Ovale Masque

Cette utilisateur n'a partagé aucune information biographique

Acccueil: http://www.lerugbynistere.fr/rss.php


Article par Ovale Masque

Le mur Facebook du XV de France de Jacques Brunel, saison 2, épisode 3

Le Rugbynistere

XV de FranceAccueil XV de France Modifier le profil Fil d’actualités Messages Événements Photos Gestionnaire depublicités applications Jeux Musique Pokes Fil de Jeux pages Le Rugbynistère Rugby No Limit Le Ministère Boucherie Ovalie Ovale Masqué groupes Vous n’avez encore rejoint aucun groupe FFR Rugby Victoire du XV de France face à l’Angleterre, 22 à 16 ! Bravo à tous pour cette belle victoire ! J’aime ⋅ Commenter ⋅ Partager L’Irlande, L’Écosse et le Pays de Galles et à peu près toute la planète aiment ça. Mathieu Bastareaud Putain on a gagné un match les gars ! 10 mars ⋅ 0  - J’aime Yacouba Camara On a vraiment gagné ! Et c’était même pas contre l’Italie donc ça compte ! 10 mars ⋅ 0  - J’aime Kevin Gourdon Les gars je crois qu’il faut emmener Guilhem au protocole commotion. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Kevin Gourdon Il est en train de faire un malaise là. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Gael Fickou En même temps il avait plus l’habitude le pauvre. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Teddy Thomas Incroyable ! J’aurais jamais cru que vous étiez capables de gagner un match sans moi ! 10 mars ⋅ 0  - J’aime Vern Cotter  Incroyable ! J’aurais jamais cru que Fall puisse jouer deux matchs de suite sans se blesser. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Serge Simon C’est ça d’avoir un bon médecin… 10 mars ⋅ 0  - J’aime Thierry Hermerel Merci. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Serge Simon Non, je parlais de moi. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Lionel Beauxis Ah mais c’est déjà fini ? Je voulais encore jouer moi. 20 mars ⋅ 0  - J’aime Wenceslas Lauret Putain Yo… 10 mars ⋅ 0  - J’aime Francois Trinh-Duc Mais qu’il est… 10 mars ⋅ 0  - J’aime Christian Jeanpierre MAIS QU’EST-CE QU’IL AVAIT DANS LA CABEZA ! 10 mars ⋅ 0  - J’aime Jean-Michel CKelChaine Quelle honte ! Lionel Beauxis en équipe de France, plus jamais ! 10 mars ⋅ 0  - J’aime Jean-Michel CKelChaine Vive François Trinh-Duc ! 10 mars ⋅ 0  - J’aime Kevin Gourdon Recommence jamais ça Yoyo. Oublie pas que le coach a 91 ans. Pense à son coeur. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Jacques Brunel hé 10 mars ⋅ 0  - J’aime Jacques Brunel j ai juste 64 ans 10 mars ⋅ 0  - J’aime Jacques Brunel c p si vieux 10 mars ⋅ 0  - J’aime Kevin Gourdon sérieux ? 20 mars ⋅ 0  - J’aime Maxime Machenaud Allez les gars on s’en fout de tout ça, on a gagné ! On fête ça ! J’ouvre les bières ! 10 mars ⋅ 0  - J’aime Arthur Iturria Apero ! A0 mars ⋅ 0  - J’aime Jacques Brunel Non ps toi Arthur. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Morgan Parra Oh merde il va encore mettre 45 minutes à les décapsuler ses bières… 10 mars ⋅ 0  - J’aime Maxime Machenaud Oh tiens le sauveur est encore là ! La chance on n’a pas eu besoin de lui pour battre les Anglais… 10 mars ⋅ 0  - J’aime Maxime Machenaud Au fait, c’est quand la dernière fois que t’as battu l’Angleterre, le sauveur ? 10 mars ⋅ 0  - J’aime Morgan Parra Probablement en 2010 quand j’ai fait le Grand Chelem… 10 mars ⋅ 0  - J’aime Morgan Parra  Je t’explique vu que tu dois pas connaître : c’est quand tu gagnes tes 5 matchs dans le Tournoi. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Maxime Machenaud Essaye déjà d’enchaîner 5 matchs sans te blesser et on en reparle. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Bernard Laporte C’est bien de voir que la victoire apaise les esprits. Sauf chez les demi de mêlée. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Sébastien Bruno Franchement belle victoire. On peut être fier de nous. 10 mars ⋅ 0  - J’aime JBE Il reste plus qu’à apprendre à marquer des essais. 10 mars ⋅ 0  - J’aime JBE Je crois que depuis 2011, De Pénalité est notre meilleur marqueur. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Teddy Thomas Derrière moi… 10 mars ⋅ 0  - J’aime JBE Dégonfle un peu toi, vu la perf de Rémy t’es peut-être pas si indispensable… 10 mars ⋅ 0  - J’aime Franck Azéma Mais attendez le Grosso là, c’est le même que celui que j’ai depuis le début de la saison ? 