Rugby – Top 14 – RCT – Top 14 : Beka Gigashvili (Grenoble) signe trois ans à Toulon

L'Equipe.fr Actu Rugby

Le RCT a obtenu l’accord de Beka Gigashvili. Le pilier géorgien de…

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Quels clubs se sont le plus souvent affrontés en finale depuis 1892 ?

Le Rugbynistere

Stade Français Paris vs Stade Bordelais : 7 finales Entre 1899 et 1908, le Stade Français Paris et le Stade Bordelais ont croisé le fer à sept reprises. Dont cinq fois de suite entre 1904 et 1907. Résultat ? Six victoires pour les Bordelais contre seulement une pour les Parisiens 16 à 3 lors du dernier affrontement entre ces deux clubs. Notez qu’à l’époque, on pouvait être champion de France en ne marquant que trois points comme en 1904 avec un succès 3 à 0. Stade Toulousain vs Clermont (ou AS Montferrand) : 4 finales Ce samedi, Toulousains et Clermontois porteront leur total à cinq. Mais pour l’heure, ils n’ont été opposés à ce stade de la compétition qu’à quatre reprises. Et c’est plutôt récent compte tenu de l’ancienneté des deux formations et du championnat. Le Stade Toulousain était déjà en finale en 1909. L’AS Montferrand a attendu 1936, mais c’est seulement en 1994 qu’ils se sont retrouvés. Le bilan est clairement en faveur de Toulouse avec quatre victoires.[FLASHBACK] Deylaud, bourreau des Montferrandais en 1994 au Parc des Princes en finale [VIDÉO] Biarritz olympique vs USA Perpignan : 3 finales À eux deux, ces clubs ont joué 24 finales (16 pour l’USAP - 8 pour le BO) et remporté douze titres. Les Catalans en totalisent sept. Pourtant ils n’ont pas souvent joué l’un contre l’autre en finale. C’est principalement dans les années 30 qu’on eu lieu ces matchs trois matchs : 1935, 1938 et 1939. Après un succès de chaque côté, à chaque fois au Stade des Ponts Jumeaux de Toulouse, le BO a remporté la belle après prolongation. RC Toulon vs Stade Toulousain : 3 finales La finale de 2012 est encore dans les mémoires. Il y a sept ans, ce match en rouge et noir avait souri aux Toulousains, 18 à 12. La coïncidence veut que le précédent match pour le titre entre ces deux clubs se soit soldé sur un score identique en 1989. Quatre ans plus tôt, le Stade avait aussi pris le dessus sur le RCT, mais après prolongation, 36 à 22 au Parc des Princes. SU Agen vs AS Béziers : 3 finales Ces deux formations ont marqué l’histoire du rugby tricolore. Le grand Béziers des années 70 a remporté dix titres (sur 11) à la faveur de cinq doublés consécutifs en quatorze ans. Le SUA a pris son temps de son côté avec le premier de ses huit titres en 1930 et le dernier en 1988. C’est d’ailleurs Agen qui a privé Béziers d’une formidable série en 1976 sur le score de 13 à 10 après prolongation. Sans cette défaite, l’ASB aurait pu enchaîner cinq victoires de rang.Crédit vidéo : villeagen USA Perpignan vs Stade Toulousain : 3 finales C’est au coeur des années 20 (1921, 1924, 1926) que Perpignan et Toulouse ont croisé le fer en finale. En 1921, le Stade Toulousain compte un titre décroché en 1912 tandis que l’USAP a été titré deux ans plus tard. Pas de grandes envolées lors de cette finale remportée par les Catalans 5 à 0. Trois ans plus tard, ce n’est guère mieux puisque Toulouse « égalise » en gagnant 3 à 0. Le troisième match en 1926 voit à nouveau le titre retourner à Toulouse après avoir été catalan l’année précédente. Sachez qu’à l’époque, le championnat se déroulait entre 36 équipes réparties dans douze poules de trois. On ne jouait qu’une fois contre les deux autres adversaires. Les premiers étaient qualifiés pour les quarts de finale qui se déroulait selon le même principe. Racing club de France vs Stade français Paris : 2 finales Racing club de France vs Stade français Paris, c’est l’affiche historique de la première finale du championnat de France de rugby en 1892 et remportée sur le score fleuve de 4 à 3 par le Racing. L’année suivante, les Parisiens ont pris leur revanche 7 à 3. Sachez qu’entre 1896 et 1898, le titre a été décerné après un mini championnat entre le Stade Français, l’Union Athlétique du Ier, le Racing Club de France, le Cosmopolitan Club et l’Olympique. Comme en 1897, Stade Français a terminé en tête en 1898 avec 10 points devant le Racing club de France (6 pts).

