NEWS

News, infos du RCT

France 7 avec le Catalan Sadek Deghmache pour Las Vegas et Vancouver

Le Rugbynistere

France 7 : Quel bilan pour les Bleus après l’étape de Sydney ?Après un tournoi de Sydney réussi où les Bleus sont parvenus à se qualifier pour la Cup, place aux étapes de Las Vegas (du 1er au 3 mars) et de Vancouver (9 et 10 mars). Avant cette tournée en Amérique du Nord, l’équipe de France à 7 sera en stage au centre Olympique de Chula Vista (Californie) du 17 au 24 février. Le groupe évolue une fois de plus après la tournée en Océanie. Exit le Parisien Jimmy Yobo et le joueur du MHR Gabriel Ngandebe à l’instar d’Esteban Abadie (Racing 92), Pierre Boudehent (Stade Rochelais) et Nisié Huyard (Stade Montois). Cette fois-ci, le staff a fait appel au demi de mêlée de l’USAP Sadek Deghmache. Cette saison, il a joué huit matchs de Top 14 (2 titularisations) et cinq de Challenge Cup, où il a été trois fois dans le XV de départ. On note aussi le retour de Teiva Jacquelin, déjà vu sur le circuit mondial, aux côtés de son coéquipier en club Pierre Mignot. Lequel avait été appelé suite à des blessures à Hamilton. Un Toulonnais entre aussi dans le groupe avec le jeune centre Antoine Zeghdar, déjà vu avec les sélections de jeunes. GROUPE FRANCE ALERTE Samuel (FFR)BARRAQUE Jean-Pascal (FFR)BONNEFOND Paul (FFR)DEGHMACHE Sadek (USA Perpignan)JACQUELAIN Teiva (FC Grenoble)LAKAFIA Pierre-Gilles (FFR)LAUGEL Jonathan (FFR)MAZZOLENI Thibaud (SU Agen)MIGNOT Pierre (FC Grenoble)O’CONNOR Marvin (FFR)PAREZ-EDO Stephen (FFR)RIVA Paulin (FFR)SIEGA Rémi (FFR)ZEGHDAR Antoine (RC Toulon)

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Super Rugby : qui des Sharks, Stormers, Lions ou des Bulls s’en sortira le mieux en 2019 ?