10 mars ⋅ 0  - J’aime Mourad Boudjellal Impressionnant ce gars ! 10 mars ⋅ 0  - J’aime Mourad Boudjellal  Vous avez de la chance, vous allez le récupérer en pleine forme pour les phases finales. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Mourad Boudjellal Oups… 10 mars ⋅ 0  - J’aime Franck Azéma Et toi, tu récupéreras ton entraîneur pour les phases finales où il préfère les commenter à la télé ? 10 mars ⋅ 0  - J’aime Jefferson Poirot Les phases finales ? C’est quoi ça ? 10 mars ⋅ 0  - J’aime Kevin Gourdon Tu joues à l’UBB Jeff, tu peux pas comprendre. 10 mars ⋅ 0  - J’aime Paul Gabrillagues Putain trop déçu de mon match, j’ai fait que 18 plaquages… 10 mars ⋅ 0  - J’aime Kevin Gourdon C’est pas si mal, c’est presque autant que de fautes pour Vaha. A0 mars ⋅ 0  - J’aime Yacouba Camara Y’a match avec Slimani quand même… 10 mars ⋅ 0  - J’aime Rabah Slimani  C’est la faute des arbitres ! #ToujoursCoupable #CommeDeParHasard 10 mars ⋅ 0  - J’aime Rugby Espana  Ouais c’est encore un complot de World Rugby ! 20 mars ⋅ 0  - J’aime FFR Rugby Guilhem Guirado étant blessé, c’est Mathieu Bastareaud qui portera le brassard de capitaine contre le Pays de Galles samedi prochain. J’aime ⋅ Commenter ⋅ Partager Arthur Iturria Ça veut dire que dans 9 ans je pourrais être capitaine moi aussi ? 17 mars ⋅ 0  - J’aime Jacques Brunel Va faire ton lit toi. Oublie pas de mettre tes nouveaux draps draps avec la grosse cible au milieu. 17 mars ⋅ 0  - J’aime Yacouba Camara Bravo Basta ! Mérité ! 17 mars ⋅ 0  - J’aime Gaël Fickou Attendez ça veut dire qu’on va avoir un capitaine qui parle sur le terrain ? 17 mars ⋅ 0  - J’aime Gaël Fickou C’était pas interdit depuis Dusautoir et Guirado ? 17 mars ⋅ 0  - J’aime Wesley Fofana En même temps entre deux mecs qui la ferment et Pascal Papé qui l’ouvrait trop, je sais pas ce que je préfèrais. 17 mars ⋅ 0  - J’aime Gaël Fickou C’est pas faux. 17 mars ⋅ 0  - J’aime Pascal Papé#ToujoursPasIntentionnel 17 mars ⋅ 0  - J’aime FFR Rugby Défaite au Pays de Galles 14-13. Le XV de France termine à la 4ème place du Tournoi 2018. J’aime ⋅ Commenter ⋅ Partager Kevin Gourdon Ah tiens une défaite encourageante, ça faisait longtemps. 17 mars ⋅ 0  - J’aime Jacques Brunel On meurt à un point. On est tout près du haut niveau ! 17 mars ⋅ 0  - J’aime Philippe Saint-André Bien dit ça ! 17 mars ⋅ 0  - J’aime Mourad Boudjellal Avec Halfpenny on gagnait… 17 mars ⋅ 0  - J’aime Jean-Michel CKelChaine Quelle honte ! François Trinh-Duc en équipe de France, plus jamais ! 17 mars ⋅ 0  - J’aime Jean-Michel CKelChaine Vivement le retour de Camille Lopez ! 17 mars ⋅ 0  - J’aime Camille Lopez Et ben, j’ai intérêt à pas rater mon retour moi… 17 mars ⋅ 0  - J’aime Guy Novès Bravo pour cette belle 4ème place. 17 mars ⋅ 0  - J’aime Guy Novès Encore un petit effort et vous réussirez à faire 3ème. Comme moi en 2016. 17 mars ⋅ 0  - J’aime Bernard Laporte Mais il est encore là, lui ? 17 mars ⋅ 0  - J’aime Bernard Laporte Retourne dans l’anonymat. Tout le monde adore Jacques le gentil papy, on t’a oublié ! 17 mars ⋅ 0  - J’aime Guy Novès 2 victoires, 3 défaites. Mais il a une moustache alors tout le monde le trouve sympa… 17 mars ⋅ 0  - J’aime Guy Novès Je vais me la laisser pousser pour aller aux prudhommes, peut-être que ça marchera aussi avec les juges. 17 mars ⋅ 0  - J’aime Wesley Fofana Et sinon on peut parler du renvoi sur lequel on prend un essai ? 17 mars ⋅ 0  - J’aime Wesley Fofana C’est quoi le bail de Doumayrou qui joue à chat perché ? 17 mars ⋅ 0  - J’aime JBE Putain mais le con… 17 mars ⋅ 0  - J’aime Geoffrey Doumayrou C’est la faute de Bastareaud ! 17 mars ⋅ 0  - J’aime Mathieu Bastareaud Pardon ? 17 mars ⋅ 0  - J’aime Geoffrey Doumayrou Non rien. C’est les journalistes qui déforment mes propos ! 17 mars ⋅ 0  - J’aime Mathieu Bastareaud Ah bon… 17 mars ⋅ 0  - J’aime Safi N’diaye Et sinon nous on a fait le Grand Chelem ! On peut en parler un peu ? 17 mars ⋅ 0  - J’aime L’Équipe Qui êtes-vous ? 17 mars ⋅ 0  - J’aime Midi Olympique C’est pas la ministre là ? Laura Flessel ? 17 mars ⋅ 0  - J’aime L’Équipe Ah ça doit être ça 17 mars ⋅ 0  - J’aime Safi N’diaye … 17 mars ⋅ 0  - J’aime Soluce ! Comment échapper à la police quand vous avez 5 étoiles dans GTA.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