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

TRANSFERTS : O’Gara confirmé à La Rochelle, retraite pour Nicolas, François Louw à New York !

Le Rugbynistere

TOP 14 La Rochelle TRANSFERTS : Brock James retourne au Stade Rochelais pour un an !James avait été pressenti pour remplacer Xavier Garbajosa. Et ce n’est pas un Australien, mais un Irlandais qui s’y collera. La nouvelle était dans les tuyaux depuis longtemps, il n’y manquait qu’une confirmation : Ronan O’Gara arrive des Crusaders en Charente. Sous les ordres de Jono Gibbes, il formera le staff avec Grégory Patat et Akvsenti Giorgadze.  Pau C’est un pur produit de la formation paloise qui se réengage pour trois ans avec la Section. L’international français U’20 Antoine Hastoy (22 ans) a fait ses débuts professionnels en 2016, et véritablement explosé cette saison où il a été utilisé 26 fois pour 81 points marqués.  Montpellier Le jeune talonneur Vincent Giudicelli (21 ans) signe son premier contrat professionnel avec le MHR, son club formateur. Malgré son jeune âge, il s’est imposé comme un élément de la rotation avec 18 apparitions et deux essais aplatis.   Stade Français TRANSFERTS – Stade Français Paris : Julien Arias va finalement rester un an de plus ! Sylvain Nicolas était déclaré libre. Né et formé à Bourgoin, il avait rejoint Paris en 2013. En raison de blessures à répétition, il décide de mettre un terme à sa carrière. Rebondissement dans le dossier Segonds, selon La Montagne. L’ouvreur cantalien devait signer au Stade Français ce mercredi matin, mais le président Christian Millette a reçu mardi soir une ultime proposition du Racing et de Jacky Lorenzetti, en l’occurrence un contrat sur quatre saisons. Le transfert est donc en suspens et le recrutement de Joris Segonds ira au plus offrant des deux clubs parisiens.    Brive So’otala Fa’aso’o ne retournera pas au Racing. Le puissant troisième ligne a été un élément déterminant dans le bon parcours de Brive. Aligné à 27 reprises, il a marqué 8 essais. Il prolonge en Corrèze jusqu’en 2022. PROD2 Oyonnax L’ancien All Black à 7, Teddy Stanaway a réalisé une saison mitigée : 13 feuilles de match, et un seul essai. Les dirigeants et le staff d’Oyonnax l’attendaient certainement un ton au dessus, raison pour laquelle il est laissé libre par les rouges et noirs. Montauban Montauban recrute avec les moyens du bord. Les Sapiacains ont un trou de 15 départs à combler, avec d’astreignantes limites financières. L’enveloppe du recrutement réduite, ils puisent dans les effectifs espoirs et de fédérale 1. C’est en fédérale 1 que Montauban a déniché un nouveau pilier en la personne d’Anthony Aléo. Formé à La Seyne, puis passé par les centres de formation de Toulon et de Pau, le joueur de 27 ans a passé cinq ans dans l’antichambre de la Pro D2 à l’US Seynoise et à Oloron pour un total de 90 matchs joués. Au FC Oloron, maintenu de justesse, l’heure est grave : quatre joueurs clefs partent avec Anthony Aléo, Romain Clouté (arrière, Massy), Jean-Baptiste Declercq (pilier, Bayonne) et Benjamin Alcacebe (demi de mêlée, Niort). Vannes Nika Neparidze, issu de la filière clermontoise, avait été recruté par Grenoble. Mais le club alpin décide de lui octroyer une année supplémentaire de prêt à Vannes. Selon Allrugby, Vannes enregistre aussi la prolongation de l’ailier Faraj Fartass, et les signatures d’Eric Marks (2ème-ligne, La Rochelle), William Hutteau (n°9, Clermont) et Hugo Schalk (n°10, Leopards). Valence Pour Mathieu Lorée (Massy) et François Uys (Grenoble), ce n’est qu’une confirmation. En revanche, on découvre une troisième recrue dont le nom n’avait pas été évoqué. Il s’agit de l’arrière des espoirs du LOU, Quentin Gobet (22 ans).   FEDERALE 1 Dax Il avait confié son désir de se trouver sur le banc, près des hommes et de la pelouse. Benoît August devait être l’entraîneur de l’US Dax la saison prochaine, mais retournement de situation, il accède au poste de président.   Stade Dijonnais L’ailier Ruthénois Maxime Delouis (25 ans) qui totalisait 44 rencontres de Fédérale 1 et 11 essais, s’est engagé avec le Stade Dijonnais, révèle la page Facebook du club.  Massy Trois nouvelles recrues à Massy. Adrien Devisme (pilier, 24 ans) vient de Carcassonne, où il cumule 24 matchs de ProD2 en deux saisons. Lomualito Tafili (pilier, 23 ans) a fait 25 apparitions sous le maillot d’Albi au cours des deux derniers exercices, et le seconde ligne russe Nikita Bekov qui évoluait à Suresnes revient dans son club formateur.  SUPER RUGBY ALL BLACKS : Brodie Retallick prolonge, et ne viendra pas en Europe !TRANSFERTS : Beauden Barrett aux Blues plutôt qu’en Europe ? MAJOR LEAGUE RUGBY Bastareaud, Foden… New York attire un troisième joueur de renommé internationale. François Louw, flanker des Springboks aux 64 sélections, quitte Bath et rejoint RUNY.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