Le Rugbynistere

L’après-Coupe du monde a été difficile pour le rugby sud-africain. Les Springboks n’avaient plus rien du monstre sudiste, rare candidat pour stopper l’hégémonie des Blacks. Hormis les Lions de Johannesburg, les cinq franchises locales engagées en Super Rugby n’ont d’ailleurs guère brillé, comme un symbole ©… Super Rugby 2019 : les franchises néo-zélandaises de nouveau au pouvoir ? Le dernier titre sud-africain en Super Rugby remonte à… 2010. À l’époque, la compétition s’appelle encore Super 14, et les Bulls de Morné Steyn s’imposent face aux Stormers de Bryan Habana. Ce titre marque l’apogée d’une courte domination de la nation arc-en-ciel dans la compétition majeure de l’hémisphère sud. Les Bulls sont sacrés trois fois champions, de 2007 à 2010, les Stormers et les Sharks atteignant également la finale à cette période. Un temps où les Boks soulèvent le trophée Webb-Ellis, et remportent la tournée face aux Lions Britanniques et Irlandais. Pas un hasard. Depuis ? La Nouvelle-Zélande, et à un degré moindre l’Australie, a repris le pouvoir. La SARU a choisi de se tourner en partie vers l’Europe, y envoyant les Kings et les Cheetahs. Reste les quatre historiques, présents depuis la création d’un Super 12 professionnel, en 1996 : les Bulls (ex Northern Transvaal), les Sharks (ex Natal), les Lions (ex Transvaal) et les Stormers (ex Western Province). Super Rugby : retour sur les formules d’une compétition en perpétuelle évolution Les Bulls à la recherche d’un glorieux passé Qu’on se le dise : les Bulls de Pretoria ne font plus peur à personne. On l’a dit, les Taureaux sont les seuls à avoir déjà remporté le Super Rugby. C’était il y a presque dix ans. Une éternité dans le monde du rugby. L’an passé, c’est à la dernière place de la conférence sud-africaine (la 12ème place au classement général) qu’ont terminé les coéquipiers d’Handré Pollard. Seule éclaircie : ce maillot jaune et vert “Copacabana” qui a dû faire fureur chez les collectionneurs. Mais on ne joue pas a rugby pour avoir un beau maillot. Pour retrouver le succès, Gerhard Human a été promu coach principal. Il s’occupait jusque-là des avants. Les avants, justement, vont recevoir le renfort de deux Springboks revenus d’Europe et du Japon : Duane Vermeulen (RCT, Kubota Spears) et Schalk Brits (Saracens). Plus très jeunes, mais de quoi renforcer un pack où seul Lood De Jager faisait figure de référence. Derrière, Jesse Kriel est l’un des rares joueurs installé en sélection. La star du 7 Rosko Specman a également décroché un contrat, après un passage par le Pro 14 sous le maillot des Cheetahs. Les Sharks sur leur lancée Mathieu Bastareaud sera-t-il un joueur des Sharks la saison prochaine ? En attendant, la franchise basée à Durban voudra confirmer sa dernière saison. Certes, les Crusaders ont balayé l’ancienne équipe de Fred Michalak en ¼ de finale, mais celle-ci a eu le mérite de se qualifier in extremis au nez et à la barbe des Rebels, à égalité de points au classement général. Super Rugby 2019 : le Top 10 des plus beaux maillots ! Dans une conférence finalement assez ouverte, les Sharks voudront donc terminer dans le Top 8. Devenu international en 2018, S’busiso Nkosi sera l’attraction de la ligne de ¾ où l’ouvreur Robert Du Preez – le fils de l’entraîneur, revenu d’un prêt aux Sharks de Sale – a également porté le maillot de la sélection pour la première fois l’an passé. Du Preez est entouré de ses frères Dan et Jean-Luc, qui évoluent dans le paquet d’avants. Ce dernier était également prêté à Sale pour le début de saison. Côté “français”, l’ancien demi de mêlée du MHR Cameron Wright devrait avoir du temps de jeu. L’ancien Toulonnais Michael Claassens a pris sa retraite. Joue-là comme Clermont pour les Lions Trois finales jouées, trois défaites. Le pire ? Les Lions ont atteint la finale lors des trois dernières éditions du Super Rugby ! Complètement relancée par Johan Ackerman, la formation autrefois connue sous le nom de “Cats” est devenue la référence au pays, marchant sur la conférence locale… tout en échouant à chaque fois sur la dernière marche. De quoi penser à une malédiction ? VIDÉO. Rugby Championship – Aphiwe Dyantyi s’amuse avec Beauden Barrett pour un doublé Si Faf De Klerk est parti en Europe, les Lions ont en tout cas révélé quelques très bons joueurs ces trois dernières années, de Malcom Marx à Aphiwe Dyantyi, en passant par Andries Coetzee, finalement resté malgré une offre du RCT, ou Elton Jantjies, maître à jouer de la formation. Bémol : Franco Mostert, Ruan Dreyer et Jaco Kriel ont tous rejoint Ackerman à Gloucester cet été, et les performances du pack pourraient s’en ressentir. L’ancien pilier du Stade Toulousain Daniel Mienie (14 matchs l’an passé) est lui retourné au pays. Une pièce sur les Stormers Sur le papier, difficile de comprendre comment les Stormers ont pu terminer à la 11ème place du classement général, à 17 points des Lions, et 7 de la qualification. Devant, Eben Etzebeth sera forcément à suivre, pour sa dernière saison sous la maillot de la franchise du Cap avant de rejoindre Toulon. On trouve à ses côtés Siya Kolisi, capitaine des Boks, Pieter-Steph du Toit ou les internationaux au poste de pilier, Steven Kitshoff et Frans Malherbe. Mais c’est derrière qu’on devrait se régaler : Ruhan Nel vient du rugby à 7 au sein d’une formation où évolue déjà Seabelo Senatla. Damian De Allende est sûrement le centre le plus complet du pays. Et la pépite Damian Willemse voudra confirmer… Bref, un effectif vraiment équilibré. De quoi repartir de l’avant ? On mettrait bien une petite pièce pour une qualification des Stormers. Raymond Rhule et JC Janse Van Rensburg partis à Grenoble, l’ancien Perpignanais Dewaldt Duvenage parti à Trévise, le Top 14 sera représenté par Kitshoff et Jano Vermaak, ancien demi de mêlée du Stade Toulousain. Super Rugby 2019 – Les franchises australiennes peuvent-elles endiguer leur chute ?

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

WTF – Et si Guirado, Dupont ou Jordaan faisaient autre chose que du rugby ?