FRANCE – ANGLETERRE. Le top des Anglais qu’on adore détester

Le Rugbynistere

On l’aura suffisamment entendu cette semaine, les Français et les Anglais se détestent. Pourquoi ? Peut-être parce qu’ils se ressemblent plus que ce qu’ils aimeraient bien croire ? On ne sait plus vraiment. Mais puisque le racisme anti-anglais est le seul racisme qu’on puisse vraiment assumer en public, au moins une fois par an à l’approche du Crunch, on se dit qu’il est bon d’en profiter au maximum. C’est donc avec une mauvaise foi assumée que nous vous offrons cet article qui ne sert à rien, si ce n’est à se défouler : le top des anglais qu’on adore détester.   Brian Moore, le Moscato anglais Brian Moore évoluait au poste de talonneur, ou hooker en anglais, et ça lui va particulièrement bien quand on connait l’autre signification de ce mot dans la langue de Shakespeare. Avocat diplômé et homme de lettres (la légende raconte qu’il déclamait des passages d’Henry V à ses coéquipiers dans le vestiaire), Moore était aussi surnommé « le pittbull » et réputé pour être un gros pénible et un provocateur hors-pair. Il est notamment l’auteur d’une punchline restée célèbre : « Jouer les Français, c’est comme jouer contre quinze Eric Cantona. Ils sont brillants mais violents ». Sur 12 Crunch disputés, Moore a battu la France à 10 reprises. Il fut également l’un des héros du fameux match du Tournoi 1992 au Parc des Princes, où lui et ses compères firent complètement péter un câble à la première ligne française, entraînant les expulsions de Grégoire Lascubé et Vincent Moscato. Pour le clin d’oeil, Brian Moore est d’ailleurs un peu devenu le Moscato anglais, puisqu’il offre aux téléspectateurs britanniques ses saillies truculentes lors des retransmissions sur la BBC.   Will Carling, titulaire d’une belle courge Des tas de choses ont déjà été racontées au sujet de Will Carling, emblématique capitaine de l’équipe d’Angleterre de la première moitié des années 90, une époque où assister à une victoire des Français contre le XV de la Rose était quelque chose d’aussi rare qu’une passe de Ben Te’o. Et comme il est impossible de faire plus drôle et pertinent que Daniel Herrero, on se contentera de repasser paresseusement cet extrait culte du documentaire Ces chers ennemis.   Jeremy Guscott, l’artiste Au centre, Carling était réputé pour être un joueur besogneux et pas forcément joli à regarder. Mais à ses côtés il avait un joueur parfaitement complémentaire : Jeremy Guscott. Beau gosse, hyper-talentueux, élégant ballon en mains, c’est un type qu’on aurait pu facilement admirer s’il n’était pas aussi… anglais. De son propre aveu, lorsqu’il a débuté avec Bath en 1984, plusieurs de ses partenaires pensaient qu’il était « une petite merde arrogante ». Une image dont il ne se détachera vraiment jamais au long de sa riche et belle carrière. Devenu consultant sur la BBC, il est souvent critiqué pour son manque d’objectivité et son chauvinisme. Il y a quelques années, sur un plateau TV, on l’a aussi vu se foutre de la gueule de Raphaël Ibanez en raison de son manque de vocabulaire en anglais. Une belle âme.   Lawrence Dallaglio, le bad boy Lawrence Dallaglio m’aura fait chier pendant une bonne partie de ma vie : petit, quand j’ai découvert le rugby à la télé, il était le capitaine du XV de la Rose qui battait tout le temps la France. En 2007, alors que j’avais bientôt 20 ans et que je m’apprêtais à voir la France se qualifier pour la finale de sa Coupe du monde à domicile, il était encore là. Et l’Angleterre a encore gagné. Malgré ses origines italiennes (son vrai nom est Lorenzo Bruno Nero Dallaglio, ce qui fait un superbe nom d’acteur porno, par ailleurs), Dallaglio incarnait parfaitement toutes les qualités que l’on peut attendre d’un Anglais, avec ce petit sourire auto-satisfait qu’il affichait après chaque victoire remportée de façon dégueulasse. Destitué de son rôle de capitaine au profit de Martin Johnson (le Frankenstein anglais, qui mériterait aussi d’être dans ce top) après une sombre histoire de deal et de consommation de cocaïne, Dallaglio reste un joueur emblématique des années Woodward. Au passage, on aimerait remercier le petit génie de chez Nike qui lui a demandé de dire « Vive les Bleus » dans une publicité diffusée juste avant la finale de la Coupe du monde 1999 entre la France et l’Australie. On imagine qu’il a eu besoin d’environ 522 prises pour réussir à prononcer cette phrase.   