FLASHBACK : le jour où le drop de Cabrol a offert le Brennus aux Biterrois… et crucifié Narbonne [VIDEO]

Le Rugbynistere

Présentation des deux équipes Cette finale 1974, la première disputée au Parc des Princes, offre un derby : Béziers-Narbonne ! L’ASB dispute sa troisième finale en quatre ans après avoir remporté le Brennus en 1971 lors de la finale mémorable contre Toulon, puis en 1972 contre Brive. L’équipe est toujours majoritairement composée de la génération dorée du titre de 1971 et dirigée par Raoul Barrière.FLASHBACK : le jour où Jack Cantoni choisit la relance folle pour un essai de 100m en finale ! [VIDEO]Le dernier titre du Racing Club de Narbonne remonte lui à 1936. Depuis, les Audois ne sont jamais retournés en finale du championnat. L’équipe est amenée, entre autres, par les trois frères Spanghero et Jo Maso. Résumé du match Dès la troisième minute, Richard Astre ouvre le score par un drop tapé de derrière sa mêlée. Les Narbonnais ne tardent pas à réagir et prennent l’avantage grâce à un essai de Sangalli suite à une très belle attaque orange et noire ponctuée de deux passes après contact. Sur l’essai, Sangalli, au moment de plonger dans l’en-but, prendra un coup de poing d’Alain Estève. Coup de poing volontaire ou tentative du Biterrois de faire gicler le ballon des bras du Narbonnais ? Aucune réponse officielle mais la grande majorité des supporters (des deux camps) a une idée… Les rouge et bleu répondent à leurs voisins avec un superbe essai en première main suite à une touche à hauteur de la ligne médiane. Le jeune Pesteil s’intercale parfaitement dans la ligne et donne à Navarro qui aplatit en coin. Un nouveau drop du demi de mêlée Biterrois permet à l’ASB de mener 10-07 à la mi-temps.Le XV des joueurs passés sous le maillot du Racing Club de Narbonne depuis 2000Peu avant l’heure de jeu, les Audois égalisent grâce à une pénalité avant de passer devant dans la foulée grâce à un splendide essai de Belzons : mêlée narbonnaise à hauteur de la ligne médiane, et essai en première main suite à quatre offloads, rien que ça ! Narbonne mène 14-10. Dans la minute suivante, Béziers recolle grâce à une pénalité de Cabrol et le score est alors de 14-13 en faveur du RCN, il reste vingt minutes à jouer. Nous jouons la 78ème minute lorsque va se produire une action improbable, fabuleuse pour les Biterrois et dramatique pour les Narbonnais. Suite à une attaque de l’ASB, Pesteil est projeté en touche à hauteur des vingt-deux mètres audois. C’est le moment que choisit Richard Astre pour annoncer un alignement à cinq joueurs… alors que la touche était pour Narbonne !  