Le Rugbynistere

France 3 Auvergne est allé à la rencontre de Jérôme Rey, 23 ans, première ligne du SOC (Chambéry) en Fédérale 1 le jour et éleveur d’une éxploitation de 70 bêtes le jour, aussi. Il cumule donc deux professions, mais surtout deux passions et ses journées sont bien remplies !  En moyenne, j’attaque à 7h. J’ai eu l’expérience d’attaquer plus tôt, mais je n’y arrive pas après au rugby. » – Jérôme Rey au micro de France 3 Auvergne. Crédit vidéo : France 3 Auvergne-Rhône-AlpesTravail et rugby ne sont pas incompatibles, n’en déplaise aux joueurs du XV de France sour l’ère Novès. L’histoire de Jérôme Rey est bien loin d’être unique, même en Fédérale 1. Mais que donnerait la vie d’un joueur de rugby professionnel s’il avait pour obligation, ou passion, un autre métier à côté ? *Cet article n’est pas sponsorisé par Provale. Guilhem Guirado : l’intermittent du spectacle Son jeu d’acteur est exceptionnel même après toutes ces défaites, entre le XV de France, Toulon et les tentatives de briser un genou sur chaque plaquage. Pour preuves, les nombreux plans sur lui, se tenant la tête dans les tribunes. Même la mort de Marion Cotillard n’est qu’un chef-d’oeuvre d’interprétation à côté. Tout le monde sait qu’il réfléchit à la formulation de sa réponse d’après-match, mais cette image a tout de même choqué tous les professeurs de théatre de France. Même Francis Uster, c’est dire. Louis Picamoles : coach crossfit Louis pourrait être coach sportif le jour et rugbyman le jour également. Même s’il risque de se perdre entre tous ces poids et ces salles de musculation, il pourrait enfin pousser autre chose que l’arbitre chaque fois que son demi de mêlée le lance. En parlant de demi de mêlée, Benoît Paillaugue serait en arrêt maladie malheureusement. Sofiane Guitoune : le coiffeur  Entre l’avant-gardisme et la ringardise il n’y a qu’un pas, mais tel un footballeur, Sofiane Guitoune a toujours assumé son style capillaire. D’autant plus que son amour pour les coupes de cheveux le rapproche encore plus de Paul Pogba (autre prodige français du centre du terrain). Ce métier lui ira à ravir, dans son salon « Cad d’hair débordements » ou « Croch’hair intérieur » accompagné d’un bichon maltais nommé Leinster. La journée couleur et café avec ses amis, le midi tapas et salade de fruits, l’après-midi shampoing et le soir fermeture du salon à 17h avec le sac plein de ragôts et d’affaires de rugby !   Jacques Brunel : l’entraîneur  Il serait sûrement drôle d’imaginer Jacques Brunel en entraîneur d’une équipe de rugby par exemple. Mais bon, même Guitoune en coiffeur est plus réaliste. Antoine Dupont : le commercial d’une start-up Je ne sais pas s’il y a un commercial dans une start-up. Et encore moins ce qu’est une start-up. Mais le petit prodige pourrait tenir ce rôle : tout lui réussit et on ne peut rien lui refuser. Il pourrait également être en politique avec une ascension fulgurante des échelons. Mais préservons-le, surtout en ce moment, des métiers où l’échec est omniprésent. Paul Jordaan : le boucher du coin Le centre de La Rochelle, fraîchement papa, pourrait être soit boucher la journée, soit vendeur de barbecue #carnivore. Il pourrait également être influenceur mais ne leurs faisons pas croire qu’il existe une fiche métier « influenceur » dans le registre national #avocado. En effet, son compte instagram regorge de pièces de viande que même « Salt Bae » mettrait 20 minutes à assaisonner #shouldertraining. Paul est un aficionados de la nourriture et des régimes carnivores ultra protéinés, le seul problème à sa boucherie est de lui commander la viande en faisant cette formule : nombre de personnes à table – 75% de ce nombre si vous ne voulez pas éviter de vous retrouver avec un frigo proche d’un abbatoir #carnivoretodiet.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Les recherches du sous-marin « La Minerve » démarrent, 50 ans après sa disparition

Le Monde.fr - Actualités et Infos en France et dans le monde

« La Minerve » avait implosé, le 27 janvier 1968 au large de Toulon. Si les recherches concentrent des moyens, retrouver l’épave entière relèverait du miracle.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)