Mark Regan, le clown Moins connu du grand public que certains de ses compatriotes cités dans cet article, Mark Regan compte tout de même 45 sélections entre 1995 et 2008. En 2008, justement, Regan a 36 balais et se fait rappeler par le sélectionneur de l’époque, Brian Ashton, principalement pour apporter son expérience et son vice, le gars étant réputé pour être un pizzaïolo notoire. Lors de Crunch de cette année là, perdu par les Bleus sur le score de 13 à 24, Regan s’était illustré en branchant ses adversaires à de multiples reprises, ou en multipliant les gestes d’anti-jeu, notamment en gagnant du temps avant chaque lancer en touche. Un one man show qui avait poussé le sanguin sélectionneur Marc Lièvremont à le qualifier de « clown grotesque » lors de la conférence de presse d’après-match. La réponse de l’intéressé : « C’est le meilleur compliment qu’on puisse me faire. C’est mon job d’entrer dans la tête de mes adversaires et j’ai clairement réussi mon coup ». Connard et fier de l’être, un Anglais comme on les aime !   Phil Greening, interdit de séjour en Auvergne Tiens, encore un talonneur. Avec 24 sélections, Phil Greening n’a pas spécialement marqué l’histoire du XV de la Rose, mais il est resté célèbre en France pour son agression sur Aurélien Rougerie lors d’un match « amical » entre Clermont et les Wasps. En effet, l’idole de toute l’Auvergne a subi trois opérations au larynx après avoir reçu un coup de coude à la gorge de la part de l’Anglais. Condamnés par le Tribunal de grande instance de Clermont le 15 novembre 2007, Phil Greening et les Wasps ont dû verser 40.000 euros de dommages et intérêts à Rougerie, qui a décidément gagné gros dans l’affaire, puisqu’il parle désormais avec la voix de Christian Bale dans Batman. Et ça c’est un gros plus pour draguer.   Owen Farrell, le premier de la classe Déjà, il faut reconnaître une chose, si l’on aime pas Owen Farrell, c’est principalement physique. Il a la tête du gosse de riche prétentieux qu’on a tous croisé  à un moment de notre scolarité, et quand il entame sa routine flippante avant de tirer au but, là, il ressemble carrément à un jeune officier nazi dans un épisode d’Indiana Jones. En dehors de ça, il faut bien reconnaître que c’est un grand joueur, et que finalement, en dehors de quelques petites provocations de temps en temps, ce n’est pas le type qui a le comportement le plus dégueulasse sur un terrain. Cela dit il est toujours bon d’être méchant gratuitement et de mauvaise foi, alors continuons à détester Owen Farrell, d’autant plus qu’il n’a que 26 ans, ce qui veut dire qu’il va probablement encore être responsable d’une dizaine de défaites françaises dans les années à venir.   Chris Ashton, le plongeur On espère toujours le voir lâcher le ballon dans les airs pendant un de ses stupides Ash-Splash. Malheureusement, cela ne risque plus d’arriver sous le maillot du XV de la Rose, et ce sera beaucoup moins drôle du coup.   Delon Armitage, la plus belle langue d’Angleterre Delon Armitage n’a joué qu’une seule fois contre le XV de France, mais son unique Crunch fut assez mémorable, puisqu’il a sorti le match de sa vie à cette occasion. C’était en 2009 à Twickenham : en feu pendant une mi-temps, il permet au XV de la Rose de mener 29-0 à la pause (le score final, 34-10, sera finalement assez flatteur pour nous). Mais si le peuple français déteste Delon Armitage c’est avant parce qu’il s’est foutu de la gueule de la pointe de vitesse de Brock James – chose qu’on a déjà tous fait devant notre télé, mais bon. À cause de sa vilaine langue tirée en finale de H Cup 2013, Delon a eu l’honneur d’être sifflé sur tous les terrains de Top 14 pendant environ 2 ans. Et c’est pas rien quand on sait à quel point le public français est intelligent.   Bonus entraîneur : Clive Woodward On en connait des ex-joueurs ou ex-entraîneurs qui ont un avis sur tout, tout le temps. Mais Clive Woodward est certainement le pire d’entre tous, puisqu’il possède la fameuse carte magique « Ta gueule, j’ai gagné la Coupe du monde » qui lui permet d’avoir systématiquement raison et de critiquer tout le monde. Insupportable.    Bonus brutalité policière : Wade Dooley Wade Dooley, alias The Blackpool Tower, compte 55 sélections avec l’équipe d’Angleterre et a notamment participé aux Grand Chelem 1991 et 1992. Officier de police dans la vraie vie, ce colosse de 2m03 aimait bien faire sa loi sur le terrain, comme le jour où il a fracturé la mâchoire du gallois Phil Davies. Pour la petite histoire, un ancien catcheur anglais de la WWE, Wade Barrett, a choisi son nom de scène en hommage à Dooley. Si ça c’est pas la classe.   N’a pas été retenu : Jonny Wilkinson Même en essayant très fort, impossible de détester Jonny. Toujours classe, toujours souriant, toujours poli, faisant l’effort de s’exprimer en français, Wilko est un vrai gentleman, alors on lui pardonne tous ces putain de drops. En plus, c’est le seul Jonny légendaire encore vivant, alors il faut en prendre soin. Wien n’est plus bo que l’ewpwi d’équipe. Et l’amour entre les peuples, aussi. 

