Ovale Masque

Cette utilisateur n'a partagé aucune information biographique

Acccueil: http://www.lerugbynistere.fr/rss.php


Article par Ovale Masque

Les 10 souhaits du Rugbynistère pour le rugby français en 2018

Le Rugbynistere

Ça y est, nous sommes en 2018 ! Si vous êtes là, je vous félicite, car cela veut dire vous avez vous avez réussi à passer une année de plus sans mourir. Et ce n’est pas rien, surtout quand on s’inflige des matchs de Top 14 régulièrement. Après une année 2017 globalement catastrophique pour le rugby français, nous avons tous hâte de tourner la page et de prendre plein de bonnes résolutions. Enfin tous, pas vraiment, puisque moi, j’ai décidé de continuer à être aussi con que d’habitude. Et je vous le prouve en vous délivrant mes 10 souhaits pour le rugby français en 2018.  1. Gagner contre l’Italie Dans la vie, il faut savoir être ambitieux. On sait que ça va être très compliqué, mais le XV de France peut réussir ce pari fou : gagner un match sur six lors du prochain Tournoi des VI Nations. L’Italie a un bonne tête de victime, d’autant plus que Jacques Brunel connait bien cette sélection. Nul doute que le technicien auscitain saura cibler les points forts de la Squadra Azzura (Sergio Parisse, qui devrait être en pleine bourre vu qu’il ne veut plus jouer avec le Stade Français) et ses points faibles (les 14 autres joueurs). On y croit. 2. Voir plus de rugby féminin à la télé N’oublions pas que ça reste le moyen le plus simple de voir une équipe de France gagner des matchs de rugby. Bon, sauf contre l’Angleterre. 3. Un gros chèque pour Guy Novès On apprécie ou pas Guy Novès, mais on sera tous d’accord pour dire que le pauvre homme a passé une année 2017 vraiment merdique, et qu’il mérite de toucher le jackpot pour s’offrir 8 mois de vacances à Tahiti. 4. Un gros chèque pour Yannick Bru Lui, ça fait depuis 2012 que sa vie est un enfer. Quand vous passez vos journées avec Philippe Saint-André puis Guy Novès pendant 6 ans, l’expression « joie de vivre » disparait complètement de votre vocabulaire. Cet homme mérite de sourire au moins une fois en 2018. Des vacances, une PS4, un chien, un hand spinner, n’importe quoi, mais il faut trouver une solution. 5. Un gros chèque pour Jeff Dubois Pour qu’il aille enfin chez le coiffeur. 6. Le retour de Yionel Beauxis en équipe de France D’abord, le petit monde du rugby français a cru une mauvaise blague de la Boucherie Ovalie. Mais les plus sceptiques commencent enfin à reconnaître l’évidence : depuis le début de la saison, Yionel Beauxis est tout simpelment le meilleur demi d’ouverture du Top 14. Hier face à Pau, il a encore démontré toute sa classe en réussissant un full house. À 31 ans, le joueur du LOU a atteint la maturité, et il semble évident qu’il est l’élu qui pourra emmener le XV de France vers les sommets, à l’aide de sa fameuse course molle. Bonne Année et Merciiiiiii !!!! @BoucherieOvalie ????????❣️ pic.twitter.com/z26ODBN6bX — Marie-Alice YAHE (@malicey09) 31 décembre 2017 7. Le retour de Terry Bouhraoua en équipe de France de rugby à 7 Il y a un an, Terry Bouhraoua voyageait à Dubaï, Hong Kong, Sydney, Vancouver ou Las Vegas, et enchaînait les essais aux quatre coin de la planète. Depuis son retour au Stade Français, il est devenu N°4 à son poste, et son principal fait d’arme est d’avoir collé une fourchette à un joueur russe lors d’une défaite de son équipe en Sibérie. Libérez cet homme avant qu’il ne se jette sous les rails de la station de métro Porte de Saint-Cloud.  8. Une année plus calme pour Bernard Laporte Cela fait seulement un an et un mois que Bernard Laporte a été élu président de la FFR, et pourtant en ressenti on a l’impression que ça a duré environ 12 ans. Il faut dire que Bernie a fait fort pour son début de mandat, et qu’il compte tellement de casseroles au cul qu’on pourrait croire qu’il a un jour été membre d’un gouvernement de droite. On espère donc une année 2018 un peu plus apaisée avec seulement trois ou quatre nouvelles affaires judiciaires, deux mises en examen grand max et une seule enquête de Mediapart sur ses activités douteuses. Car le rugby français a besoin de sérénité. 9. Faire en sorte que les Français arrêtent avec le surf, ce sport de connard On a tous entendu la terrible histoire des licenciés du club de Bidart qui ont délaissé le ballon ovale pour aller faire du surf. On va quand même pas se laisser bouffer par ces putain de frimeurs, non ? La première mesure à prendre, c’est évidemment d’aller dans toutes les FNAC de France et de remplacer les DVD de Brice de Nice par ceux du Fils à Jo. Jean Dujardin ne fera pas le poids bien longtemps face à Vincent Moscato. Le rugby français va très mal depuis très longtemps. Il était temps d’envisager des solutions nouvelles. Une équipe de France qui ne gagne pas, c’est un sport qui meurt. Durant ma campagne électorale, j’ai en mémoire une réunion à Saint-Jean-de-Luz au cours de laquelle le président du club de Bidart m’avait dit : « J’avais 162 licenciés il y a un an, je n’en ai plus que 67». À côté, il y a des queues de 200 mètres au siège du surf. » (Bernard Laporte, le 28 décembre dernier)   10. Que l’ASM gagne enfin la Champions Cup Clermont aura vécu une fin d’année cauchemardesque. L’infirmerie du club est plus remplie que les tribunes du Stade Jean-Bouin un jour du match, et la qualification pour les phases finales du Top 14 parait désormais compromise. Qu’on soit supporters de l’ASM ou non, c’est forcément une mauvaise nouvelle, parce que personne n’a envie de se taper des matchs genre Toulon – Racing ou Castres – Montpellier en barrages. Pour les amateurs de beau jeu, il faut donc souhaiter que les Jaunards se consolent en faisant un beau parcours en Champions Cup, et pourquoi pas en parvenant enfin à la remporter. Ça fera un beau cadeau de départ à la retraite pour Aurélien Rougerie, et puis ce sera toujours mieux que de voir la gueule de cul d’Owen Farrell soulever ce trophée pour la 3ème fois de suite. 

