Le Rugbynistere

Sur le déclin, le RCT ? Non, répond le président toulonnais. « Cette période nous fait beaucoup de bien, » explique-t-il même. Dans un entretien accordé à L’Equipe, Boudjellal est revenu sur le début de saison compliqué des siens, le pire depuis le dernier retour des Varois dans l’élite du rugby français. Et avoue ne pas se sentir dépassé, même s’il reconnait que « les mecs sont plus forts que [lui]« . Comprenez, les autres présidents du Top 14, plus malins pour jouer avec le salary cap. Il explique :  Il s’est passé exactement ce que j’avais dit quand le salary cap a été mis en place : ça favorise les grands groupes qui peuvent dissimuler des salaires en faisant des opérations extracontinentales. Ce qui leur permet de dépasser allègrement le plafond du salary cap. J’ai par exemple appris qu’un joueur qui nous a quittés a touché 180 000€ à Hong Kong. Moi, je n’en suis pas capable. Vise-t-il Semi Radradra, parti à l’UBB cet été ? Le président Boudjellal rajoute que le droit à l’image – exploité dans la légalité selon lui – a été annulé, ce qui joue également au moment de convaincre un joueur de rejoindre la Rade. « Quand on me dit que Montpellier ou le Stade Français ont plus de moyens que nous, ça me fait bien rire. On est maximum du salary cap. » Une vision à long terme Si Boudjellal laisse du temps à Patrice Collazo malgré les mauvais résultats, c’est aussi parce qu’il vise le long terme. Il révèle :  Je me suis engagé à rester cinq ans alors que je ne le pensais pas. L’entrée au capital de M. Lemaitre (fondateur de Stedim Biossystemns, qui invesit de l’argent à titre personnel) comportait une clause : que je m’engage à rester cinq ans, a minima. J’ai un projet sur cinq ans. Je suis de passage, mais un long passage. Le Toulonnais de rajouter que Patrice Collazo lui rappelle Bernard Laporte. « J’ai envie aujourd’hui de donner à Collazo des moyens beaucoup plus importants. » Il prévient enfin : « Ne nous enterrez pas trop vite sur le recrutement. Attendez, attendez un peu. The boss is back. » TRANSFERTS : qui sont les cinq recrues du RCT promises par Mourad Boudjellal ? Le RCT avait fait appel de sa sanction d’un retrait de cinq points au classement avec sursis – pendant trois saisons – en Coupe d’Europe, pour des propos de Boudjellal jugés « discriminatoires et insultants à l’encontre de plusieurs groupes et qui avaient porté atteinte à la réputation du rugby. » La commission indépendante a réduit la sanction de trois, à une saison. Var Matin précise que « le retrait de points avec sursis ne sera donc effectif que pour la saison 2018/2019 et le club devra tout de même participer aux frais de l’audience initiale. » Soit « une amende de 75 000€, avec 25 000€ supplémentaires avec sursis pendant trois ans. »

Pour lire l'article, cliquez sur le lien (accès direct)