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Les 10 souhaits du Rugbynistère pour le rugby français en 2018

Le Rugbynistere

Ça y est, nous sommes en 2018 ! Si vous êtes là, je vous félicite, car cela veut dire vous avez vous avez réussi à passer une année de plus sans mourir. Et ce n’est pas rien, surtout quand on s’inflige des matchs de Top 14 régulièrement. Après une année 2017 globalement catastrophique pour le rugby français, nous avons tous hâte de tourner la page et de prendre plein de bonnes résolutions. Enfin tous, pas vraiment, puisque moi, j’ai décidé de continuer à être aussi con que d’habitude. Et je vous le prouve en vous délivrant mes 10 souhaits pour le rugby français en 2018.  1. Gagner contre l’Italie Dans la vie, il faut savoir être ambitieux. On sait que ça va être très compliqué, mais le XV de France peut réussir ce pari fou : gagner un match sur six lors du prochain Tournoi des VI Nations. L’Italie a un bonne tête de victime, d’autant plus que Jacques Brunel connait bien cette sélection. Nul doute que le technicien auscitain saura cibler les points forts de la Squadra Azzura (Sergio Parisse, qui devrait être en pleine bourre vu qu’il ne veut plus jouer avec le Stade Français) et ses points faibles (les 14 autres joueurs). On y croit. 2. Voir plus de rugby féminin à la télé N’oublions pas que ça reste le moyen le plus simple de voir une équipe de France gagner des matchs de rugby. Bon, sauf contre l’Angleterre. 3. Un gros chèque pour Guy Novès On apprécie ou pas Guy Novès, mais on sera tous d’accord pour dire que le pauvre homme a passé une année 2017 vraiment merdique, et qu’il mérite de toucher le jackpot pour s’offrir 8 mois de vacances à Tahiti. 4. Un gros chèque pour Yannick Bru Lui, ça fait depuis 2012 que sa vie est un enfer. Quand vous passez vos journées avec Philippe Saint-André puis Guy Novès pendant 6 ans, l’expression « joie de vivre » disparait complètement de votre vocabulaire. Cet homme mérite de sourire au moins une fois en 2018. Des vacances, une PS4, un chien, un hand spinner, n’importe quoi, mais il faut trouver une solution. 5. Un gros chèque pour Jeff Dubois Pour qu’il aille enfin chez le coiffeur. 6. Le retour de Yionel Beauxis en équipe de France D’abord, le petit monde du rugby français a cru une mauvaise blague de la Boucherie Ovalie. Mais les plus sceptiques commencent enfin à reconnaître l’évidence : depuis le début de la saison, Yionel Beauxis est tout simpelment le meilleur demi d’ouverture du Top 14. Hier face à Pau, il a encore démontré toute sa classe en réussissant un full house. À 31 ans, le joueur du LOU a atteint la maturité, et il semble évident qu’il est l’élu qui pourra emmener le XV de France vers les sommets, à l’aide de sa fameuse course molle. Bonne Année et Merciiiiiii !!!! @BoucherieOvalie ????????❣️ pic.twitter.com/z26ODBN6bX — Marie-Alice YAHE (@malicey09) 31 décembre 2017 7. Le retour de Terry Bouhraoua en équipe de France de rugby à 7 Il y a un an, Terry Bouhraoua voyageait à Dubaï, Hong Kong, Sydney, Vancouver ou Las Vegas, et enchaînait les essais aux quatre coin de la planète. Depuis son retour au Stade Français, il est devenu N°4 à son poste, et son principal fait d’arme est d’avoir collé une fourchette à un joueur russe lors d’une défaite de son équipe en Sibérie. Libérez cet homme avant qu’il ne se jette sous les rails de la station de métro Porte de Saint-Cloud.  8. Une année plus calme pour Bernard Laporte Cela fait seulement un an et un mois que Bernard Laporte a été élu président de la FFR, et pourtant en ressenti on a l’impression que ça a duré environ 12 ans. Il faut dire que Bernie a fait fort pour son début de mandat, et qu’il compte tellement de casseroles au cul qu’on pourrait croire qu’il a un jour été membre d’un gouvernement de droite. On espère donc une année 2018 un peu plus apaisée avec seulement trois ou quatre nouvelles affaires judiciaires, deux mises en examen grand max et une seule enquête de Mediapart sur ses activités douteuses. Car le rugby français a besoin de sérénité. 9. Faire en sorte que les Français arrêtent avec le surf, ce sport de connard On a tous entendu la terrible histoire des licenciés du club de Bidart qui ont délaissé le ballon ovale pour aller faire du surf. On va quand même pas se laisser bouffer par ces putain de frimeurs, non ? La première mesure à prendre, c’est évidemment d’aller dans toutes les FNAC de France et de remplacer les DVD de Brice de Nice par ceux du Fils à Jo. Jean Dujardin ne fera pas le poids bien longtemps face à Vincent Moscato. Le rugby français va très mal depuis très longtemps. Il était temps d’envisager des solutions nouvelles. Une équipe de France qui ne gagne pas, c’est un sport qui meurt. Durant ma campagne électorale, j’ai en mémoire une réunion à Saint-Jean-de-Luz au cours de laquelle le président du club de Bidart m’avait dit : « J’avais 162 licenciés il y a un an, je n’en ai plus que 67». À côté, il y a des queues de 200 mètres au siège du surf. » (Bernard Laporte, le 28 décembre dernier)   10. Que l’ASM gagne enfin la Champions Cup Clermont aura vécu une fin d’année cauchemardesque. L’infirmerie du club est plus remplie que les tribunes du Stade Jean-Bouin un jour du match, et la qualification pour les phases finales du Top 14 parait désormais compromise. Qu’on soit supporters de l’ASM ou non, c’est forcément une mauvaise nouvelle, parce que personne n’a envie de se taper des matchs genre Toulon – Racing ou Castres – Montpellier en barrages. Pour les amateurs de beau jeu, il faut donc souhaiter que les Jaunards se consolent en faisant un beau parcours en Champions Cup, et pourquoi pas en parvenant enfin à la remporter. Ça fera un beau cadeau de départ à la retraite pour Aurélien Rougerie, et puis ce sera toujours mieux que de voir la gueule de cul d’Owen Farrell soulever ce trophée pour la 3ème fois de suite. 