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Le mur Facebook du XV de France de Guy Novès, épisode 12

Le Rugbynistere

XV de FranceAccueil XV de France Modifier le profil Fil d’actualités Messages Événements Photos Gestionnaire depublicités applications Jeux Musique Pokes Fil de Jeux pages Le Rugbynistère Le Ministère Boucherie Ovalie Ovale Masqué groupes Vous n’avez encore rejoint aucun groupe Guy Novès Samedi 11 novembre 2017, Stade de France Défaite contre les All Blacks 18-38. Première mi-temps complètement à côté de la plaque… J’aime ⋅ Commenter ⋅ Partager Fabien Galthié aime ça. Bernard Laporte Ça fait donc une défaite. Plus que trois matchs à gagner pour atteindre l’objectif fixé… ⋅ J’aime Guy Novès Ça semble aussi bien parti que ton objectif d’organiser la Coupe du monde en France. ⋅ J’aime Jeff Dubois Lartot et Galthié ont dit qu’on avait gagné la deuxième mi-temps. On peut compter ça une victoire du coup ? ⋅ J’aime Yannick Bru Ouais. Au point où on en est, je propose même qu’on compte une victoire à chaque fois qu’on gagne le toss. ⋅ J’aime Guilhem Guirado En même temps, on avait 16 blessés… ⋅ J’aime Wesley Fofana En plus ils jouaient à 16 puisqu’il y avait Doumayrou le All Black sur le terrain… ⋅ J’aime Geoffrey Doumayrou vous allez continuer longtemps avec sa ? ⋅ J’aime Wesley Fofana Oui. ⋅ J’aime Louis Picamoles PICA TRÈS DÉÇU DE SA PRESTATION ⋅ J’aime Louis Picamoles PICA BETTER WHEN HE WAS ENGLISH, PICA WANT TO GO BACK TO NORTHAMPTON ⋅ J’aime Marc Lièvremont Ça c’est la magie du rugby français… ⋅ J’aime Marc Lièvremont … on a réussi à faire regretter à quelqu’un de quitter le nord de l’Angleterre pour le sud de la France. ⋅ J’aime Nans Ducuing Déçu du résultat mais belle réaction en deuxième période, il faut garder cet état d’esprit… ⋅ J’aime Brice Dulin Excuse-moi, mais t’es qui ? ⋅ J’aime Maxime Médard le mec qui fait un énorme en-avant juste avant le 3ème essai des Blacks….. ⋅ J’aime Nans Ducuing Tu veux qu’on reparle de la magnifique passe après contact de ton BFF ? ⋅ J’aime Yoann Huget bah quoi c pa comme sa qui fait Sonibi ! ⋅ J’aime Nans Ducuing Si si, à peu près… ⋅ J’aime Wesley Fofana Mais sinon, sérieusement, c’est ton vrai prénom, Nans ? ⋅ J’aime Dimitri Yachvili En tout cas, grosse performance du petit Dupont à la mêlée. ⋅ J’aime Yannick Bru Oui. Par contre faudrait arrêter avec « le petit Dupont ». ⋅ J’aime Yannick Bru À 12 ans il soulevait sûrement déjà plus que toi au développé-couché à 30 ans. ⋅ J’aime Guy Novès Par contre, si vous pouviez éviter de trop vous extasier sur lui et de me le rendre mauvais, merci… ⋅ J’aime Sébastien Bézy Je vois pas de quoi vous parlez coach. ⋅ J’aime Maxime Machenaud Vous vous rappelez quand il y a 6 mois vous vous touchiez tous sur Serin ? Et maintenant… ⋅ J’aime Baptiste Serin Et maintenant je suis toujours là. Toi, t’es remplaçant de mon remplaçant en club mardi. ⋅ J’aime Maxime Machenaud TG merdeux. ⋅ J’aime Dimitri Yachvili Belleau par contre, bof bof… ⋅ J’aime Jeff Dubois Bah pour une première fois, c’était pas si mal. ⋅ J’aime Yannick Bru Essoufflé au bout d’un quart d’heure. C’est vrai qu’on en a connu qui ont duré moins longtemps. ⋅ J’aime Jeff Dubois On parle toujours de rugby là ? ⋅ J’aime Mourad Boudjellal Avec Halfpenny, vous auriez gagné… ⋅ J’aime Pierre Mignoni Sinon, il y a un 10 français qui enchaîne les très bonnes performances avec le leader du Top 14. ⋅ Boucherie Ovalie aime ça Guy Novès Oui, je connais cette théorie. ⋅ J’aime Franck Azéma C’est dingue Pierre, tu arrives à trouver du temps pour aller sur Facebook ? Pas trop occupé à voler nos joueurs ? ⋅ J’aime Mourad Boudjlellal Ah tiens, ça faisait longtemps qu’on l’avait pas entendu pleurer lui. ⋅ J’aime Marc Lièvremont Sinon, il y a un