Clement Suman

Cette utilisateur n'a partagé aucune information biographique

Acccueil: http://www.lerugbynistere.fr/rss.php


Article par Clement Suman

Le calendrier de Top 14 pour la saison 2019-2020 est sorti ! Le voici en détail

Le Rugbynistère

Vous pouvez naviguer sur notre calendrier pour découvrir les matchs de chaque journée. 1ère journée (24 août) Agen – RCT UBB – Toulouse Castres – Montpellier Clermont – La Rochelle LOU – Stade Français Pau – Brive Racing 92 – Bayonne 2e journée (31 août) Agen – Brive Bayonne – Clermont UBB – RCT La Rochelle – Stade Français LOU – Toulouse Montpellier – Pau Racing 92 – Castres 3e journée (7 septembre) Brive – Clermont Castres – UBB Montpellier – La Rochelle Stade Français – Bayonne Pau – Agen RCT – LOU Toulouse – Racing 92 4e journée (14 septembre) Agen – Montpellier Bayonne – Castres UBB – Stade Français Clermont – Pau La Rochelle – Toulouse LOU – Brive RCT – Racing 92 5e journée (28 septembre) Bayonne – La Rochelle Brive – RCT Castres – Agen Montpellier – UBB Stade Français – Clermont Racing 92 – LOU Toulouse – Pau 6e journée (5 octobre) Agen – Bayonne Brive – Toulouse Castres – Stade Français Clermont – Montpellier LOU – UBB Pau – Racing 92 RCT – La Rochelle 7e journée (12 octobre) Bayonne – Montpellier UBB – Clermont La Rochelle – Brive LOU – Pau Stade Français – RCT Racing 92 – Agen Toulouse – Castres 8e journée (19 octobre) Agen – Stade Français Brive – UBB Clermont – LOU La Rochelle – Racing 92 Montpellier – Toulouse Pau – Castres RCT – Bayonne 9e journée (9 novembre) Bayonne – Pau UBB – Agen Castres – Brive LOU – La Rochelle Stade Français – Racing 92 RCT – Montpellier Toulouse – Clermont 10e journée (30 novembre) Brive – Stade Français Clermont – Agen La Rochelle – Castres Montpellier – LOU Pau – RCT Racing 92 – UBB Toulouse – Bayonne 11e journée (21 décembre) Agen – Toulouse Bayonne – Brive UBB – La Rochelle Castres – LOU Stade Français – Pau Racing 92 – Montpellier RCT – Clermont 12e journée (28 décembre) Brive – Racing 92 Clermont – Castres La Rochelle – Agen LOU – Bayonne Montpellier – Stade Français Pau – UBB Toulouse – RCT 13e journée (4 janvier) Agen – LOU UBB – Bayonne Montpellier – Brive Stade Français – Toulouse Pau – La Rochelle Racing 92 – Clermont RCT – Castres 14e journée (25 janvier) Bayonne – Agen Brive – Pau Castres – Racing 92 Clermont – Stade Français La Rochelle – Montpellier LOU – RCT Stade Toulousain – UBB 15e journée (15 février) Agen – Castres UBB – LOU Montpellier – Bayonne Stade Français – La Rochelle Pau – Clermont Racing 92 – Toulouse RCT – Brive 16e journée (22 février) Bayonne – Stade Français Brive – Agen Castres – Pau Clermont – UBB La Rochelle – RCT LOU – Racing Toulouse – Montpellier 17e journée (29 février) Agen – Clermont Bayonne – Toulouse UBB – Castres Brive – LOU Pau – Montpellier Racing 92 – La Rochelle RCT – Stade Français 18e journée (21 mars) Agen – Pau Castres – Bayonne Clermont – RCT La Rochelle – UBB Montpellier – Racing 92 Stade Français – Brive Toulouse – LOU 19e journée (28 mars) Bayonne – Racing 92 UBB – Montpellier Brive – La Rochelle LOU – Clermont Stade Français – Castres Toulon – Pau Toulouse – Agen 20e journée (11 avril) Agen – UBB Castres – Toulouse Clermont – Brive La Rochelle – LOU Montpellier – RCT Pau – Bayonne Racing 92 – Stade Français 21e journée (18 avril) UBB – Racing 92 Brive – Castres Clermont – Bayonne La Rochelle – Pau LOU – Agen Stade Français – Montpellier Toulon – Toulouse 22e journée (25 avril) Agen – La Rochelle Bayonne – UBB Castres – Toulon Montpellier – Clermont Pau – LOU Racing 92 – Brive Toulouse – Stade Français 23e journée (9 mai) Brive – Montpellier Clermont – Racing 92 La Rochelle – Bayonne LOU – Castres Stade Français – UBB Pau – Toulouse Toulon – Agen 24e journée (16 mai) Bayonne – Toulon UBB – Brive Castres – Clermont Montpellier – Agen Stade Français – LOU Racing 92 – Pau Toulouse – La Rochelle 25e journée (30 mai) Agen – Racing 92 Brive – Bayonne Castres – La Rochelle Clermont – Toulouse LOU – Montpellier Pau – Stade Français RCT – UBB 26e journée (6 juin) Bayonne – LOU UBB – Pau La Rochelle – Clermont Montpellier – Castres Stade Français – Agen Racing 92 – RCT Toulouse – Brive Barrages / Top 14 Access Match 12/13/14 juin Demi-finales 19/20/21 juin (à Nice) Finale 26 juin (Stade de France)