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Le mur Facebook du XV de France de Guy Novès, épisode 12

Le Rugbynistere

XV de FranceAccueil XV de France Modifier le profil Fil d’actualités Messages Événements Photos Gestionnaire depublicités applications Jeux Musique Pokes Fil de Jeux pages Le Rugbynistère Le Ministère Boucherie Ovalie Ovale Masqué groupes Vous n’avez encore rejoint aucun groupe Guy Novès Samedi 11 novembre 2017, Stade de France Défaite contre les All Blacks 18-38. Première mi-temps complètement à côté de la plaque… J’aime ⋅ Commenter ⋅ Partager Fabien Galthié aime ça. Bernard Laporte Ça fait donc une défaite. Plus que trois matchs à gagner pour atteindre l’objectif fixé… ⋅ J’aime Guy Novès Ça semble aussi bien parti que ton objectif d’organiser la Coupe du monde en France. ⋅ J’aime Jeff Dubois Lartot et Galthié ont dit qu’on avait gagné la deuxième mi-temps. On peut compter ça une victoire du coup ? ⋅ J’aime Yannick Bru Ouais. Au point où on en est, je propose même qu’on compte une victoire à chaque fois qu’on gagne le toss. ⋅ J’aime Guilhem Guirado En même temps, on avait 16 blessés… ⋅ J’aime Wesley Fofana En plus ils jouaient à 16 puisqu’il y avait Doumayrou le All Black sur le terrain… ⋅ J’aime Geoffrey Doumayrou vous allez continuer longtemps avec sa ? ⋅ J’aime Wesley Fofana Oui. ⋅ J’aime Louis Picamoles PICA TRÈS DÉÇU DE SA PRESTATION ⋅ J’aime Louis Picamoles PICA BETTER WHEN HE WAS ENGLISH, PICA WANT TO GO BACK TO NORTHAMPTON ⋅ J’aime Marc Lièvremont Ça c’est la magie du rugby français… ⋅ J’aime Marc Lièvremont … on a réussi à faire regretter à quelqu’un de quitter le nord de l’Angleterre pour le sud de la France. ⋅ J’aime Nans Ducuing Déçu du résultat mais belle réaction en deuxième période, il faut garder cet état d’esprit… ⋅ J’aime Brice Dulin Excuse-moi, mais t’es qui ? ⋅ J’aime Maxime Médard le mec qui fait un énorme en-avant juste avant le 3ème essai des Blacks….. ⋅ J’aime Nans Ducuing Tu veux qu’on reparle de la magnifique passe après contact de ton BFF ? ⋅ J’aime Yoann Huget bah quoi c pa comme sa qui fait Sonibi ! ⋅ J’aime Nans Ducuing Si si, à peu près… ⋅ J’aime Wesley Fofana Mais sinon, sérieusement, c’est ton vrai prénom, Nans ? ⋅ J’aime Dimitri Yachvili En tout cas, grosse performance du petit Dupont à la mêlée. ⋅ J’aime Yannick Bru Oui. Par contre faudrait arrêter avec « le petit Dupont ». ⋅ J’aime Yannick Bru À 12 ans il soulevait sûrement déjà plus que toi au développé-couché à 30 ans. ⋅ J’aime Guy Novès Par contre, si vous pouviez éviter de trop vous extasier sur lui et de me le rendre mauvais, merci… ⋅ J’aime Sébastien Bézy Je vois pas de quoi vous parlez coach. ⋅ J’aime Maxime Machenaud Vous vous rappelez quand il y a 6 mois vous vous touchiez tous sur Serin ? Et maintenant… ⋅ J’aime Baptiste Serin Et maintenant je suis toujours là. Toi, t’es remplaçant de mon remplaçant en club mardi. ⋅ J’aime Maxime Machenaud TG merdeux. ⋅ J’aime Dimitri Yachvili Belleau par contre, bof bof… ⋅ J’aime Jeff Dubois Bah pour une première fois, c’était pas si mal. ⋅ J’aime Yannick Bru Essoufflé au bout d’un quart d’heure. C’est vrai qu’on en a connu qui ont duré moins longtemps. ⋅ J’aime Jeff Dubois On parle toujours de rugby là ? ⋅ J’aime Mourad Boudjellal Avec Halfpenny, vous auriez gagné… ⋅ J’aime Pierre Mignoni Sinon, il y a un 10 français qui enchaîne les très bonnes performances avec le leader du Top 14. ⋅ Boucherie Ovalie aime ça Guy Novès Oui, je connais cette théorie. ⋅ J’aime Franck Azéma C’est dingue Pierre, tu arrives à trouver du temps pour aller sur Facebook ? Pas trop occupé à voler nos joueurs ? ⋅ J’aime Mourad Boudjlellal Ah tiens, ça faisait longtemps qu’on l’avait pas entendu pleurer lui. ⋅ J’aime Marc Lièvremont Sinon, il y a un truc qui me turlupine… ⋅ J’aime Marc Lièvremont Pourquoi Slimani est le meilleur pilier du monde en Top 14 mais un criminel notoire aux yeux des arbitres internationaux ? ⋅ J’aime Yannick Bru C’est du rugby. Si il y avait une logique, ce serait plus du rugby. ⋅ J’aime Jeff Dubois Allez il faut rester positifs. Ça aurait pu être pire… ⋅ J’aime Guy Novès Oui, on aurait pu jouer un deuxième test 3 jours après avec Jules Plisson à l’ouverture… ⋅ J’aime Bernard Laporte Critiquez, critiquez, en attendant ça va remplir les caisses ! ⋅ J’aime Guy Novès Super, comme ça on aura assez d’argent pour se payer un bel hôtel en Afrique du Sud en 2024. ⋅ J’aime Bernard Laporte Mauvaise langue. Vous savez très bien que tout ce que je fais, je le fais pour le bien du rugby amateur… ⋅ J’aime Guy Novès : Ça tombe bien, c’est justement ce qu’on pratique en ce moment, le rugby amateur. ⋅ J’aime Raphaël Chaume et a rejoint un groupe Facebook Dimanche 12 novembre, Marcoussis Infirmerie de Marcoussis J’aime ⋅ Commenter ⋅ Partager Camille Lopez, Rémi Lamerat et 172 autres aiment ça. Camille Lopez Il est des noooootres, il a eu son plâtre comme les aaaaautres ! ⋅ J’aime Gaël Fickou Bienvenue gars ! Tu vas voir on a installé une chicha et une PS4, on est bien. ⋅ J’aime Rémi Lamerat Enfin bon par contre, même sur Rugby 18 on n’arrive pas à battre les Blacks… ⋅ J’aime Wesley Fofana Réussir à terminer un match sur ce jeu c’est déjà un petit exploit… ⋅ J’aime Rémi Lamerat C’est clair, ça ressemble tellement pas à du rugby qu’on dirait qu’ils ont modélisé un match du Racing pour le faire. ⋅ J’aime Jeff Dubois À ce rythme, va falloir prévenir les joueurs de Fédérale qu’ils doivent se tenir prêts à être appelés. ⋅ J’aime Guy Novès Je suis à trois doigts de sélectionner Benzema, au moins on arrêtera de faire chier Didier avec ça. ⋅ J’aime Didier Deschamps C’est gentil, ça commence à devenir un peu lourd oui. ⋅ J’aime Yannick Bru Voyons le positif, on va bientôt pouvoir sélectionner 32 joueurs pour jouer la Coupe du monde handisport. ⋅ J’aime Guy Novès Celle là peut-être qu’on a une chance de l’organiser en France ? ⋅ J’aime Bernard Laporte Vous commencez à me les briser. Et au passage, on n’a pas encore perdu… ⋅ J’aime Serge Simon Je suis d’accord avec Bernard. ⋅ J’aime Serge Simon Au passage, si vous avez besoin d’un médecin… ⋅ J’aime Wesley Fofana Non mais là, même avec tout le casting de la série Urgences ça suffira pas. ⋅ J’aime Aurélien Rougerie Qu’est-ce qu’ils sont fragiles ces jeunes… à mon époque c’était autre chose… ⋅ J’aime Guy Novès Dis Aurélien, tu fais quelque chose mardi soir ? ⋅ J’aime Matthieu Lartot Mardi 14 novembre, Lyon Tiens, on dirait qu’ils ont prévu une petite soirée thématique sur TMC… J’aime ⋅ Commenter ⋅ Partager Costa Concordia aime ça. Jonathan Danty Fé pas très drôle ! ⋅ J’aime Rémi Lamerat On est diffusés sur TMC à 19h ?? Plus personne nous respecte, est tombés dans la Pro D2 du rugby mondial. ⋅ J’aime Wesley Fofana Et encore si on avait mis Dulin et Serin titulaires on aurait été retransmis sur Gulli. ⋅ J’aime Scott Spedding N’écoutez pas ces quolibets, patriotes ! ⋅ J’aime Scott Spedding Si nous devons sombrer mardi soir, nous resterons sur le pont jusqu’à la fin, fier et unis autour de l’amour du drapeau ! ⋅ J’aime Scott Spedding VIVE LA FRANCE ! VIVE LA RÉPUBLIQUE ! ⋅ J’aime Wesley Fofana On lui a dit que ça compte pas comme une sélection et qu’il faut peut-être se calmer ? ⋅ J’aime Scott Spedding SÉLECTION OU PAS, PORTER LE MAILLOT FRANÇAIS RESTE LE PLUS GRAND DES HONNEURS ⋅ J’aime Wesley Fofana Ouais, on en reparle ce soir… ⋅ J’aime ATTENTION ! NE PARTEZ PAS EN VACANCES EN AFRIQUE DU SUDC’EST TRÈS DANGEREUX !(ceci est un message du Midi Olympique, en partenariat avec la FFR)

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Guide de survie au pays du rugby : comment s’occuper pendant un trajet en bus ?