truc qui me turlupine… ⋅ J’aime Marc Lièvremont Pourquoi Slimani est le meilleur pilier du monde en Top 14 mais un criminel notoire aux yeux des arbitres internationaux ? ⋅ J’aime Yannick Bru C’est du rugby. Si il y avait une logique, ce serait plus du rugby. ⋅ J’aime Jeff Dubois Allez il faut rester positifs. Ça aurait pu être pire… ⋅ J’aime Guy Novès Oui, on aurait pu jouer un deuxième test 3 jours après avec Jules Plisson à l’ouverture… ⋅ J’aime Bernard Laporte Critiquez, critiquez, en attendant ça va remplir les caisses ! ⋅ J’aime Guy Novès Super, comme ça on aura assez d’argent pour se payer un bel hôtel en Afrique du Sud en 2024. ⋅ J’aime Bernard Laporte Mauvaise langue. Vous savez très bien que tout ce que je fais, je le fais pour le bien du rugby amateur… ⋅ J’aime Guy Novès : Ça tombe bien, c’est justement ce qu’on pratique en ce moment, le rugby amateur. ⋅ J’aime Raphaël Chaume et a rejoint un groupe Facebook Dimanche 12 novembre, Marcoussis Infirmerie de Marcoussis J’aime ⋅ Commenter ⋅ Partager Camille Lopez, Rémi Lamerat et 172 autres aiment ça. Camille Lopez Il est des noooootres, il a eu son plâtre comme les aaaaautres ! ⋅ J’aime Gaël Fickou Bienvenue gars ! Tu vas voir on a installé une chicha et une PS4, on est bien. ⋅ J’aime Rémi Lamerat Enfin bon par contre, même sur Rugby 18 on n’arrive pas à battre les Blacks… ⋅ J’aime Wesley Fofana Réussir à terminer un match sur ce jeu c’est déjà un petit exploit… ⋅ J’aime Rémi Lamerat C’est clair, ça ressemble tellement pas à du rugby qu’on dirait qu’ils ont modélisé un match du Racing pour le faire. ⋅ J’aime Jeff Dubois À ce rythme, va falloir prévenir les joueurs de Fédérale qu’ils doivent se tenir prêts à être appelés. ⋅ J’aime Guy Novès Je suis à trois doigts de sélectionner Benzema, au moins on arrêtera de faire chier Didier avec ça. ⋅ J’aime Didier Deschamps C’est gentil, ça commence à devenir un peu lourd oui. ⋅ J’aime Yannick Bru Voyons le positif, on va bientôt pouvoir sélectionner 32 joueurs pour jouer la Coupe du monde handisport. ⋅ J’aime Guy Novès Celle là peut-être qu’on a une chance de l’organiser en France ? ⋅ J’aime Bernard Laporte Vous commencez à me les briser. Et au passage, on n’a pas encore perdu… ⋅ J’aime Serge Simon Je suis d’accord avec Bernard. ⋅ J’aime Serge Simon Au passage, si vous avez besoin d’un médecin… ⋅ J’aime Wesley Fofana Non mais là, même avec tout le casting de la série Urgences ça suffira pas. ⋅ J’aime Aurélien Rougerie Qu’est-ce qu’ils sont fragiles ces jeunes… à mon époque c’était autre chose… ⋅ J’aime Guy Novès Dis Aurélien, tu fais quelque chose mardi soir ? ⋅ J’aime Matthieu Lartot Mardi 14 novembre, Lyon Tiens, on dirait qu’ils ont prévu une petite soirée thématique sur TMC… J’aime ⋅ Commenter ⋅ Partager Costa Concordia aime ça. Jonathan Danty Fé pas très drôle ! ⋅ J’aime Rémi Lamerat On est diffusés sur TMC à 19h ?? Plus personne nous respecte, est tombés dans la Pro D2 du rugby mondial. ⋅ J’aime Wesley Fofana Et encore si on avait mis Dulin et Serin titulaires on aurait été retransmis sur Gulli. ⋅ J’aime Scott Spedding N’écoutez pas ces quolibets, patriotes ! ⋅ J’aime Scott Spedding Si nous devons sombrer mardi soir, nous resterons sur le pont jusqu’à la fin, fier et unis autour de l’amour du drapeau ! ⋅ J’aime Scott Spedding VIVE LA FRANCE ! VIVE LA RÉPUBLIQUE ! ⋅ J’aime Wesley Fofana On lui a dit que ça compte pas comme une sélection et qu’il faut peut-être se calmer ? ⋅ J’aime Scott Spedding SÉLECTION OU PAS, PORTER LE MAILLOT FRANÇAIS RESTE LE PLUS GRAND DES HONNEURS ⋅ J’aime Wesley Fofana Ouais, on en reparle ce soir… ⋅ J’aime ATTENTION ! NE PARTEZ PAS EN VACANCES EN AFRIQUE DU SUDC’EST TRÈS DANGEREUX !(ceci est un message du Midi Olympique, en partenariat avec la FFR)