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

TRANSFERTS : Steffon Armitage va rejoindre la MLR et San Diego !

Le Rugbynistère

Cinq sélections avec le XV de la Rose, trois coupes d’Europe, un Brennus, un titre de joueur européen de l’année… Et vous pensiez que Mathieu Bastareaud allait être la seule vedette à rejoindre la Major League Rugby la saison prochaine ? Le 3e ligne anglais Steffon Armitage va lui aussi découvrir le championnat professionnel américain ! Passé par le RCT et la Section Paloise en France, il évoluera à San Diego. Soheyl Jaoudat : ‘’Si la Ligue se débrouille correctement, le championnat américain pourrait devenir vraiment fou’’Armitage – 33 ans – arrivera en décembre au club. Je suis excité à l’idée de jouer dans la compétition de rugby qui grandit le plus vite au monde. San Diego a une très bonne équipe et une culture fantastique. J’ai hâte d’en faire partie avec l’espoir de remporter le titre de MLR en 2020. San Diego Legion announces its first new player signing for the 2020 season in superstar England representative and former European Player of the Year, Steffon Armitage.Read the full story on our website.https://t.co/T7IkHxCoaB#WeAreLegion #SDLegion #MLRugby @magicsteffon pic.twitter.com/07BFV8TGyH — San Diego Legion (@SDLegion) 9 juillet 2019

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

RCT : Mathieu Bastareaud officiellement sur le départ… pour une pige au LOU ?

Le Rugbynistère

« Mathieu Bastareaud et le Rugby Club Toulonnais ont décidé, d’un commun accord, de mettre un terme au contrat les liant pour cette saison 2019-2020. » Dans un communiqué, le RCT a officialisé le départ de son 3/4 centre emblématique. Censé partir à New York en décembre prochain pour découvrir la Major League Rugby, l’international tricolore se retrouvait disponible suite à sa non-sélection pour la Coupe du monde de rugby. Le communiqué, publié sur le site du club varois, de préciser :  Mathieu Bastareaud a souhaité relever un nouveau challenge durant quatre mois, avant de rejoindre la Major League Rugby et l’équipe de New York. Conformément aux engagements pris vis à vis de son ancien capitaine, le club a décidé d’accepter sa demande de libération de contrat. Le Rugby Club Toulonnais remercie Mathieu Bastareaud pour ses huit saisons consécutives passées au bord de la rade, pour son investissement et son respect de l’institution.Le Président Mourad Boudjellal et toutes les équipes du RCT lui souhaitent un très bel avenir et ouvre évidemment les portes à un retour dès la saison 2020-2021. Mais alors, où jouera-t-il l’année prochaine ? Selon les informations de Sport24, « si le Stade Français et Montpellier étaient intéressés, la piste la plus chaude se tourne vers Lyon. » La colonie d’anciens Toulonnais du LOU va-t-elle s’agrandir pour quelques mois ?