Le Rugbynistere

Vous n’avez probablement pas pu passer à côté, en raison d’une campagne de promotion aussi subtile qu’un déblayage de Mamuka Gorgodze : la Boucherie Ovalie vient de sortir son deuxième livre, intitulé Guide de survie au pays du rugby. Pour ceux qui l’ignorent encore, ce collectif a été créé en 2009 par moi-même, Ovale Masqué, et pour des raisons qui m’échappent, il existe encore 8 ans plus tard. 8 ans au cours duquel nous avons créé des liens étroit avec le Rugbynistère, qui a vu le jour quelques semaines avant nous, et avec qui nous partageons une passion et des valeurs © communes (et aussi pas mal de bières au comptoir du Ministère). Comme je leur ai souvent dit, la Boucherie, c’est un peu le petit cousin attardé du Rugbynistère, celui qui est souvent ivre et qui hurle des conneries un peu trop fort en public. Et malgré ça ils n’ont jamais eu honte de nous. Pire, ils nous ont même souvent ouvert leurs portes. Pour ça, on ne les remerciera jamais assez. Et après un premier tome sorti en 2015 consacré au rugby professionnel, aux clubs, équipes nationales ou grands joueurs, la Boucherie a décidé de revenir aux fondamentaux, et de parler du rugby, du vrai, celui qui est si souvent mis à l’honneur ici : le rugby amateur. Il paraissait donc naturel d’offrir aux lecteurs du Rugbynistère un petit extrait du bouquin : 4 pages consacré à un moment incontournable, les déplacements en bus. Au menu, quelques conseils indispensables pour vivre un voyage inoubliable. Embarquez avec nous !   C’est dimanche matin, il est 7h, vous pénétrez les yeux encore à moitié fermés dans le bus qui vous emmène à l’autre bout de la région. Dans votre poche, un vieil iPod mis à jour pour la dernière fois il y a trois ans et dont la moitié des chansons vous font honte. Très vite va se poser un problème déterminant pour la suite de votre journée : « Mais bordel qu’est-ce que je vais bien pouvoir foutre pendant le trajet ? ». Voici donc quelques idées pour ne pas rendre l’aller-retour de votre voyage aussi long et chiant qu’un match du Racing 92.  Le saviez-vous ? Depuis quelques années, les autocars sont obligatoirement équipés de ceintures de sécurité sur tous les sièges. Elles ont permis à de nombreux rugbymen d’ouvrir leur bière en l’absence de décapsuleur. Merci la sécurité routière. Lire :  Un livre ? Et puis quoi encore. La seule chose que vous êtes autorisé à lire dans un bus, c’est un magazine de rugby (volé au club-house à une époque tellement lointaine qu’il y a un poster de Yannick Jauzion à l’intérieur) mais que vous ramenez toutes les semaines sans jamais l’ouvrir, comme par superstition. Ou alors le dernier Midi-Olympique. Toutefois il est fortement déconseillé de ramener le journal jaune le plus célèbre du monde du Sud-Ouest car :  Ce n’est pas pratique à lire et à chaque fois que vous tournerez une page, votre voisin se prendra une mandale involontaire. A peine le temps de l’ouvrir et trois personnes vous auront demandé si elles peuvent vous l’emprunter. Or, soyons clair, si vous dites oui, votre journal est condamné à passer de siège en siège et lorsque vous remettrez la main dessus, les rares pages qui n’auront pas été perdues seront dans le désordre le plus total.  Vous prenez le risque qu’un de vos coéquipiers, lisant par-dessus votre épaule, décide d’engager très sérieusement la conversation sur une des actualités rugbystiques du moment (la nullité du sélectionneur de l’équipe de France, la fin des valeurs® ou la dernière déclaration de Mourad Boudjellal). Très vite, d’autres se joindront à la conversation et iront de leur yaka-faukon qui feront passer les avis du PMU du coin pour des interventions hautement philosophiques et pertinentes. Autant vous dire que ni vous, ni l’estime que vous portez à vos camarades de vestiaire ne sortiront indemnes de ces débats. Jouer aux cartes :  Activité très plébiscitée par le staff et les joueurs de plus de 35 ans. Elle se déroule autour d’une table de fortune à peu près aussi stable qu’une mêlée du Top 14. Les parties se disputent généralement à quatre et les jeux que l’on retrouve le plus sont : la belote, le tarot, le poker, la bataille corse, le tas de merde (parce que le nom est rigolo) et le kem’s. Une fois sur deux, la partie finira en pugilat et en véritable engueulade parce que l’un des joueurs triche. En général c’est le pilier, mais il parait que c’est normal c’est dans leurs gênes. Comme l’adresse pour les Fidjiens dirait Pierre Villepreux.  Chanter :  Pas de complexes à avoir. Omar Hasan ne joue pas dans votre équipe et la prophétie dit que le prochain joueur de rugby à chanter correctement ne débarquera que dans 2 millénaires. Il suffit d’ailleurs d’écouter les internationaux chanter les hymnes pour s’en rendre compte. Chansons paillardes, tubes des années 80, en équipe ou en solo, a capella ou par-dessus la radio, tout est possible. Pour pimenter l’instant, vous pouvez même la jouer façon « The Voice » : le premier qui réussit à faire se retourner le chauffeur, excédé, gagne.  Boire : Attention, il est préférable de garder cette activité pour le retour. Surtout que victoire ou défaite, le contexte s’y prêtera dans tous les cas. Si vous vous ennuyez vraiment et que vous voulez attaquer dès le matin, n’oubliez pas : il faut environ 2h pour éliminer une pinte et il est préférable d’être à peu près sobre pour le coup d’envoi. Anticipez donc bien le temps de trajet et maitrisez votre consommation. Si nécessaire, demandez à l’intello de l’équipe de faire les calculs nécessaires pour vous guider et cadencez votre consommation. Refaire le match :  Activité particulièrement plébiscitée sur le chemin du retour, chacun raconte les actions marquantes de la partie et explique comment il a empêché un essai ou débloqué une situation grâce à un geste technique de haute volée. Vous noterez d’ailleurs qu’il s’en faut toujours de peu (une passe de merde, une règle stupide ou la présence d’un adversaire sur le terrain) pour que vous assistiez à l’action de la décennie. Par ailleurs, n’hésitez pas à pratiquer cette activité avec le joueur qui a pris un KO et qui ne se souvient de rien. Ça lui permettra de ne pas être venu pour rien.  