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Guide de survie au pays du rugby : comment s’occuper pendant un trajet en bus ?

Le Rugbynistere

Vous n’avez probablement pas pu passer à côté, en raison d’une campagne de promotion aussi subtile qu’un déblayage de Mamuka Gorgodze : la Boucherie Ovalie vient de sortir son deuxième livre, intitulé Guide de survie au pays du rugby. Pour ceux qui l’ignorent encore, ce collectif a été créé en 2009 par moi-même, Ovale Masqué, et pour des raisons qui m’échappent, il existe encore 8 ans plus tard. 8 ans au cours duquel nous avons créé des liens étroit avec le Rugbynistère, qui a vu le jour quelques semaines avant nous, et avec qui nous partageons une passion et des valeurs © communes (et aussi pas mal de bières au comptoir du Ministère). Comme je leur ai souvent dit, la Boucherie, c’est un peu le petit cousin attardé du Rugbynistère, celui qui est souvent ivre et qui hurle des conneries un peu trop fort en public. Et malgré ça ils n’ont jamais eu honte de nous. Pire, ils nous ont même souvent ouvert leurs portes. Pour ça, on ne les remerciera jamais assez. Et après un premier tome sorti en 2015 consacré au rugby professionnel, aux clubs, équipes nationales ou grands joueurs, la Boucherie a décidé de revenir aux fondamentaux, et de parler du rugby, du vrai, celui qui est si souvent mis à l’honneur ici : le rugby amateur. Il paraissait donc naturel d’offrir aux lecteurs du Rugbynistère un petit extrait du bouquin : 4 pages consacré à un moment incontournable, les déplacements en bus. Au menu, quelques conseils indispensables pour vivre un voyage inoubliable. Embarquez avec nous !   C’est dimanche matin, il est 7h, vous pénétrez les yeux encore à moitié fermés dans le bus qui vous emmène à l’autre bout de la région. Dans votre poche, un vieil iPod mis à jour pour la dernière fois il y a trois ans et dont la moitié des chansons vous font honte. Très vite va se poser un problème déterminant pour la suite de votre journée : « Mais bordel qu’est-ce que je vais bien pouvoir foutre pendant le trajet ? ». Voici donc quelques idées pour ne pas rendre l’aller-retour de votre voyage aussi long et chiant qu’un match du Racing 92.  Le saviez-vous ? Depuis quelques années, les autocars sont obligatoirement équipés de ceintures de sécurité sur tous les sièges. Elles ont permis à de nombreux rugbymen d’ouvrir leur bière en l’absence de décapsuleur. Merci la sécurité routière. Lire :  Un livre ? Et puis quoi encore. La seule chose que vous êtes autorisé à lire dans un bus, c’est un magazine de rugby (volé au club-house à une époque tellement lointaine qu’il y a un poster de Yannick Jauzion à l’intérieur) mais que vous ramenez toutes les semaines sans jamais l’ouvrir, comme par superstition. Ou alors le dernier Midi-Olympique. Toutefois il est fortement déconseillé de ramener le journal jaune le plus célèbre du monde du Sud-Ouest car :  Ce n’est pas pratique à lire et à chaque fois que vous tournerez une page, votre voisin se prendra une mandale involontaire. A peine le temps de l’ouvrir et trois personnes vous auront demandé si elles peuvent vous l’emprunter. Or, soyons clair, si vous dites oui, votre journal est condamné à passer de siège en siège et lorsque vous remettrez la main dessus, les rares pages qui n’auront pas été perdues seront dans le désordre le plus total.  Vous prenez le risque qu’un de vos coéquipiers, lisant par-dessus votre épaule, décide d’engager très sérieusement la conversation sur une des actualités rugbystiques du moment (la nullité du sélectionneur de l’équipe de France, la fin des valeurs® ou la dernière déclaration de Mourad Boudjellal). Très vite, d’autres se joindront à la conversation et iront de leur yaka-faukon qui feront passer les avis du PMU du coin pour des interventions hautement philosophiques et pertinentes. Autant vous dire que ni vous, ni l’estime que vous portez à vos camarades de vestiaire ne sortiront indemnes de ces débats. Jouer aux cartes :  Activité très plébiscitée par le staff et les joueurs de plus de 35 ans. Elle se déroule autour d’une table de fortune à peu près aussi stable qu’une mêlée du Top 14. Les parties se disputent généralement à quatre et les jeux que l’on retrouve le plus sont : la belote, le tarot, le poker, la bataille corse, le tas de merde (parce que le nom est rigolo) et le kem’s. Une fois sur deux, la partie finira en pugilat et en véritable engueulade parce que l’un des joueurs triche. En général c’est le pilier, mais il parait que c’est normal c’est dans leurs gênes. Comme l’adresse pour les Fidjiens dirait Pierre Villepreux.  Chanter :  Pas de complexes à avoir. Omar Hasan ne joue pas dans votre équipe et la prophétie dit que le prochain joueur de rugby à chanter correctement ne débarquera que dans 2 millénaires. Il suffit d’ailleurs d’écouter les internationaux chanter les hymnes pour s’en rendre compte. Chansons paillardes, tubes des années 80, en équipe ou en solo, a capella ou par-dessus la radio, tout est possible. Pour pimenter l’instant, vous pouvez même la jouer façon « The Voice » : le premier qui réussit à faire se retourner le chauffeur, excédé, gagne.  Boire : Attention, il est préférable de garder cette activité pour le retour. Surtout que victoire ou défaite, le contexte s’y prêtera dans tous les cas. Si vous vous ennuyez vraiment et que vous voulez attaquer dès le matin, n’oubliez pas : il faut environ 2h pour éliminer une pinte et il est préférable d’être à peu près sobre pour le coup d’envoi. Anticipez donc bien le temps de trajet et maitrisez votre consommation. Si nécessaire, demandez à l’intello de l’équipe de faire les calculs nécessaires pour vous guider et cadencez votre consommation. Refaire le match :  Activité particulièrement plébiscitée sur le chemin du retour, chacun raconte les actions marquantes de la partie et explique comment il a empêché un essai ou débloqué une situation grâce à un geste technique de haute volée. Vous noterez d’ailleurs qu’il s’en faut toujours de peu (une passe de merde, une règle stupide ou la présence d’un adversaire sur le terrain) pour que vous assistiez à l’action de la décennie. Par ailleurs, n’hésitez pas à pratiquer cette activité avec le joueur qui a pris un KO et qui ne se souvient de rien. Ça lui permettra de ne pas être venu pour rien.  