui la seule équipe à ne pas avoir perdu contre eux cette saison. Le scénario idéal pour une victoire toulousaine ? Si vous voulez parier dessus, soyez assurés que je ne vous prêterais pas un kopek…Comment le CO a-t-il renversé le Stade Toulousain lors des cinq dernières confrontations ? [INFOGRAPHIE]

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Maintien, barrages, demi-finale : à qui profite la 22ème journée du Top 14 ?

Le Rugbynistere

Bas de tableau : les bonnes affaires grenobloises Victorieux d’un petit point face à un Rugby Club Toulonnais qui ne joue plus rien, les Isérois envoient un message fort à la concurrence : ils ne mourront pas sans combattre. Cette victoire ô combien importante leur permet de revenir à un point du SUA, rentré bredouille de la capitale malgré une double supériorité numérique suite à deux cartons rouges pour le Stade Français. Les Palois, eux, n’en profiteront pas : ils ont complètement lâché leur match à La Rochelle, dépassant la barre des 70 points encaissés. La feinte de passe de Retière envoie son vis-à-vis en tribune [VIDÉO]Finalement, Grenoble est clairement le grand gagnant du week-end. C’est la seule équipe à avoir pris des points au classement. Et quand on sait que tous ces points vont compter, il est extrêmement dommageable de lâcher des matches comme l’a fait Pau. Mais le pire bilan est celui d’Agen : malgré sa double supériorité numérique et un résultat très serré pendant une bonne partie du match, les Agenais repartent de Jean Bouin bredouilles (*ou plutôt brocouilles*). Une très mauvaise opération, qui sera difficile à rattraper dans deux semaines, avec la réception de Lyonnais en pleine bourre. Top 14 – Pourquoi l’essai de Belleau face au FCG a-t-il été refusé ? [VIDÉO]Cela dit, la concurrence n’aura pas non plus des matches faciles : Pau accueillera le Racing, et Grenoble ira à Montpellier. Barrages : Montpellier rate le coche, sauve qui peut à Bordeaux Devant au score à une poignée de minutes du coup de sifflet final, le MHR repart de la Paris La Défense Arena avec beaucoup de regrets. Car le Racing a réussi à sauver les meubles, dans ce qui ressemblait au traquenard parfait, monté par les hommes de Vern Cotter. Ceux-ci n’ont plus à calculer leurs chances, ils ne peuvent plus s’épargner de tout jouer à fond. Hélas, le point de bonus glané à l’extérieur n’est qu’une maigre consolation, et l’écart avec le top 6 se maintient. C’est une musique bien différente en revanche pour La Rochelle et le Stade Français : ces deux équipes l’ont emporté, respectivement contre Pau (victoire bonifiée) et Agen. Elles reviennent à hauteur de Bordeaux, défait à domicile par le champion en titre. Un scénario catastrophe pour les Girondins, qui baissent pavillon à domicile pour la première fois de la saison, au pire moment. C’est donc trois équipes qui se tiennent en deux points : UBB et ASR à 57 : Stade Français à 56. Juste au-dessus, Castres et le Racing s’en sortent bien, et font preuve de caractère pour poursuivre leurs ambitions pour la fin de saison. Le CO est d’ailleurs notre grand gagnant de la journée, dans les formations de la tête du classement : la victoire chez un concurrent direct leur permet de creuser l’écart, et légitime l’objectif d’un barrage à domicile. Le Racing, lui, avait beaucoup à perdre mais s’en sort bien. Accession directe en demi-finale : Toulouse seul en tête, Clermont et Lyon à la lutte L’ASM perd gros avec sa défaite au Stadium de Toulouse. D’abord, deux talonneurs : Ulugia et Beheregaray (*ndlr : aucun copier-coller n’a été utilisé dans cette cascade*). Le second fut mis hors-service suite à une charge violente de Tekori. A ce moment du match, l’ASM a 11 points d’avance sur le leader, et est en supériorité numérique : deux essais transformés plus tard, c’est Toulouse qui l’emporte, et creuse l’écart avec son rival du jour. ASM Clermont : les nouvelles sont rassurantes pour Yohan BeheregarayEt c’était une bonne idée : Lyon revient fort en cette fin de saison, et a encore marqué 5 points face à l’USAP. Clermont a tout intérêt à regarder dans le rétro, s’il ne veut pas s’imposer un match supplémentaire dans sa quête d’un nouveau titre. Certes, il conserve 7 points d’avance sur sa capitale de région (coucou la région Auvergne-Rhône-Alpes !) ; certes, le calendrier permet de viser trois victoires sur les quatre derniers matchs (deux réceptions et un déplacement à Toulon, possiblement en roue libre) ; mais le LOU est menaçant, et pourra se reposer le week-end prochain, alors que les Jaunards joueront leur demi-finale de Challenge Cup face aux Harlequins. Le suspens reste entier ! Non mais c’était quoi cet essai de malade de Cheslin Kolbe face à l’ASM ? [VIDEO]

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Top 14 – Les jeux sont-ils déjà faits pour les demi-finales ?

Le Rugbynistere

Top 14 – Les compositions pour le match au sommet entre Toulouse et ClermontClermont et Toulouse, juges de paix dans la course à la qualification ? L’écart au classement est significatif : Clermont a 11 points d’avance sur le LOU, et Toulouse 16 (avant la victoire bonifiée de Lyon sur l’USAP, NDLR). Les Hauts-Garonnais n’ont besoin que de 9 points pour s’assurer d’une qualification directe en demi-finale, quels que soient les résultats de la concurrence. Il en faut 14 pour l’ASM, ou 12 si on considère que mes pronostics sont crédibles. Les Jaunards peuvent-ils le faire ? Ils ont, de loin, le calendrier le plus compliqué : déplacements à Toulouse, Paris et Toulon ; réceptions de l’USAP et Montpellier. Les Héraultais sont des habitués des victoires au Michelin, un coup est toujours possible et constituerait un coup de massue sur les têtes auvergnates. D’autant que le couperet n’est pas tombé loin le week-end dernier. C’est en tout cas la grosse cote de cette fin de saison : l’ASM pourrait être obligée de passer par les barrages cette saison.Top 14 – Dans le bon wagon, qui de Lyon, le Racing 92, Castres et l’UBB terminera en trombe ?Pour Toulouse, l’avenir est plutôt radieux en championnat : les réceptions de Pau et Perpignan pourraient suffire à valider une phase régulière hors-normes, avec une série de 14 matches sans défaite. Seuls le CO et l’ASM n’ont pas perdu contre l’ogre toulousain cette saison, et tous deux lui seront opposés : Clermont dès ce week-end au Stadium, le CO tout de suite après la demi-finale de Champions Cup au Leinster. Autant dire que les Toulousains auront autre chose en tête, et qu’il y a des points à prendre ! Le statut des joueurs d’Ugo Mola ne devrait pas être remis en question en cette fin de saison, tout au plus verront-ils l’écart avec le LOU ou le Racing diminuer, sans que ces clubs puissent les rattraper.Top 14 – Paris, La Rochelle et Montpellier ont-ils encore une chance de se qualifier ?Bien évidemment, ces pronostics n’engagent que leur auteur, et ne peuvent pas être pris pour argent comptant. On prend rendez-vous ? Pour rappel, les pronostics de début de saison de la rédaction indiquaient le maintien de l’USAP et la qualification directe du MHR en demi-finale. On a le nez fin, au Rugbynistère…Top 14 – Les dés sont-ils déjà jetés pour la relégation et le barrage ?

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)