Organiser une bagarre :  Rien de tel qu’une bagarre pour souder ou divertir un groupe. Avant le match pour s’échauffer ou après pour évacuer la frustration et l’adrénaline : comme l’alcool, tous les prétextes sont bons. La seule vraie contrainte de la bagarre est de réussir à déterminer, non pas un motif (chacun trouvera ses raisons), mais des camps pour s’y prêter. Bien souvent, cela tournera à une bagarre entre catégories (pour l’école de rugby), entre les avants et les trois quarts (en général à l’initiative des avants) ou à une bagarre entre l’équipe première et la réserve. Quelques règles tout de même : on frappe toujours paumes de mains ouvertes et on se stoppe quand le demi de mêlée (généralement pas le dernier à s’y filer) a perdu connaissance. On n’est pas des sauvages.   Bizuter les nouveaux :  En ce qui concerne les sports collectifs, l’intégration est un facteur déterminant de la performance. Quand des nouveaux rejoignent le groupe, il est donc important de savoir les accueillir. Et qui dit accueil, dit rituel. Chaque équipe a les siens. Ils se transmettent souvent de générations en générations et, aussi cons soient-ils, il est difficile d’y échapper. Les plus gentils consisteront à raconter une blague ou chanter une chanson au micro du bus. Plus « marquant », il peut aussi être question d’un petit combat en un contre un avec le plus costaud de l’équipe dans l’allée du bus. Enfin, le cauchemar des trois quarts : le passage chez le coiffeur. Et par coiffeur, il faut comprendre « le deuxième ligne équipé de la paire de ciseaux qui sert normalement à couper l’elastoplast ». Faire de la prévention routière :  Cette activité est longtemps celle qui a demandé le plus de matériel puisqu’elle implique l’utilisation d’un flash d’appareil photo. Miracle de la téléphonie intelligente, elle est aujourd’hui à la portée de tout le monde. Son objectif est double : prévenir les excès de vitesse sur l’autoroute et gâcher la fin de journée du branleur qui a l’outrecuidance de doubler le bus. L’activité se déroule en plusieurs étapes, de préférence la nuit :  D’abord, fermez les rideaux à proximité du lieu de l’exaction. Placez-vous près d’une vitre et attendez qu’une voiture vous double à vive allure.  Au moment où elle arrive à votre niveau, prenez une photo avec le flash en restant discrètement caché derrière votre rideau. Enfin : profitez du spectacle.  Trop occupé à regarder la route, l’automobiliste n’aura pas pu voir l’origine de la lumière et sera persuadé d’avoir été injustement flashé par un des nombreux radars du gouvernement corrompu et soutenu par les merdias et les islamos-gauchistes. Vous pourrez alors (discrètement toujours) le contempler en train de pester, jeter des coups d’oeil furtif vers son compteur de vitesse (« mais putain j’étais à peine à 130 ! ») et, cerise sur le gâteau, vous pourrez peut-être même le voir s’engueuler avec sa femme. Mais rassurez-vous, la simple lumière des feux de stop suffira à faire exulter tout le bus. Tester les nerfs du chauffeur :  Le chauffeur est le facteur X du voyage. Le seul individu que vous ne connaissez pas et ne maitrisez pas dans cet espace confiné. Vous pouvez rencontrer plusieurs typologies de chauffeur : le sympa qui jouera le jeu quand vous lui demanderez d’appuyer sur le champignon, le robot qui restera impassible tout le trajet (il se plaindra à sa direction le lendemain et sa compagnie refusera ensuite de vous transporter, ce qui vous vaudra l’ire de votre président à l’entraînement la semaine suivante), ou le dictateur qui engueulera tout le monde avant même le départ du bus et n’hésitera pas à s’arrêter sur la bande d’arrêt d’urgence au moindre débordement. Une bonne occupation pour vous et quelques camarades peut être de « tester » votre chauffeur (surtout à l’aller quand le retour risque d’être mouvementé). Pour établir un diagnostic de personnalité, voici quelques exercices simples pour mesurer sa patience et sa tolérance.  Fumez ostensiblement dans le bus (pas forcément des clopes)  Demandez-lui d’ouvrir la trappe car il fait chaud, puis quelques minutes plus tard demandez-lui de fermer la trappe car il pleut puis demandez-lui à nouveau d’ouvrir la trappe car ça pue, puis de la fermer car il fait froid, etc.  Relayez-vous pour lui demander à intervalle régulier si vous êtes bientôt arrivés.  Faites-lui croire que vous avez oublié le demi de mêlée sur la dernière aire d’autoroute (si possible oubliez-le vraiment c’est encore mieux). Allez lui demander innocemment si c’est normal que certains dossiers de siège soient cassés ou que certains rideaux se décrochent tout seul.  Mettez en doute son itinéraire et ses choix de route quand vous êtes dans des petits patelins perdus au milieu de nul part. Demandez-lui de mettre un DVD. Soit il acceptera sans tarder en pensant que ça calmera tout le monde, soit il prétextera que le lecteur ne marche pas (c’est souvent vrai) et qu’il n’a pas de DVD. Dans ce cas, dites que vous avez justement des films et introduisez le CD offert avec la revue porno que vous avez acheté sur l’aire d’autoroute où vous avez oublié le demi de mêlée un peu plus tôt.  Montrer son cul :  Les Valeurs du rugby ®, c’est avant tout les valeurs du partage et de la camaraderie. Et il n’y a pas de raisons pour que seuls les passagers du bus en profitent. La vitre du fond, une rangée de culs et c’est la fête sur l’autoroute ! Vous avez aimé cet extrait ? Plein d’autres surprises vous attendent dans #LeMeilleurGuideDuMonde. Si vous souhaitez vous le procurer, il est disponible aux éditions Marabout pour la somme de 29€90. Vous pouvez le trouver en librairies, à la FNAC ou encore sur Amazon. Chaque exemplaire vendu servira à financer la plus noble des causes : l’alcoolisme de ses auteurs. 

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)