Organiser une bagarre :  Rien de tel qu’une bagarre pour souder ou divertir un groupe. Avant le match pour s’échauffer ou après pour évacuer la frustration et l’adrénaline : comme l’alcool, tous les prétextes sont bons. La seule vraie contrainte de la bagarre est de réussir à déterminer, non pas un motif (chacun trouvera ses raisons), mais des camps pour s’y prêter. Bien souvent, cela tournera à une bagarre entre catégories (pour l’école de rugby), entre les avants et les trois quarts (en général à l’initiative des avants) ou à une bagarre entre l’équipe première et la réserve. Quelques règles tout de même : on frappe toujours paumes de mains ouvertes et on se stoppe quand le demi de mêlée (généralement pas le dernier à s’y filer) a perdu connaissance. On n’est pas des sauvages.   Bizuter les nouveaux :  En ce qui concerne les sports collectifs, l’intégration est un facteur déterminant de la performance. Quand des nouveaux rejoignent le groupe, il est donc important de savoir les accueillir. Et qui dit accueil, dit rituel. Chaque équipe a les siens. Ils se transmettent souvent de générations en générations et, aussi cons soient-ils, il est difficile d’y échapper. Les plus gentils consisteront à raconter une blague ou chanter une chanson au micro du bus. Plus « marquant », il peut aussi être question d’un petit combat en un contre un avec le plus costaud de l’équipe dans l’allée du bus. Enfin, le cauchemar des trois quarts : le passage chez le coiffeur. Et par coiffeur, il faut comprendre « le deuxième ligne équipé de la paire de ciseaux qui sert normalement à couper l’elastoplast ». Faire de la prévention routière :  Cette activité est longtemps celle qui a demandé le plus de matériel puisqu’elle implique l’utilisation d’un flash d’appareil photo. Miracle de la téléphonie intelligente, elle est aujourd’hui à la portée de tout le monde. Son objectif est double : prévenir les excès de vitesse sur l’autoroute et gâcher la fin de journée du branleur qui a l’outrecuidance de doubler le bus. L’activité se déroule en plusieurs étapes, de préférence la nuit :  D’abord, fermez les rideaux à proximité du lieu de l’exaction. Placez-vous près d’une vitre et attendez qu’une voiture vous double à vive allure.  Au moment où elle arrive à votre niveau, prenez une photo avec le flash en restant discrètement caché derrière votre rideau. Enfin : profitez du spectacle.  Trop occupé à regarder la route, l’automobiliste n’aura pas pu voir l’origine de la lumière et sera persuadé d’avoir été injustement flashé par un des nombreux radars du gouvernement corrompu et soutenu par les merdias et les islamos-gauchistes. Vous pourrez alors (discrètement toujours) le contempler en train de pester, jeter des coups d’oeil furtif vers son compteur de vitesse (« mais putain j’étais à peine à 130 ! ») et, cerise sur le gâteau, vous pourrez peut-être même le voir s’engueuler avec sa femme. Mais rassurez-vous, la simple lumière des feux de stop suffira à faire exulter tout le bus. Tester les nerfs du chauffeur :  Le chauffeur est le facteur X du voyage. Le seul individu que vous ne connaissez pas et ne maitrisez pas dans cet espace confiné. Vous pouvez rencontrer plusieurs typologies de chauffeur : le sympa qui jouera le jeu quand vous lui demanderez d’appuyer sur le champignon, le robot qui restera impassible tout le trajet (il se plaindra à sa direction le lendemain et sa compagnie refusera ensuite de vous transporter, ce qui vous vaudra l’ire de votre président à l’entraînement la semaine suivante), ou le dictateur qui engueulera tout le monde avant même le départ du bus et n’hésitera pas à s’arrêter sur la bande d’arrêt d’urgence au moindre débordement. Une bonne occupation pour vous et quelques camarades peut être de « tester » votre chauffeur (surtout à l’aller quand le retour risque d’être mouvementé). Pour établir un diagnostic de personnalité, voici quelques exercices simples pour mesurer sa patience et sa tolérance.  Fumez ostensiblement dans le bus (pas forcément des clopes)  Demandez-lui d’ouvrir la trappe car il fait chaud, puis quelques minutes plus tard demandez-lui de fermer la trappe car il pleut puis demandez-lui à nouveau d’ouvrir la trappe car ça pue, puis de la fermer car il fait froid, etc.  Relayez-vous pour lui demander à intervalle régulier si vous êtes bientôt arrivés.  Faites-lui croire que vous avez oublié le demi de mêlée sur la dernière aire d’autoroute (si possible oubliez-le vraiment c’est encore mieux). Allez lui demander innocemment si c’est normal que certains dossiers de siège soient cassés ou que certains rideaux se décrochent tout seul.  Mettez en doute son itinéraire et ses choix de route quand vous êtes dans des petits patelins perdus au milieu de nul part. Demandez-lui de mettre un DVD. Soit il acceptera sans tarder en pensant que ça calmera tout le monde, soit il prétextera que le lecteur ne marche pas (c’est souvent vrai) et qu’il n’a pas de DVD. Dans ce cas, dites que vous avez justement des films et introduisez le CD offert avec la revue porno que vous avez acheté sur l’aire d’autoroute où vous avez oublié le demi de mêlée un peu plus tôt.  Montrer son cul :  Les Valeurs du rugby ®, c’est avant tout les valeurs du partage et de la camaraderie. Et il n’y a pas de raisons pour que seuls les passagers du bus en profitent. La vitre du fond, une rangée de culs et c’est la fête sur l’autoroute ! Vous avez aimé cet extrait ? Plein d’autres surprises vous attendent dans #LeMeilleurGuideDuMonde. Si vous souhaitez vous le procurer, il est disponible aux éditions Marabout pour la somme de 29€90. Vous pouvez le trouver en librairies, à la FNAC ou encore sur Amazon. Chaque exemplaire vendu servira à financer la plus noble des causes : l’alcoolisme de ses auteurs. 