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Nord contre Sud : que donnerait un State of Origin à la française ?

Le Rugbynistère

Le State of Origin, c’est quoi ? Un duel en deux matchs gagnants qui oppose deux formations treizistes : les Maroons et les Blues, qui représentent respectivement l’état du Queensland et celui de la Nouvelle-Galles du Sud. Le Mecque du XIII, sorte de All Star Game version rugby. La règle à XIII Contrairement au All Star Game, la sélection d’un joueur ne se fait pas à partir de l’équipe dans laquelle il évolue. Elle est en fait basée sur l’état dans lequel il a effectué ses débuts professionnels : un joueur de Sydney (Nouvelle-Galles du Sud) peut donc jouer pour le Queensland, s’il y a disputé son premier match pro. La règle pour notre duel L’idée ? Reprendre le concept pour le rugby à XV français, et viser plus large que deux régions en opposant… le nord et le sud. Au-dessus de la ligne rouge, le Nord. En-dessous de la ligne rouge, le Sud. Crédit : Google Maps. Pour qu’un joueur soit éligible avec le nord, il doit par exemple avoir effectué ses débuts chez les seniors avec le Stade Français, Massy, La Rochelle, le LOU, le Racing 92, Clermont ou Vannes. Le Nord Voici à quoi pourrait ressembler la composition de l’équipe du nord (entre parenthèse, le club où le joueur a débuté.) Nord 1 Priso (SFP) 2 Chat (R92) 3 Slimani (SFP) 4 Gabrillagues (SFP) 5 Lambey (LOU) 6 Iturria (ASM) 8 Gourdon (La Rochelle) 7 Y. Camara (Massy) 9 Couilloud (LOU) 10 Plisson (SFP) 11 Raka (ASM) 12 Fofana (ASM) 13 Vakatawa (R92) 14 Penaud (ASM) 15 Retière (R92) 16 Bonfils (SFP) 17 Falgoux (ASM) 18 Gomes Sa (R92) 19 Jedrasiak (ASM) 20 Macalou (Massy) 21 Coville (Vannes) 22 Bastareaud (Massy) 23 Grosso (LOU) Avec treize internationaux dans le XV de départ (ça ne saurait tarder pour Raka, alors que Retière a porté le maillot des U20 et de France Sevens), l’équipe du nord a fière allure, notamment en 3e ligne avec trois joueurs capables d’amener beaucoup de continuité. Chez les avants, les cinq joueurs de la cage iront au Japon : c’est notamment le cas de Félix Lambey qui – avant de se révéler à Béziers – a joué un match de Challenge Cup avec le LOU en 2014/2015. Le 2e ligne est donc éligible avec le Nord. Cancoriet, Lapandry, Joseph, Ben Arous ou Palu, voire Flanquart et Jacquet auraient pu prétendre à une place dans l’équipe. Chez les 3/4, Jules Plisson a un boulevard à l’ouverture et serait titulaire, malgré sa saison en