Les Biterrois se positionnent à cinq dans l’alignement et les Narbonnais les imite. Cette roublardise du numéro neuf biterrois n’est pas anodine : Narbonne a joué jusqu’à présent la majorité de ses alignements à trois joueurs, et Claude Spanghero a gagné tous les ballons. Sur cet alignement, Michel Palmié se retrouve face à Claude Spanghero et parvient à dévier le ballon sur son demi de mêlée, qui transmet immédiatement à Henri Cabrol, lequel, après un crochet sur son vis-à-vis, claque un drop peu académique et offre le Brennus aux Biterrois ! Cette finale aura offert tous les ingrédients d’un grand match de rugby : un derby légendaire, un incroyable chassé-croisé, des essais magnifiques et un dénouement à la Hitchcock ! Faits de jeu et anecdotes La touche volée précédant le drop de Cabrol : La roublardise d’Astre reste une des plus grandes anecdotes des finales du championnat. La touche volée précédant le drop de Cabrol : Les Narbonnais ont réclamé une faute de Michel Palmié pour un appui sur Claude Spanghero. Sur les images nous pouvons voir les joueurs se percuter dans les airs. Nous avons contacté Francis Palmade, arbitre de la rencontre, qui nous a dit ne rien avoir vu d’irrégulier sur cette touche. L’ailier Biterrois René Séguier devait être titulaire mais a dû déclarer forfait le jour du match à cause d’une entorse… contractée en montant l’escalier de l’hôtel ! Il sera remplacé par le jeune Léo Pesteil, décisif sur l’essai de Navarro. L’ASB a inscrit trois drops lors de cette finale. D’après nos recherches, aucune équipe n’a fait mieux dans une finale du championnat. Henri Cabrol dira : « Le drop était une de mes qualités. Pour moi ça n’a pas été un exploit surhumain de passer un drop. C’est vu comme un exploit parce que c’était en finale, contre Narbonne, au dernier moment. C’est comme un buteur qui tire un pénalty, il le réussit ou il le manque, mais son rôle c’est de le tirer ». Rien de compliqué donc ! Les années suivantes Les Biterrois, s’appuyant toujours sur la génération dorée et de nouveaux éléments, remporteront le Brennus en 1975, 1977,1978, 1980, 1981, 1983 et 1984.Les Narbonnais le remporteront en 1979 en s’imposant en finale face au Stade Bagnérais, tombeur de l’ASB en 1/8èmes de finale. Notes et remerciementsCertains fait relatés s’appuyant sur des souvenirs de joueurs et supporters, il peut donc y avoir plusieurs versions de l’histoire de cette finale.Nous remercions du fond du cœur le forum des supporters de l’ASBH qui, via les souvenirs, les photos et la vidéo, a grandement contribué à la rédaction de cet article. Voici le lien du forum : http://asb.rouge.bleu.soforums.com/index.phpUn grand merci à Francis Palmade pour avoir pris le temps de nous parler.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)