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Prédictions : On a vu la 5e journée du Top 14 avant tout le monde

Le Rugbynistere

Ceci est une chronique satyrique. Bonne lecture et gros bisous. Clermont – Racing 92 Depuis peu, les matchs entre Clermont et le Racing ont perdu de leur charme et de leur intérêt. Affiche incarnant par excellence l’éternelle lutte entre le camp du bien et du mal ces dernières années, cette opposition a beaucoup moins de sens depuis que tout le monde trouve Montpellier encore plus détestable que le Racing.Pire, les Racingmen, bien conscients qu’on ne remplit pas un sta… une salle de spectacle de 25 000 places avec un mannequin néo-zélandais de 36 ans payé pour sourire sur commande, se sont mis en tête de développer un jeu spectaculaire pour gagner le coeur du public. Alors pour l’instant, c’est de la grosse merde. Mais s’ils persévèrent il n’est pas exclu que ça fonctionne un jour, surtout que si on regarde de près ils ont quand même quelques joueurs pour produire un truc qui ressemble un peu à du rugby.  Alors qu’attendre d’un match qui s’annonce sans véritable saveur ? Pas grand chose. Les Racingmen se déplaceront sans pression et tenteront de déployer leur nouveau plan de jeu en mode mi-touristes/mi-charognards, appliquant la tactique bien connue du « on joue tranquille pendant 1h, et si on est pas loin au score on essaye de faire le hold-up dans les 20 dernières minutes ». Tactique qui ne marche évidemment presque jamais. Du coup, victoire de Clermont.   Vainqueur : Clermont. Pas de bonus. Le joueur à suivre : RakaSauf si vous êtes briviste, ce sera trop dur pour vous. Le chiffre : 23 C’est le nombre de débats stériles et de concours de bite déclenchés par l’attribution du titre de « meilleur public de France » à l’ASM lors de la dernière Nuit du Rugby. Heureusement que Mohed Altrad a insulté la moitié de la France du rugby le lendemain pour que tout le monde s’unisse de nouveau autour d’un ennemi commun. SU Agen – Pau On n’en parle jamais dans cette chronique, mais la Pro D2 est vraiment devenu un championnat de qualité. Fini le vieux cliché des matchs à 43 en-avant entrecoupés par des bagarres interminables, la deuxième division est désormais capable de nous proposer un spectacle presque égal à celui que l’on voit dans l’élite. Il ne manque une petite dizaine de commotions cérébrales par matchs et on croirait presque assister à du Top 14. On ne peut donc que féliciter Canal +, qui a décidé de programmer un match de Pro D2 un samedi après-midi en direct sur Rugby + afin de mettre un peu en valeur ce championnat. Une initiative qui on l’espère, sera renouvelée à l’avenir – et pourquoi ne pas aussi programmer quelques matchs du Top 8 féminin !    Vainqueur : Agen. Bonus défensif pour Pau. Union Bordeaux-Bègles – Montpellier Les déclarations choc de Mohed Altrad, dont on pourrait résumer la substance à « de toute façon vous êtes tous des gros cons et je vous emmerde, j’ai plus de fric que vous » on fait beaucoup couler d’encre depuis le début de la semaine. Ces polémiques qui durent depuis maintenant plusieurs semaines touchent forcément le groupe montpelliérain, Vern Cotter en tête, qui commence petit à petit à se dire « Et merde, même Jean-Marc Lhermet ne me faisait pas autant honte ». Il y a donc fort à parier que c’est une équipe du MHR perturbée qui se présentera sur la pelouse du stade Chaban-Delmas samedi, ce qui devrait permettra à l’Union Bègles-Bordeaux d’être la première équipe à la défaire cette saison. Enfin, sauf si Altrad achète l’arbitre évidemment.    Vainqueur : UBB. Bonus défensif pour Montpllier. La Rochelle – Oyonnax Bon, on a tous compris que la Rochelle allait gagner tous ses matchs cette saison, alors inutile de faire durer le suspense.     Vainqueur : La Rochelle. 