demi-teinte. En revanche, il y à la fois de la quantité ou de la qualité au centre, où Combezou, Chavancy, Danty ou Regard méritent citation. Sans oublier Barassi : formé à Narbonne dans le sud, il a débuté chez les pros avec le LOU, et jouerait donc avec le nord. Nés aux Fidji, Raka et Vakatawa sont avec le nord, ayant débuté chez les pros à Clermont et au Racing. En revanche, Bernard Le Roux n’est pas sélectionnable, le Sud-Africain ayant d’abord joué pour les Boland Cavaliers avant de rejoindre l’Hexagone. Bonneval, Dupichot, Camara, Villière ou Nakaitaci pourraient être dans l’équipe. Le Sud Voici à quoi pourrait ressembler la composition de l’équipe du sud (entre parenthèse, le club où le joueur a débuté.) Sud 1 Poirot (Brive) 2 Guirado (USAP) 3 Bamba (Brive) 4 Maestri (RCT) 5 Vahaamahina (Brive) 6 Lauret (BOPB) 8 Picamoles (MHR) 7 Cros (Toulouse) 9 Dupont (CO) 10 Lopez (Mauléon) 11 Thomas (BOPB) 12 Fickou (Toulouse) 13 Guitoune (SUA) 14 Médard (Toulouse) 15 Ramos (Toulouse) 16 Mauvaka (Toulouse) 17 Baille (Toulouse) 18 Setiano (RCT) 19 Alldritt (Auch) 20 Ollivon (AB) 21 Bézy (Toulouse) 22 Ntamack (Toulouse) 23 Huget (Toulouse) Du talent, il y en a également beaucoup dans le sud… Il n’y a qu’à voir les joueurs laissés de côté pour s’en convaincre. Au poste de talonneur, si Guirado part titulaire en tant que capitaine du XV de France, Mauvaka gagne sa place sur le banc, si on tient en compte la forme sur la saison du Toulousain. Mais sans sa blessure, Marchand aurait été là. Bourgarit (Auch), Lespiaucq (Pau), Orioli et Ivaldi (RCT) ne sont pas loin… Comme en 3e ligne pour Lakafia, Roumat (BOPB), Miquel (SUA), Chouzenoux (Bayonne), Tanga (SUA), Babillot, Jelonch (CO). Formé à Massy, Cameron Woki est éligible avec le sud après ses débuts… à l’UBB. Derrière, Dupont et Bézy sont à la mêlée pour leur forme cette saison, mais Parra (Bourgoin), Machenaud (SUA) et Serin (UBB) sont de sérieux concurrents. Idem à l’ouverture avec Belleau (RCT), Trinh-Duc (MHR), Carbonel (RCT), Beauxis (Pau), Jalibert (UBB) ou Wisniewski (Toulouse) sont plus que des options. Et que dire des Doumayrou, Reilhac (MHR), Lamerat (Toulouse), Aguillon (Auch), Klemenczak (Dax), Dulin, Laporte (SUA), Hamdaoui (BOPB), Rattez (Narbonne), Fall (UBB) ? Du lourd ! Si ce format Nord vs Sud ne verra sans doute jamais le jour, nul doute qu’un tel affrontement saurait capter l’attention du public (à la place des Boxing Days ?) le jour où le calendrier sera beaucoup moins chargé…