122-6. Le joueur à suivre : Antoine de CaunesC’est la grosse découverte de la Nuit du rugby. À 63 ans, Antoine de Caunes affiche une silhouette plus svelte et athlétique que de nombreux ailiers du Top 14. Sa complicité avec Victor Vito a sauté aux yeux sur scène, et le Stade Rochelais pourrait faire une bonne opération en recrutant ce JIFF prometteur. CA Brive – Stade Toulousain C’est le match de la peur. Bon ok, c’est un marronnier journalistique dont l’utilisation est d’autant plus paresseuse que n’importe quel match du CA Brive est potentiellement terrifiant. Après un début de championnat catastrophique avec 0 points en 4 rencontres, les Coujous doivent absolument l’emporter. Problème : le Stade Toulousain est en confiance après avoir explosé l’équipe Z du Stade Français. Ce qui n’est peut-être finalement pas tant que ça un problème, puisque rien n’est plus facile à battre qu’un Toulousain qui a le boulard.Symbole par excellence de cet excès de confiance des Rouge et Noir, Ugo Mola décide de mettre son plan de jeu (Antoine Dupont) sur le banc pour débuter la rencontre. On assiste donc à un duel fratricide à la mêlée entre Nicolas Bézy (ex-grand espoir du rugby français) et Sébastien Bézy (bientôt pareil). C’est l’ainé qui prend le dessus, bien aidé par un pack briviste agressif et enfin retrouvé. Gaëtan Germain enquille les pénalités et permet à son club de prendre l’avance au tableau d’affichage. Puis le capitaine Saïd Hirèche inscrit un essai moche dont les Corréziens ont le secret. Le CAB l’emporte et fête sa victoire comme si c’était la première et la dernière de la saison (ce qui sera peut-être le cas). Vainqueur : Brive. Pas de bonus. La stat 3 C’est le nombre de semaines à attendre avant le début de la Champions Cup, synonyme de vacances pour moi. 5 articles en 5 semaines c’est un peu chaud, j’ai pas l’habitude. LOU – Castres Un lecteur qui souhaite garder l’anonymat m’a mis au défi d’écrire un paragraphe sur le LOU sans parler une seule fois de Yionel Beauxis. Voici ma réponse : Je t’emmerde. LIONEL BEAUXIS LIONEL BEAUXIS LIONEL BEAUXIS LIONEL BEAUXIS LIONEL BEAUXIS Vainqueur : LIONEL BEAUXIS Stade Français – Toulon C’est la grosse info transfert de la semaine : Jules Plisson a prolongé au Stade Français Paris ! Une nouvelle d’autant plus surprenante qu’après avoir vu son match à Ernest-Wallon samedi dernier, beaucoup d’observateurs étaient persuadés qu’il avait signé à Toulouse. En plus du Beauxis Blond, les Soldats Roses ont également réussi à conserver Danty et Gabrillagues. Une succession de bonnes nouvelles qui envoie un signal positif au reste de l’effectif, désormais convaincu que le club peut atteindre le grand objectif qu’il s’était fixé en début de saison : finir 12ème. Ce sont donc des Parisiens transformés qui vont s’imposer contre le RCT avec la manière dimanche. Dans un bon jour, Plisson profite des 22 fautes par match habituelles des Toulonnais pour donner l’avantage à son équipe. Puis Waisea marque un essai et embrasse son maillot pour montrer son attachement à ce club qu’il cherchait pourtant absolument à quitter il y a 3 mois. Tout va bien dans le meilleur des mondes jusqu’à la prochaine défaite humiliante à l’extérieur.     Vainqueur : Stade Français. Pas de bonus. La stat 7 C’est le nombre de clubs visités par Jules Plisson et Jonathan Danty cet été. Histoire d’être 100% sûrs qu’ils étaient amoureux à vie de Paris pour 3 ans de plus. Bonus tournée d’automne en exclu : France – Japon J’ai acheté mes places au mois de juin pour aller assister à France – Japon à Lille. Lors d’un voyage dans le futur à bord de la Delorean de David Marty McFly, j’ai pu assister à la rencontre avant tout le monde et je préfère vous prévenir, elle risque de vous surprendre. Alors pour commencer, on se plaint assez souvent que les règles du rugby changent tous les ans… mais là, c’est du délire ! Ils ont carrément supprimé la pelouse, réduit la surface de jeu et mis un filet au milieu du terrain. Désormais, il n’y a plus qu’un à deux joueurs dans chaque équipe. Et le jeu ? Du ping pong rugby ! Ça fait que de se renvoyer la balle pendant 2h. Personne n’ose la mettre sous le bras, sauter par dessus le filet et aller raffuter le gars en face. Il n’y a jamais de bagarre non plus, et le public fait encore moins de bruit qu’à un match Racing. De temps en temps, un mec en tribunes lance un « popopopopololololoooooo », mais il est jamais repris par personne. Faut dire que dans le public, il y a presque que des vieux qui ont l’air de sortir d’un congrès du MEDEF. Pour ce qui est du résultat, je me suis endormi avant la fin, mais j’ai cru comprendre que Bonfils avait craqué mentalement et perdu contre un japonais. Mais c’était un peu bizarre parce que Bonfils était noir (pire encore, il était mince) et le japonais avait une tête d’européen. Bref, j’ai pas compris grand chose mais une chose sûre, plus ça va, plus le rugby ça devient vraiment n’importe quoi. Vainqueur : Le Japon, 7-6, 6-4, 3-6, 7-6.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)

Prédictions : On a vu la 4ème journée du Top 14 avant tout le monde

Le Rugbynistere

Stade Toulousain – Stade Français C’est LE match que tout le monde attendait. En 2005 en tout cas. Aujourd’hui, ce choc des Stades permet surtout à des community managers de recycler des vannes usées jusqu’à la corde sur la rivalité chocolatine / pain au chocolat. Puisque l’on parle de choses usées jusqu’à la corde, c’est Julien Arias va inscrire le premier essai de grand Clasico, après une interception de 80 mètres. L’occasion de rappeler qu’il est bien possible de courir plus vite que Maxime Médard à 48 ans si l’on a une hygiène de vie correcte. Spécialistes des débuts tonitruants et des dénouements décevants (ce qui est également le cas de beaucoup d’épisodes de Scoubidou, mais c’est un peu hors-sujet), les Parisiens perdent cependant peu à peu le fil du match. Antoine Dupont sonne la révolte toulousaine, Yoann Huget marque un essai, Thomas Ramos enquille, et les Soldats Roses s’inclinent sans démériter, mais sans bonus, comme à chaque fois qu’ils jouent à l’extérieur finalement.   Vainqueur : Toulouse, 22 à 13. Pas de bonus. Le joueur à suivre : Paul Gabrillagues Juste pour savoir s’il arrivera à tenir sa moyenne de 60 plaquages par matchs jusqu’à la fin de la saison.  Le chiffre : 11 C’est le 11 octobre que sort le livre « Boucherie Ovalie : le guide de survie au pays du rugby ». Achetez-le, il est vraiment bien. La preuve, c’est que je n’ai écrit qu’une trentaine de pages sur les 288 que contient l’ouvrage. SU Agen – La Rochelle Tout le monde le sait, le plus dangereux adversaire des Rochelais cette saison, c’est leur propre turbo-boulard. Une semaine après avoir explosé Clermont, les Maritimes ont passé 5 jours à picoler et à cramer des vélos à barbecue pour fêter leur titre de presque-champions de France. Résultat : ils sont encore ivres quand ils se présentent sur la pelouse d’Armandie. Heureusement ce n’est qu’Agen en face, et même sobres, on a l’impression qu’ils jouent bourrés aussi. La Rochelle domine largement le match et Paul Jordaan s’offre un quadruplé, ce qui fait dire à Patrice Collazo après le match « Si Geoffrey Doumayrou a le niveau pour les All Blacks, alors que dire de Paul Jordaan, qui peut probablement être sélectionné avec les Avengers ». Vainqueur : La Rochelle.184 à 3. Bonus offensant. LOU – UBB La semaine dernière, après la publication de mon pronostic du match Pau – LOU, un supporter lyonnais mécontent m’a fait remarquer sur Facebook qu’il était malhonnête intellectuellement d’affirmer que le LOU disposait d’un effectif d’une moyenne d’âge de 45 ans. À la lecture de ce commentaire, ma première intention a été de lui répondre « Ta gueule pour voir ? ». Puis après réflexion, je me suis dit qu’il n’était peut-être peu judicieux d’insulter une des trois personnes ayant faire l’effort de lire la chronique en entier. Pour toi, Cédric Poirout, voici donc un mea culpa : il y a aussi des jeunes joueurs talentueux à Lyon, comme Thibaut Regard, Felix Lambey ou Baptiste Couilloud pour citer les plus connus. Ces propos étaient injustes, gratuits et faciles, et symptomatiques du manque d’inspiration de leur auteur. Je ne m’abaisserai plus jamais à ce genre de choses. Ceci étant fait, j’aimerais maintenant affirmer que Lyon est une ville de merde. Et prédire  la défaite du LOU contre Bordeaux (qui est une jolie ville, mais pleine de cons).    Vainqueur : UBB. Bonus défensif pour le LOU. Section Paloise – Castres Ce match ne m’intéressant pas vraiment, je profite de ce paragraphe pour vous livrer une petite chronique du film Shaolin Soccer, que j’ai découvert récemment. Voici le synopsis : Fung, un ancien joueur professionnel, fait la connaissance d’un moine adepte d’arts martiaux, Sing. Il découvre que l’art de Shaolin peut être une arme fatale pour jouer au football. Les deux hommes décident alors de monter une équipe professionnelle avec d’autres moines Shaolin ! Mon avis : Un film très drôle et très décalé, les chorégraphies des combats / matchs sont très impressionnantes et on passe vraiment un bon moment en général. Je le recommande, même si vous n’aimez pas le foot ou les films d’arts martiaux. Vainqueur : Les moines Shaolin. Le joueur à suivre : SingSurnommé « jambe d’acier », Sing est peut-être l’ouvreur que le XV de France recherche. Le fait qu’il soit chinois pourrait cependant être un obstacle à sa sélection, même si ça n’a jamais posé de problèmes pour François Trinh-Duc. La stat : 660k C’est le nombre d’entrées de Shaolin Soccer en France en 2001 au cinéma. C’est beaucoup moins que le score du Fabuleux destin d’Amélie Poulain (8 636 041 entrées), sorti la même année. Pourtant, le Fabuleux destin d’Amélie Poulain ne comporte aucune scène de kung fu Clermont – Brive Après trois journées de Top 14, tous les observateurs en sont certains : Brive va descendre en Pro D2, et Clermont ne réussira pas à conserver son titre, puisque la finale du Top 14 opposera forcément La Rochelle (les gentils) vs Montpellier (les méchants). Ce match ne présente donc aucun intérêt (certains diront que c’est le cas de tous les matchs du CAB depuis le départ d’Andy Goode). Victoire de Clermont dans l’indifférence générale.     Vainqueur : Clermont. 28 à 16. Pas de bonus. La stat 15 C’est le nombre de points marqués par Gaëtan Germain depuis le début de la saison. Non ne cherchez pas, il n’y a pas de vanne en fait. Racing 92 – Oyonnax Mettons-nous d’accord sur le fait qu’il est parfois mieux de faire comme si certaines choses n’existaient pas. Vainqueur : Le rugby. MHR – RCT On m’a beaucoup reproché de ne pas parler assez de jeu et de tactique dans cette chronique. Toujours à l’écoute de mes lecteurs, je prends la critique et en compte et vous délivre ce qui, selon moi, devrait être les clefs de ce véritable choc entre prétendants au Bouclier de Brennus. Dimanche à l’Altrad Stadium, Fabien Galthié devrait logiquement opter pour une formation toulonnaise classique, en 3-2-3-2-4-1, avec une troisième ligne dense pour presser le milieu de terrain adverse et favoriser la récupération. Côté montpelliérain, Vern Cotter se montrera certainement plus frileux avec une formation en losange inversé en 5-5-5 qui aura pour but de protéger au maximum la raquette, quitte à s’exposer à des tentatives de tirs à trois points de la part des Toulonnais. Et à ce petit jeu, il faudra évidemment surveiller Anthony Belleau comme le lait sur le feu : particulièrement adroit avec le puck et bon patineur, le demi-centre du RCT pourrait multiplier les assists dans la surface de réparation, du moins si les linebackers du MHR ne sont pas vigilants sur les entre-deux. Côté héraultais, le trois quart centre Joe Tomane aura un rôle majeur, puisqu’il interprétera Hamlet. Un match qui devrait donc être réellement passionnant pour tous les amoureux de rugby, mais aussi ceux d’équitation, puisqu’on nous annonce que Johan Goosen tiendra un stand de ventes de selles de cheval juste à côté de la bodega. Ma prédiction? Victoire de Montpellier grâce à un but de Souleymane Camara.   Vainqueur : Montpellier. 1-0. Pas de bonus. La question de la semaine : Mohed Altrad a t-il une âme ? Pour l’instant, aucun indice ne nous permet de l’affirmer, les meilleurs journalistes du Rugbynistère sont sur l’enquête.  La stat 4 C’est le 4ème épisode de cette chronique sur le Rugbynistère, alors que j’avais annoncé qu’elle s’arrêterait la semaine dernière, faute de lecteurs.  J’ai finalement changé d’avis sous les conseils d’un ami précieux, l’ancien président du Lille Métropole Rugby, qui m’a recommandé « de ne pas abandonner mon rêve avant d’être totalement ruiné ». À la semaine prochaine donc.

Pour lire l’article, cliquez sur le lien (accès direct)