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Top 14 : Quels sont les plus gros flops du recrutement pour la saison 2018/2019 ?

Le Rugbynistère

Vous en avez désormais l’habitude : alors que les rugbymen amateurs profitent de l’été pour enchaîner les barbecues et les Touch sur la plage, l’intersaison est l’occasion de faire un bilan. Si 2018/2019 a trouvé pour conclusion le 20e sacre du Stade Toulousain, on s’intéresse aujourd’hui au mercato, avec notre traditionnel Top/Flop.  A mi-saison, l’équipe avait déjà réalisé un Top 5 des pires recrues. TOP 14 : à mi-saison, qui sont les pires recrues en 2018/2019 ?Parmi ce premier Top 5, seul Semi Radradra a relevé la tête, avec une seconde partie de saison plus en adéquation avec son statut de recrue star de l’UBB. Allez, c’est parti pour le bilan : 1/ Johan Goosen (Cheetahs > Montpellier) 17 matchs (dont 13 de Top 14) Le pari était risqué. Et l’arrivée du Springbok – élu meilleur joueur du Top 14 en 2015/2016 – était forcément la plus attendue. Rappel des faits : le premier passage de Goosen dans l’Hexagone s’était terminé du jour au lendemain avec une vraie/fausse retraite du joueur, devenu commercial en Afrique du Sud. Seulement, le 3/4 polyvalent a bien fini par rechausser les crampons. D’abord avec les Cheetahs, puis avec Montpellier. Le bilan final est très pauvre, et c’est presque logiquement que Goosen n’a pas retrouvé son niveau initial malgré quelques promesses en début de saison. D’abord aligné à l’arrière pour la 1ère journée, le Sud-Af’ a surtout enchaîné à l’ouverture, avec deux passages par le centre. Mais il a été touché par les blessures, et la superbe remontada du MHR en fin de saison s’est faite sans lui. Preuve qu’il n’était pas indispensable. 2/ Julian Savea (Hurricanes > RCT) 22 matchs (dont 17 de Top 14) Là aussi, beaucoup d’attentes. Mais là aussi, un flop finalement logique, au regard des performances de Savea depuis 2015. Plus titulaire avec les Hurricanes, mis à l’écart chez les All Blacks, fallait-il vraiment s’attendre à des étincelles de sa part sur la Rade ? Non, si on prend en compte sa forme, mais oui, quand on possède un CV aussi important. C’est pourquoi le Kiwi occupe la deuxième place. Fantômatique sur l’aile, Savea n’a pas été aidé par un collectif pas vraiment capable de le mettre correctement sur orbite. Il n’empêche, Savea a déçu, même si son repositionnement au centre pourrait être une belle option en vue de la saison prochaine. Car oui, Savea sera là : Mourad Boudjellal n’est pas allé au bout de sa volonté de lui faire quitter le RCT. 3/ Dominic Bird (Chiefs > Racing 92) 28 matchs (dont 22 de Top 14) Un autre All Black sur le podium. Comme quoi… Le retrouver dans le Top 3 des flops peut paraître sévère, pour un joueur qui se sera finalement plus ou moins imposé avec le Racing 92. Et il convient de rappeler que le 2e ligne n’a jamais été un cador en Nouvelle-Zélande, avec seulement deux sélections en 2013 (face au Japon) et en 2014 (contre l’Ecosse). Mais Bird n’a pas vraiment convaincu sous le maillot francilien, où Ryan, Nakarawa et Palu ont mis en évidence leur supériorité. Le club n’a recruté personne à ce poste pour la saison prochaine. Sûrement mieux intégré, Bird pourrait faire oublier ses premiers pas difficiles dans l’Hexagone. Côté racingman, Fabien Sanconnie a également un peu déçu, ne réussissant pas à s’imposer. 4/ Eto Nabuli (Reds > UBB) 15 matchs (dont 14 de Top 14) Eto Nabuli, Seta Tamanivalu, George Tilsley… Si l’UBB a une nouvelle fois raté le train des phases finales, c’est en partie parce que ses recrues de la ligne de 3/4 ne se sont pas montrées au niveau. A eux trois, ils comptabilisent seulement huit essais. On est bien loin de leur rendement des saisons précédentes. Fidjien d’origine mais international avec les Wallabies, Eto Nabuli est arrivé à Bordeaux avec une jolie réputation suite à de superbes saisons sous le maillot des Reds. Las, il n’a jamais « cassé la barraque » avec les Girondins, récoltant plus de cartons jaunes (2) que d’essais marqués (1)… Résultat, c’est sans grosse surprise qu’il n’a même pas été conservé, à l’instar de Tilsley qui jouera à l’USAP l’an prochain. Seul Tamanivalu aura l’occasion de redorer son blason. 5/ La malchance toulousaine Dire que la saison du Stade Toulousain est réussie est un euphémisme. Pourtant, le mercato estival du Stade Toulousain n’a pas forcément été convaincant : seul Alban Placines a réussi à s’imposer dans la rotation, même si l’ancien Biarrot n’a pas joué les phases finales du Top 14 ou de la Champions Cup. Pierre Gayraud (4 matchs) et Théo Belan (3 matchs), arrivés à la fin du marché des transferts, n’ont pas su s’imposer. Au centre pour ce dernier, il y avait pourtant une carte à jouer avec les blessures longue durée de Maxime Mermoz (14 matchs) et Pierre Fouyssac (3 matchs)… Sans oublier le joker médical Sam Matavesi, arrivé presque pour rien (72 minutes jouées), même si un autre joker, Richie Arnold, s’est lui imposé dans le collectif rouge et noir.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)